La boite de Pandore 1

1- La naissance d’Orane
mercredi 3 septembre 2003
par  Marine
popularité : 1%

Cela se faisant bientôt trois semaines que Véronique avait ramené "l’engin". Sa mère lui avait expliquée que ce qu’elle appelait "l’engin", c’était en fait tout simplement un Minitel. Et qu’il serait très utile à la maison et qu’il remplacerait plus efficacement les vieux annuaires papier.

Profitant de l’absence pour la soirée de Véro et de Pierre-Marie son frère, Alexandrine, Alex pour les intimes s’était installée confortablement sur la moquette du salon, le Minitel en face d’elle, un paquet de chips éventré et un grand verre de coca bien frais à portée de la main.

Elle avait vite compris l’intérêt de cette nouvelle machine : tchatcher et draguer des inconnus. À peine s’était-elle connectée au réseau avec pour pseudo "ALEXANDRINE", aussitôt l’écran se mit à s’agiter, en signalant qu’il y a des réponses pour elle.

- CHARLES : Bonjour

- BEAU MEC : Tu baises

- VAGABOND : Cherche chienne vicieuse

......

D’abord surprise par les propos plutôt "hards", elle appuya systématiquement sur la touche "Annulation" pour se débarrasser de ces grossiers personnages. Cela n’atténua pas l’enthousiasme de ses prétendants. Dégouttée, elle arrêta là cette première expérience.

Quelques jours plus tard, profitant que la maison était vide, elle renouvela l’expérience.

Peu à peu, Alexandrine se familiarisait avec son nouvel « ami ». La frappe était déjà plus rapide bien que toujours laborieuse, mais toujours avec deux doigts. Elle avait essayé un peu près toutes les messageries sans jamais nouer de vrais contacts.

Alexandrine fit part de ses expériences infructueuses à sa complice de toujours la belle et troublante Anita.

Elles forment à l’école ce que l’on appelle « un couple ». Difficile de ne pas les remarquer, même dans une cour de lycée de 3000 élèves. Anita est aussi brune que Alexandrine est blonde, enfin presque.

Les quatre lettres de la messagerie R-I-T-A venaient de s’afficher sur l’écran.

Cela faisait déjà plusieurs nuits que Alexandrine se connectait à cette messagerie homosexuelle féminine. Son nom de guerre était : C-O-R-A-I-L.

C’était la délicieuse Anita qui lui avait trouvé ce pseudo. Elle avait donné ce nom car elle comparait la vulve d’Alex à un fruit de mer qui ne demande qu’à s’ouvrir sous la caresse ou les baisers.

À la rubrique "C.V." elle avait noté : "Jeune femme seule cherche tendre complicité", puis ENVOI. Elle ne savait pas ce qu’elle était venue chercher ici. Un peu de compagnie, une amie, une aventure...

La liste des connectés apparue.

Malgré qu’il soit déjà bien tard, plus de 23 heures, il y avait encore 37 inscrites. Elle les passa rapidement en revue. Certains de ces pseudos ne lui étaient pas étrangers.

Sapho - Betty - Mirabelle - Bijoux - Chloé - Pandora - Melissa - Nuage - Prunelles

  • ... Derrières ces noms bizarres se cachaient des femmes plus ou moins jeunes et d’horizons très divers : une vendeuse, une secrétaire, une infirmière, une avocate, une femme cadre...

Très vite elle reçut les premiers appels qui ne prenaient même pas la peine de dissimuler leurs intentions.

- AMAZONE : Qui es-tu ?

- CORAIL : jeune femme

- AMAZONE : ton âge ?

- CORAIL : 22 ans

Alexandrine avait pris le parti de mentir sur son âge. D’abord 20 puis 24 et décida de se "stabiliser" à 22 ans, sachant que la moyenne d’âges de ses correspondantes tournée autour des trente ans.

Comme A chaque fois elle trouvait les dialogues et les questions nuls. Sans imagination, toujours les mêmes : es-tu H ou F ? Ton âge ? Comment es-tu ?

Cela se terminait le plus souvent par ANNULER ou, tout à coup, sa correspondante coupait sans prévenir. Décidément une soirée pour rien pensa Alex. Et pour la dernière fois, elle fit le tour de son petit monde. Piochant à l’inspiration. Une certaine MYGALE venez de s’inscrire en haut de l’écran, elle avait même une carte de visite que Alex s’empressa d’interroger. Que pouvez bien proposer cette curieuse praticienne du culte de lesbos ? "Quelle belle jeune femme veut se laisser prendre dans ma toile...".

Bien énigmatique cette bestiole pensa la jeune fille mais au combien excitante.

Elle contacta la MYGALE

- Bonsoir !

Pas de réponse, une fois, deux fois... c’est seulement à la quatrième tentative qu’elle obtint enfin une réponse.

- Bonsoir Corail

- Qui êtes-vous ?

- Lis ma C.V.

- Je l’ai lu

- Intéressée ?

- Je ne sais pas ?

- Rappelle-moi quand tu le sauras ? Je suis OQP(Occupée)

- Ne pars pas !

- Tu me tutoies ? De quel droit ?

- Pardon ! Ne partez pas si vous préférez !

- En effet, je préfère. Oui, je suis toujours là tapi dans le coin de ton écran noir.

- Mais qui êtes-vous ? Une femme ?

- Curieuse et stupide tout pour me déplaire !

- Vous êtes toujours aussi méchante ?

- Je t’ai rien demandé, c’est toi qui est venu me trouver...

- Que recherchez vous ?

- Idiote, décidément tu n’as rien compris ! Ici c’est moi qui pose les questions. Et je coupe...

- Non attendez

- Je coupe - Bonne nuit

- Bonne nuit MYGAL – Bises

- Bonne nuit CORAIL ***(trois bises)

- Bises

- BAL MARQUISE

- ***

Avant de couper, grâce à l’annuaire des abonnés de la messagerie, Alex trouva facilement la BAL de l’étrange Marquise. C’était bien la BAL de la MYGALE. Elle était tout excitée à l’idée de percer le secret de son interlocutrice. Mais grande fut sa surprise quand elle pu lire ces quelques lignes :

« A toi qui a le privilège de lire ces quelques lignes, sache jolie libellule, que si tu es ici c’est que je le veux bien. Les grosses mouches vulgaires, vénales, laides et prétentieuse ou susceptibles n’ont aucune chance avec moi...

Pour me plaire tu dois être de préférence grande, douce, jolie et avoir de l’esprit. Si c’est ton cas... c’est un bon point, mais c’est pas suffisant à mes yeux.

Pour me plaire vraiment tu dois être docile... Tu dois m’obéir ! La règle du jeu est très simple : fais exactement ce que je te dis sans hésiter et sans chercher à comprendre alors tu auras toutes tes chances.

Entamer une relation avec moi vaut acceptation de cette règle. Alors présente-toi en quelques lignes. Au plaisir de te lire jolie libellule.

La Mygale »

P.S. : Inutile de poser des questions je n’y répondrai pas !

Fascinant personnage pensa Alexandrine et en même temps, tellement excitant. Incroyable, elle avait enfin la possibilité de vivre une nouvelle expérience qui allait dans le sens de ses envies.

Certes avec son amie Sophie, elle avait été initiée aux plaisirs saphiques. Et les gages que lui faisait subir la belle rouquine, être contrainte de temps en temps à enlever sa culotte, ou satisfaire aux exigences exhibitionnistes de son amante...ne faisait que pimenter son plaisir.

Alex était plutôt de nature soumise comme beaucoup de ses semblables. Dans un simulacre de soumission, car Sophie n’était pas une véritable dominatrice., Alex acceptait, plus qu’elle ne subissait, ce que son esprit refusé d’admettre : sa bisexualité, son goût grandissement pour les choses du sexe, et depuis quelque temps son penchant pour la soumission.

À cette dernière pensée, Alex sentit son sexe se liquéfier. Elle ferma les yeux, sa main plongea entre ses cuisses... son caleçon était trempé...

Le signal de coupure du Minitel la ramena à la réalité. Encore toute tremblante, son majeur encore humide elle appuya sur la touche REPONSE. Le message de la Mygale s’effaça pour laisser la place à sa réponse sur une nouvelle page.

Devant l’écran vide la jeune fille hésite, commence une phrase puis l’efface. Alex se ronge les ongles. Que lui dire ? Que j’ai envie de faire l’amour avec une fille plus âgée ? Que je suis lycéenne et j’ai à peine 17 ans... non c’est nul ! Si je mets ça elle voudra pas me voir.

Le signal de coupure retentit une seconde fois. Bon je me lance, je n’ai qu’à lui dire que je suis étudiante... oui c’est ça.

Bonsoir Mygale,

Moi c’est Alexandrine, j’ai 19 ans, cheveux châtain clair, assez long, des yeux noisette. Célibataire, étudiante en économie. Je suis assez grande et plutôt jolie, enfin je crois. Ta Carte de Visite est assez surprenante, mais j’en accepte la règle. Comme je ne peux te poser de question, sache que j’attends ta réponse offerte et soumise.

Tendres baisers

Alex.

Elle trouvait cette dernière phrase complètement nulle, mais bon faute de mieux elle appuya simultanément sur les touches ENVOI et R. Aussitôt, le Minitel afficha : « MSG EXPEDIE A LA MARQUISE.

Son sort en était jeté. Déjà elle regrettait son geste. Je suis une malade pensa Alex. Accepter d’obéir à une femme que je ne connais pas, c’est nul. Elle est peut-être laide et vieille... beurk. Cette dernière idée lui donna la chair de poule et d’exaspération elle éteignit le Minitel et alla se coucher.

Le lendemain, prétextant vouloir se coucher tôt, elle regagna sa chambre... ou plutôt le bureau de sa mère où était installée la boîte magique. Elle interrogea sa BAL, quelques messages sans importance : Betty la soi-disant avocate, Mélusine qui lui demandait son téléphone,... mais pas de nouvelles de la Mygale.

C’est seulement en fin de semaine, quelle reçut un message de la mystérieuse inconnue.

Corail, j’ai pris bonne note de ton désir de m’obéir. Si tu veux converser avec moi et me prouver ton obéissance, suis mes instructions :

1 - Tu vas changer de pseudo. À partir de maintenant tu t’appelleras ORANE

2 - Tu vas créer une BAL ODALISQUE 7. Attention, précise le chiffre 7

3 - Ton premier message sera de me communiquer le code d’accès de cette nouvelle boîte à lettres. Ainsi j’aurai accès à ta correspondance la plus intime.

4 - Préviens tes anciennes correspondantes de ces changements, sans révéler mon existence.

5 - Tu effaceras toutes traces de ton ancien nom.

Au plaisir de te lire ma jolie Orane.

La Mygale

En acceptant les conditions de La Mygale, elle avait l’impression de se mettre nue devant cette femme. Ne plus rien cacher, de sa vie intime, des propos coquins, voire totalement cochons qu’elle échangeait avec d’autres correspondantes. Cela l’excita plus que cela la gênait. C’était pour elle une nouvelle forme d’exhibitionnisme.

Dans son lit, Alexandrine essaye d’imaginer cette femme étrange. Des fois, elle l’imaginait rousse avec une longue chevelure, une autre fois brune, les cheveux courts coupés à la garçonne avec de grands yeux bruns. Elle se voyait déjà subir les pires outrages que l’on puisse faire subir à une jeune femme ce qui avait pour effet de l’exciter au plus haut au point. Son fantasme se terminait toujours de la même façon : sa maîtresse se lassait d’elle et finissait par la vendre à un bordel miteux fréquenté par des marins en bordée, dans une ville de la côte.
Alexandrine respecta scrupuleusement les consignes de sa nouvelle maîtresse. Et communiqua comme prévu le code d’accès à de sa Boîte à Lettre. Après avoir relu la définition du mot odalisque dans le petit Larousse, elle choisit code d’accès, le mot : ESCLAVE.



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur