Expiation

Chapitre 10 à 12
dimanche 10 janvier 2021
par  Henic
popularité : 1%
5 votes

10 – Dans le rôle du confesseur
Ce que j’ai remarqué, c’est que les robes à capuchon portées par de nombreux résidents de cette étrange communauté les font paraître anonymes. Il est courant de voir ces personnages en robe marcher d’un endroit à l’autre sous le regard de la caméra comme s’ils étaient des touristes.
Parfois, ils sont accompagnés de femmes avenantes (et parfois de jeunes hommes) dans ce qui semble être une courte tunique, comme une version hollywoodienne d’un costume d’esclave romain. Les robes sont pour la plupart gris clair, même si quelques-unes sont colorées. Ce doit être une indication de rang. Stephen, l’inquisiteur de la Cabane des Punitions, portait du vert.
Lisa peut nous faire un rapport l’après-midi après sa visite à la Cabane des Punitions.
« Je vais dormir sur le ventre, c’est sûr. Mon cul est rouge comme une betterave et se sent comme plein d’épines, dit-elle depuis sa cachette dans le placard.
– Mais est-ce que tu vas bien ? Demande Will. C’est une vraie raclée que tu as prise !
– Ouais, je vais bien. Pourtant, c’était vraiment dur. Je n’ai jamais rien ressenti de tel que le fouet par la machine avec cette badine. J’aurais fait n’importe quoi pour la faire cesser. Je suppose que tu as remarqué que c’était plutôt sexuel.
– Nous avons vu ça. »
Lisa secoua la tête.
« Bon sang de bon sang… Will, ils nous ont mis sur ces… ces… choses. J’ai joui deux fois pendant que cela se passait. Je ne sais pas quoi dire.
– Laisse tomber. Et Elaine ?
– Elle est en fait un peu déchirée. Elle était prête à partir mais maintenant, elle pense que peut-être qu’elle devrait rester. Elle dit qu’ils parlent d’une cérémonie d’initiation et qu’ensuite, elle sera une servante.
– Qu’est-ce qu’une servante ?
– Je pense que ce sont ces hommes et ces femmes en tuniques qui trottinent derrière les Confesseurs et l’élite, les gars en robe. Je pense qu’ils les servent en quelque sorte et peut-être que ce sont des partenaires sexuels… Je ne suis pas sûre.
– Nous allons juste devoir la sortir. Fais en sorte qu’on croie qu’elle a filé seule – et toi aussi, ajoute Will.
– Je suis prête. Deux fessées et une flagellation à la badine en deux jours. C’est comme si j’avais encore douze ans et que Maman fût sur le sentier de la guerre. C’est trop intense pour moi.
– Écoute, Lisa, nous avons besoin de quelque chose. Rollin, le gars qui est venu avec nous, veut savoir si tu peux mettre la main sur une de ces robes, et si tu peux faire un moulage de la clé pour le bâtiment à l’arrière de la Cabane des Punitions. »
Lisa dit qu’elle pense pouvoir le faire. Il y a une buanderie communautaire et il y en a beaucoup là-bas. Elle peut faire le moulage en quinze secondes donc le tout est de n’être pas remarquée. Elle prend des dispositions avec Will pour avoir Elaine près du périmètre du complexe sous un prétexte quelconque. Ils vont monter un enlèvement là-bas et la renverront à son père. J’espère qu’il n’aura pas l’intention de lui donner une fessée quand elle rentrera à la maison. À première vue, elle s’est plu ici…
Je me faufile dans les bois avec Jim et Will jusqu’à une zone près d’un chemin derrière les cabines. Je suis équipé d’un micro sans fil pour que tout ce que quelqu’un me dit soit envoyé au camp et enregistré. Effectivement, Lisa et Elaine sont là. On ne peut pas risquer une scène avec Elaine. Avant même qu’elle ne sache ce qui se passe, Jim l’attrape par-derrière et lui injecte le contenu d’une seringue dans le bras.
Elle s’est effondrée comme une masse. Tandis que Jim la met sur son épaule comme le ferait un pompier, Lisa m’a tendu une robe à capuchon, une grise. Parfait. Je pourrai accéder au bâtiment et examiner de plus près la machine à l’intérieur en faisant semblant d’être l’un des frères. Ça ne prendra qu’une heure et somme il fait sombre de toute façon, je serai entré et ressorti avant que quiconque comprenne. Après le rendez-vous avec Lisa, Will me donne une clé faite à partir d’une empreinte sur un composé de résine que Lisa a introduit dans la serrure. Encore de la magie de haute technologie.
J’enfile la robe et retourne sur le terrain, me dirigeant à peu près vers la Cabane des Punitions. L’astuce consiste donner l’impression que l’on sait où l’on va et ce que l’on est en train de faire. Je ne veux pas avoir l’air hésitant ni confus, une attitude qui pourrait inciter quelqu’un à être « utile ». Je suis en vue du bâtiment quand je suis interpellé par l’une des membres des « Licteurs », la police de l’église sous la direction spartiate de Mme Klochek. Cette femme-ci, dans son costume paramilitaire composé d’un chemisier amidonné, d’un short beige et ceinture de police Sam Browne est accompagnée d’une jolie femme vêtue de l’une des tuniques étroites portées par les servantes.
« Je vous demande pardon, confesseur…, commence-t-elle, mais cette servante, sœur Lynne, doit effectuer sa confession hebdomadaire et sa pénitence. Si vous n’êtes pas déjà retenu, pourriez-vous vous occuper d’elle ? Vous pouvez utiliser l’une des cabines sur le chemin de la Cabane des Punitions. J’étais censée l’emmener voir le confesseur Robert mais il a été appelé ailleurs. LIRE LA SUITE


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires