Le vieux Raoul et son nouveau jouet

Par Thorn
lundi 17 janvier 2011
par  Henic
popularité : 3%
13 votes

Sommaire

Episode 1 – Premiers contacts

Episode 2 - Dressage

Episode 3 – Esclave-toilette

Episode 4 – “Gros Monstre”

Episode 5 – Le dîner

Episode 6 – Vacances à la ferme

Episode 7 – Dressage à l’écurie

Episode 8 – Labours

Episode 9 – Epilogue

Texte original anglais publié par Dofantasy.com

Traduction par Henic

L’intégralité de 9 épisodes de ce récit est disponible dans la zone abonnés

***

Episode 1 – Premiers contacts

La jeune fille correspondait exactement à ce qu’on avait promis au vieux salaud. Juste dix-huit ans et fraîchement capturée, Carine était une fille mignonne et d’aspect innocent, avec de longs cheveux blonds et de grands yeux bleus. Elle était petite mais bien faite, affichant des courbes de femme bien développées, avec des seins fermes, une taille fine, de longues jambes bien galbées et un postérieur rond et rebondi.

En bonne santé, dans les dernières années de la cinquantaine, Raoul avait l’habitude de bien vivre. Son surpoids était tel qu’il était gras, avec une large panse, une lourde figure couperosée et un crâne chauve. Il n’était sans aucun doute pas le genre d’homme qu’une jeune fille pourrait trouver attirant. Le savoir ne le chagrinait pas. Le fait que ses avances dégoûtaient Carine ajoutait seulement à son plaisir sadique.

Il avait conduit la jeune fille directement à l’une des chambres de sa grande maison isolée. Les fenêtres étaient pourvues de barreaux et une épaisse porte en bois en protégeait l’unique entrée. A part ça, la pièce était tout à fait inoffensive. La seule curiosité résidait dans le grand lit en bois plein, qui était doté d’un anneau de métal à chaque coin. Là, il pourrait profiter d’elle, confiant dans l’impossibilité où elle se trouvait de s’enfuir et dans le fait qu’il ne serait pas dérangé. Il y avait d’autres pièces inconnues de Carine et dont la destination était vraiment effroyable. Elle serait amenée à se familiariser avec plus tard.

Carine était debout devant lui. Déconcerté et craintive, elle était très proche des larmes. L’une des raisons de son évidente angoisse provenait de ce que son jeune corps bien formé était exposé quasi nu à sa vue. C’était une jeune fille timide et modeste, et devoir se montrer nue à cet étranger déplaisant lui était complètement odieux. L’autre raison de sa détresse venait de ce qu’elle ne pouvait se couvrir de ses mains. Il l’avait placée dans un ensemble de liens en cuir. Ses bras étaient maintenus très haut dans son dos. Attachée des poignets aux coudes, puis sanglée et emprisonnée dans un lourd entrelacs de cuir noir, elle était impuissante et totalement à sa merci.

Raoul sortit un fouet d’un tiroir sous la fenêtre. C’était un long fouet, fin et élastique, du genre de ceux que l’on emploie pour le dressage. Ce n’était pas l’arme la plus létale de son arsenal mais ça marquerait joliment sa tendre chair d’adolescente. Il le brandissait devant elle comme une rapière.

« Ceci est pour toi, esclave, lui dit-il. Je l’utiliserai sur ta peau nue si tu ne fais pas ce qui t’est demandé. Comprends-tu ?

— Oui, dit-elle à mi-voix en secouant la tête.

— « Oui Monsieur » : tu t’adresses à moi en m’appelant « Monsieur », esclave.
Maintenant, je vais te donner un avant-goût du fouet, que tu le mérites ou pas, juste pour t’y habituer. »

Carine parut épouvantée.

« Mais je n’ai rien fait de travers, M… Monsieur, balbutia-t-elle.

— Tu discutes mes propos dès le début, dit-il. Donc, tourne-toi et penche-toi, tout de suite ! Je vais te fouetter, rien de bien méchant, juste six coups en passant sur tes fesses nues. »

Effrayée mais offensée par cette injustice, elle obéit. Ses grands yeux bleus le regardèrent, suppliants, brouillés par les larmes, tandis qu’elle se tournait en se penchant en avant, lui offrant ainsi les joues de son cul nu. Il se déplaça et se mit de côté. Ses yeux se régalaient du spectacle du jeune postérieur… Il avait l’air doux, presque tendre. Ses deux fesses blanches étaient gonflées, pleines et rondes, aussi tentantes que la plus juteuse des pêches. Pour lui, le jeune postérieur coquin de Carine était vraiment l’une de ses plus belles caractéristiques, et il demandait simplement à être puni.

Penché en avant, il passa la main sur les deux sphères. Carine tenta de se dérober lors de ce premier contact intime avec sa chair. Il serra doucement la première fesse, puis l’autre. La texture de sa chair blanche et potelée était comme le plus doux velours. Il prit position juste derrière la fille tremblante et lança son fouet sur son derrière, en prenant sa mesure. Levant le fouet bien haut au-dessus de son épaule, il l’abattit avec un sifflement suivi d’un fort claquement. Les deux fesses tremblèrent quand il mordit leur jeune et tendre chair. Carine sauta en l’air en haletant, sautillant d’un pied sur l’autre, les fesses tremblantes et la poitrine bondissante. Une ligne d’une douleur brûlante venait d’apparaître an travers de ses fesses. Ses yeux écarquillés manifestaient à quel point elle n’avait pas imaginé que cela pourrait faire si mal.

Il attendit, amusé par sa petite danse de douleur, avant de lui donner l’ordre de reprendre sa position. Une fois encore, elle pencha son corps nu devant lui, faisant ressortir son derrière, l’offrant pour le douloureux coup qui allait suivre. Une vicieuse double trace marquait maintenant ses blanches fesses trémulantes. Il leva la baguette souple derechef. Puis l’abattit violemment sur le tendre postérieur. La faisant mordre juste en dessous du premier coup. Elle sauta de nouveau en l’air puis tourna son visage vers lui en sanglotant :

« Oh… Oh, ça fait mal ; s’il vous plaît… S’il vous plaît, ne me frappez plus, s’il vous plaît Monsieur, implora-t-elle.

— Ferme-la et penche-toi, esclave, ordonna-t-il, et fais ressortir ton sale petit cul !

— Non… S’il vous plaît… Monsieur…

— Tu ne me dis pas « non », petite salope ! »

Il fulminait et se saisit d’une poignée de cheveux, la forçant à se mettre sur la pointe des pieds.

« Je n’ai pas l’intention de supporter la désobéissance, esclave ! »
Il criait et lui tournait autour en la frappant avec le fouet derrière ses cuisses, là où la chair est la plus tendre.

« Oh… Aaahhh ! Aaaaïïïïe… S’il vous plaît… Aaaaïïïïe… Monsieur… Glapit-elle pendant que le fouet piquait ses jambes qui caracolaient. »

Tout en poussant de grands cris, elle se tortillait et dansait en essayant d’éviter les coups cinglants. Enfin, il cessa de la fustiger.

« Es-tu prête à te pencher en avant, maintenant ? Je t’ai donné deux coups sur le derrière. Si tu te tiens bien, je ne t’en donnerai que quatre de plus.

— Oui… Oui Monsieur… Je le jure… S’il vous plaît, dit-elle en sanglotant, je… Je vais le faire Monsieur.

— Bon. Maintenant, tu vas me demander gentiment de te fouetter le cul, dit-il en se délectant de l’humilier ainsi. »

Carine hésita.

« Pou… Pourriez-vous fouetter mon postérieur, s’il vous plaît Monsieur, finit-elle par dire en versant des larmes amères, son visage cramoisi de ressentiment.

— Bien. Penche-toi, allons-y, dit-il froidement en relâchant sa prise de ses cheveux. »

La fille se positionna, lui offrant une fois encore son postérieur. Elle tremblait de tous ses membres. Lentement, il lui asséna les quatre coups restants. Il marqua une pause entre chaque coup pour laisser à la douleur le temps de se répandre. Rosser ses adorables jeunes fesses l’avait vraiment excité : à présent, il était prêt pour quelque réel plaisir. LIRE LA SUITE

L’intégralité de 9 épisodes de ce récit, illustré de nombreux dessins, est disponible dans la zone abonnés

Entrez votre pass abonné

ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

dimanche 22 avril 2012 à 15h35

Excellent...
Nonobstant l’inévitable problème des traductions

Logo de HZzbXGaZrrORACf
mardi 14 février 2012 à 05h07 - par  HZzbXGaZrrORACf

Tres isesrentant et gourmand tout ca ! Malheureusement, ce n’est encore pas cette fois que j’assisterais au salon...

Site web : jaESIvDqjlexrMguvj
Logo de Rêves de femme
lundi 17 janvier 2011 à 22h46 - par  Rêves de femme

Hénic fait effectivement un superbe travail de traduction et je le remercie encore de nous le faire partager

Logo de MasterB
lundi 17 janvier 2011 à 18h58 - par  MasterB

Bravo pour cette traduction...
Pas facile de bien traduire.
Et merci...