L’apprentissage du cuir

Chapitre 3
vendredi 19 février 2021
par  Sylvain de Perry
popularité : 1%
7 votes

La bouche grande ouverte, la langue basse, j’absorbe le gros gland de David avec difficulté. Le lécher me semble impossible tant ma langue à des difficultés pour se mouvoir dans le peu d’espace libre qu’il lui reste. J’éjecte le nœud, et j’entreprends de le lécher sur toute sa grande superficie.
Mon compagnon place sa main sur ma tête, m’exhorte :
— Applique-toi bien ! J’ai compris que tu ne pourrais pas l’avaler, donc fais-moi jouir autrement.
D’un bras, il enroule mes hanches, me remorque vers lui, une de ses mains prend ma bite bandée, la branle doucement ; l’autre, en contact avec le plug, le fait bouger, ce qui m’arrache un cri :
— Aaaaaaaye !
Deux claques, données par la main qui agitait le plug, me font glapir car mon cul est encore chaud et rosé. David dit :
— Continue ou je te fesse jusqu’à ce que je jouisse.
Ses manipulations, sur ma bite et mon cul, se poursuivent. Outre ma bouche, je prends son sexe en main et me mets à le branler à mon tour.
Contre toute attente, moi aussi je bande sous la double action manuelle de David. J’accélère mes allers et retours sur son sexe tout en jouant plus rapidement de ma langue sur son gland.
Je sens ses premières contractions, j’accélère encore et il jouit, arrosant son ventre de sperme épais.
Je le suis peu après.

*
***


Le lendemain matin, David et moi prenons notre petit déjeuner ensemble, nus, tranquillement. Je fais la vaisselle car il a préparé le café.
David décide :
— Allons dans la salle de bain. Je vais ôter ton plug. Tu pourras libérer tes intestins puis nous prendrons une douche. Ensuite, je t’offrirai ta fessée matinale avant de partir, enfin je te mettrai ton nouveau plug.
Je proteste vivement :
- Non ! Non !...
Il s’avance vers moi, menaçant :
— La veux-tu tout de suite avant la douche ?
Dans quoi suis-je en train de m’embarquer ?…
J’esquive et vais vers la salle de bain. Il me rattrape en deux pas, claque mon derrière nu.
Une fois dans le lieu, David m’ordonne :
— Pose tes mains sur le plan de support du lavabo, écarte tes jambes.
Je suis ses mouvements par le truchement du grand miroir. Il pose sa main sur la base du plug, plonge son regard dans le mien grâce à la glace. Il agite le plug afin qu’il n’adhère plus à mes chairs internes, tire pour le sortir :
— Aaaaaaaye ! Ça m’arrache la peau. Arrête !
J’ai à peine prononcé ce dernier mot qu’il brandit le plug devant moi :
— Va vite te libérer, je…
Je vole vers le cabinet de toilette sans entendre la fin de sa phrase.
Un bon quart d’heure plus tard, je le savonne minutieusement, et me permets de jouer avec sa bite et son orifice anal. Il en fait autant avec moi. Une fois sortis de la cabine de douche, nous nous séchons mutuellement. David me commande :
— Nettoie bien le plug : tu as du produit et de l’alcool à 70°. Quand ce sera fait, rejoins-moi dans la chambre.
Peu après, mon labeur achevé, je le rejoins et le découvre debout : torse nu, pantalon de cuir bleu marine, mocassins souples aux pieds. Du coin de l’œil, sur le plateau du cosy, je vois un plug massif, un tube de gel.
Je n’ai pas le temps de réfléchir, surpris par l’ordre impératif de David :
— Approche-moi la chaise au dossier droit !
Surpris, j’obéis après l’avoir repérée. Je l’attrape par le dossier, suis étonné par son poids : c’est du bois massif.
Quand je suis près de lui, David s’assied, agrippe mon bras gauche, me tire afin que je bascule à plat ventre sur le cuir de ses cuisses. À cet instant, je me rends compte que sa main droite est recouverte d’un gant de cuir noir très souple, qui moule finement sa dextre. Il est si fin que malgré sa couleur, je n’y avais pas prêté attention.
Il me dispose à sa convenance, coince ma bite, qu’il décalotte facilement malgré ma légère érection, entre ses cuisses avant de les serrer. Sa main gantée caresse doucement, voire tendrement mon cul ce qui me fait frissonner ; puis il la présente devant mon visage :
— Ta connaissance avec le cuir continue. Embrasse la main qui va te donner la fessée. Comme si tu devais la vénérer…
C’est vrai que le cuir m’excitait rien que d’y penser. Je ne croyais pas que mon apprentissage se ferait de cette manière, m’enfin… Je pose mes lèvres sur la paume qui se retire avant même que je l’embrasse.
Quatre claques percutent mon cul. LIRE LA SUITE





ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires