Les anneaux de Chandy

samedi 11 février 2006
par  kingliart
popularité : 3%
6 votes

Un homme amateur de jeux pervers retrouve sa jeune amante, qu’il nomme « sa propriété », après l’avoir envoyée dans une maison de dressage. Le dresseur explique les transformations qu’il a fait subir à son élève et une autre femme.

Pas consensuel ce récit est un pur délire.

***

« C’est bien d’être venu nous rendre visite. J’ai fait appeler votre propriété. » En disant cela l’homme fit entrer Chandy. Elle était totalement nue, en dehors des colliers aux poignets et aux jambes, tirée par une jeune fille qui la tenait par la laisse accrochée à son collier de chien. Elle regardait le sol, n’osant pas lever les yeux, comme on le lui avait enseigné.

« Comme vous voyez cette petite est très obéissante maintenant, et je me permet donc de vous suggérer de nous la laisser moins de temps que prévu pour parfaire son dressage. »

La seule décoration visible de Chandy était des petits anneaux sur les seins, ainsi que de petits anneaux qui dépassaient de son sexe. L´homme s’approcha d’elle et prit les seins dans ses mains, les tâta comme on tâte un fromage. Puis il pinça ses mamelons entre ses ongles jusqu’à ce qu’ils deviennent pâles. Chandy poussa un gémissement de douleur en fermant ses yeux. Il relâcha brusquement les pointes ce qui la fit sursauter.

— Elle a de beaux mamelons, bien larges, qui réagissent bien. Nous n’aurons pas à les modifier.

— Les modifier… ?

— Oui, regardez Anna.

Il appela la jeune fille maigre qui se tenait immobile dans un coin de la pièce. La jeune femme fit quelques pas pour se placer devant le maître. Elle était juste vêtue d’un collant en nylon qui modelait son corps délicieusement et de chaussures vernies à talons assez hauts. D’un bref geste du doigt, il lui montre le sol. Anna se mit immédiatement à genoux face à lui. « Montre tes seins ». La femme souleva ses seins en direction des deux hommes qui la regardaient.

« Regardez : les pointes des mamelons étaient trop petites, plates, impraticables. Ses seins étaient dépourvus de beauté, plats et sans grâce. Nous lui avons introduit de petites boules de métal sous la peau qui furent recousues par deux points de suture par-dessous pour redresser la pointe des mamelons. Accessoirement, cela est assez douloureux si vous roulez les tétons entre vos doigts. Ensuite, comme vous pouvez le constater, nous avons passé une longue barrette dans le sens vertical, de bas en haut à la base des tétons mais plus en profondeur, pour que l’acier rentre dans la chair et soulève les tétons de manière proéminente. Les boules sous les tétons font qu’ils se tiennent bien rigides. Anna ne peut retirer ni ses boules ni les barrettes d’acier qui maintenant font partie de son corps. Comme cela fait longtemps que nous l’avons fait, sa modification est très solide et très utile. Regardez ».

En disant cela il prend les pointes entre ses doigts et les étire vers le haut très fortement. Anna fait un rictus de douleur. La peau des seins se distend totalement, les seins sont de plus en plus étirés. Anna ferme ses yeux de douleur mais ne prononce pas un mot. Puis l’homme relâche les seins qui retombent lourdement. Le poids des tétons alourdis par l’acier en eux les fait se cogner sur sa poitrine plutôt que de retomber mollement. « Comme vous l’avez vu, cette demoiselle ressent la douleur comme avant sa modification, peut-être même plus. N’est-ce pas Anna ? » La jeune femme murmura un « Oui, maître » presque inaudible.

« De plus Anna va vous montrer un détail intéressant. Anna, tu vas leur montrer les aiguilles sur tes seins. »

Anna à peine remise de sa précédente douleur se lève avec un regard d’appréhension et se dirige vers la commode pour y prendre deux tiges très fines, pointues avec des chaînes rattachées au bout. Elle se met de nouveau à genoux et enfile sous les yeux ébahis des invités la fine pointe de la tige dans le sein. « Anna a certes un peu mal en ce moment mais elle n’est pas en train de se percer les seins devant vous. Elle cherche juste deux petits tuyaux qui ont été implantés horizontalement dans les seins. Mais comme la longueur des tuyaux est moindre que la largeur de ses seins à cet endroit elle est obligée tout de même percer légèrement la peau pour introduire ces aiguilles. Une fois ces aiguilles insérées vous voyez que cela encadre parfaitement ses seins. On peut y accrocher des choses plus lourdes car c’est la masse de son sein qui les retiendra. Passe la deuxième aiguille ». La jeune femme répéta la même procédure, en se tâtant les seins. Elle enfonça de nouveau l’aiguille, la pointe de chaque aiguille se faisant presque face à face, les chaînettes restant pendantes sur le côté extérieur le long de son corps. « Garde les aguilles et va m’attendre dans le coin. » La jeune femme se releva sans un mot et se mit au coin, face au mur, laissant ses bras ballants à ses côtés.

« Anna est un jouet de plaisir et elle aime se faire percer le corps. Mais votre cas est différent. On va juste agrandir ces jolis petits anneaux décoratifs pour mettre des outils de travail plus conséquents. » Le propriétaire de Chandy approuva. « Comme elle a de grosses pointes, on pourra lui faire porter plusieurs anneaux à chaque téton, ça dilatera les corolles, et le poids des anneaux facilitera la dilatation des mamelles »

« Passons maintenant à la partie basse de votre propriété, dit le maître. Nous avons donc fixé deux anneaux sur les lèvres du sexe, comme vous l’aviez requis. Chandy écarte toi bien ». La jeune femme écarta ses cuisses. L’homme s’approcha d’elle et tira sur un des anneaux très visibles.

« Chandy ne peut évidemment pas les enlever, car comme vous le voyez ils sont entièrement soudés. Je dois dire que votre propriété a eu très peur lors du ferrage ». L’homme fut secoué d’un rire gras. « Elle croyait que nous allions la brûler avec le fer ! Quelle imagination ! »

L’amant et propriétaire de Chandy rit lui aussi et elle se sentit salie de le voir ainsi rire avec son bourreau.

« Cette demoiselle ne m’aime pas beaucoup évidemment, mais voyez-vous cela me facilite le travail. Je n’ai pas l’intention d’être son amant ni son propriétaire. Je me contente de la dresser et de la rendre conforme à vos désirs. Cela est toujours choquant pour les demoiselles qui passent entre mes mains . Avec ces nouveaux anneaux dans ses lèvres nous pouvons imaginer différentes postures permettant de lui ouvrir son trou à sperme, pour l’immobiliser efficacement ou pour jouer. Pour son arrière, nous avons renoncé aux piercings, mais par contre son trou a été largement exercé. Vous pourrez également lui introduire un écarteur de son orifice si cela plaît aux maîtres et aux clients qui l’utiliseront. Pendant son dressage nous lui apprenons à se comporter utilement avec ses anneaux des lèvres. Votre propriété n’est pas encore au fait de tout le bien ou le mal que nous pouvons faire. Mais je vais vous montrer ma belle Anna qui porte des anneaux un peu spéciaux. Approche, Anna !

« Anna est toujours ouverte, elle aime cela. Anna porte cinq anneaux : deux anneaux sur les lèvres extérieures, dit-il en écartant légèrement les lèvres de la jeune femme, deux autres anneaux plus forts sur le haut de la paroi des lèvres qui sont en réalité des œillets de caoutchouc très solides. Cela permet des ancrages plus lourds et plus solides. Elle arrive à tirer une brouette avec ces anneaux sans déchirer la peau ! »

En disant cela l’homme prit une corde et l’enfila dans les deux œillets. Il tirait légèrement les cordes vers lui, déformant les lèvres. Cela ne semblait faire aucun effet à la jeune fille, qui semblait coutumière de ce traitement.

« Je vais vous faire une petite démonstration. Anna, va donc chercher la barre en bois. »

Anna leva ses yeux au ciel et fourgonna dans le buffet. Elle revint avec un bâton assez simple qu’elle offrit à son maître en s’agenouillant face à lui, tête baissée les yeux au sol, et les mains bien levées avec son offrande. L’homme prit le bâton entre ses mains.

« Lève-toi et ouvre-toi ! ».

La jeune femme se pencha pour attraper les petits anneaux entre ses doigts et écarta légèrement son sexe.

« Voyez-vous, ce pal comporte un bout arrondi de l’épaisseur d’un sexe d’homme ».

Anna ferma les yeux pendant que son maître l’approchait de ses lèvres.

« Descend et avale-le entièrement en toi ! ».

Elle commença à s’accroupir enfonçant par petits a-coups le pal dans son sexe. Le pal comportait un anneau et l’homme lia rapidement les deux cordes qui passaient entre les œillets des lèvres à l’anneau.

« Voilà, vous constatez que Anna est maintenant prise et ce sont les lèvres qui retiennent le pal qu’elle porte en elle, ce qui est plus solide que les petits anneaux. Nous pouvons maintenant orner Anna pour agrémenter notre plaisir »

Il sortit des petites cloches en argent de sa poche qu’il accrocha aux petits anneaux. Puis il recula pour voir l’effet produit.

« Magnifique, n’est-ce pas ? Allez ouste ! Fait un tour de la pièce pour nous montrer tes atours ».

Il lui claqua les fesses et Anna après avoir poussé un petit jappement, se mit à marcher lentement autour de la pièce.

« Plus vite maintenant ! ».

Elle marchait en écartant les jambes, gênée par le pal qui la travaillait.

« C’est bien, continue à marcher pendant que j’explique à nos hôtes deux ou trois autres choses ».

Chandy terrorisée regardait en coin la fille qui tournait autour de la pièce sans ralentir. Elle la voyait respirer fortement, un léger filet de sueur coulait sur son cou. Les aiguilles qu’elle portait toujours dans les seins ne semblaient pas bouger, mais les pointes acérées tournées vers l’intérieur de temps à autre semblaient piquer le sein opposé. Anna semblait imperturbable mais des grimaces de douleur déformaient parfois son visage.

« Je voudrais vous suggérer deux choses, dit le maître. Tout d’abord de vérifier le bon état de marche de cette jeunette, ici même si vous le voulez bien, ou plus tard à la salle de réunion. La deuxième chose sera de poursuivre le dressage dans une direction, pour lui donner un usage plus spécialisé si vous voulez. Chandy a juste les qualités nécessaires pour être une femelle à l’étable, une pouliche pour les courses et le plaisir. Je suis sûre qu’elle fera merveille. »

L’amant approuva cette dernière suggestion après s’être fait expliquer de quoi il s’agissait. Chandy qui écoutait sagement avait l’air affolée. Elle voulu protester, et son amant lui enjoignit de se taire pendant qu’on faisait le tour de ses qualités.

« Voyez vous, dit le maître, contrairement à ma petite Anna, votre propriété a de belles jambes solides. Elle sait se tenir très bien sur des talons hauts et il lui sera facile d’apprendre à utiliser les talons les plus extrêmes nécessaire pour cet emploi. Elle a aussi de l’endurance et de la volonté. De plus, ses seins seront du plus bel effet dans un harnais. En disant cela il lui tâtait les seins et tiraillait sur ses anneaux. Ces petits anneaux serviront d’ailleurs à les retenir s’ils se balancent trop librement ! ajouta-t-il en riant. Son postérieur sera du plus bel effet également orné d’une petite queue. Laissez moi vous montrer ce que je veux dire. » L’homme se leva et tira de la commode une sorte de queue de cheval. « L’embout de cette queue est un godemiché spécialement travaillé pour tenir en place longtemps et il n’est pas douloureux une fois bien placé. Mets-toi à quatre pattes ici ! » Chandy se mit face à l’homme en tremblant.

« Ouvre tes cuisses, allons ne soit pas timide, ce n’est que ton maître et moi qui te regardent. »

Anna jetait cependant des regards furtifs tout en continuant inlassablement à tourner autour de la pièce.

« Bien, maintenant, baisse-toi pour appuyer ta poitrine contre le sol, voilà, c’est bien. »

Le trou du cul était maintenant bien dégagé, les fesses largement écartées. Puis il appela Anna et lui demanda de se mettre derrière Chandy, accroupie.

« Lèche-la bien, et mets y le plus de salive pour que cela glisse bien. »

Anna se fit un devoir de lécher consciencieusement le trou de Chandy qui sentait les mains de la petite esclave se poser sur ses fesses pour bien les écarter. Elle se retira après quelques minutes en crachant dedans, laissant un filet de salive glisser entre les cuisses de la malheureuse.

L’homme renvoya Anna continuer à faire des tours autour de la pièce. Puis il plaça l’embout face à trou bien humide. Il commença à l’enfoncer.

« Voulez-vous continuez ? » demanda-t-il à l’amant.

Celui-ce ne se fit pas prier. Il prit la queue de plastique entre ses doigts et se mit à l’enfoncer à son tour.

« Donnez lui des petites torsions pour mieux l’enfoncer ».

Chandy haletait par hoquets à chaque coup. Elle sentait son cul s’écarter sous la pression de son amant, qui faisait bouger ce gode assez imposant de droite à gauche.

« Voilà, c’est bien enfoncé. Maintenant lève toi et marche devant nous ».

Chandy aux larmes se mit à marcher en va et vient dans la pièce.

« Voyez comme cela est beau. Votre propriété est vraiment charmante ainsi. Et voyez, elle n’a l’air de ne pas souffrir d’être empalée de la sorte. Nous lui avons déjà exercé son derrière par des diamètres plus imposants. Celui-ci a la particularité de n’être pas épais à la base mais assez gros au bout, ce qui fait qu’elle peut le tenir en elle sans effort pendant longtemps. Et cela tient très bien ! Approche toi ».

L’homme fit semblant de tirer sur la queue, et effectivement l’anneau de chair ne semblait pas se relâcher autour du gode.

« Seule une pression lente et continue permet de l’extraire. C’est aussi pour cela que nous leur faisons porter un petit harnais qui retient cela. Voyez-vous entre les cheveux de la queue de cheval se trouve un anneau bien utile ».

L’homme souleva la queue comme on l’aurait fait d’une jument. Il prit deux chaînes qu’il accrocha à l’anneau et les fit passer entre ses cuisses, les fit remonter devant son ventre et les accrocha avec un clip sur les anneaux des tétons.

« Pour ce soir cela suffira, mais attelée elle doit porter un véritable harnais ». Puis il tira sur les anneaux de ses lèvres pour dégager le sexe entre les chaînes. « L’avantage des deux chaînes ainsi disposées est que son orifice est toujours disponible ».

Chandy sentit plus qu’elle ne vit l’homme lui soulever les seins ce qui faisait tirer les chaînes et bouger son gode.

« L’expérience nous a appris qu’il faut toujours une troisième chaîne. »

Il prit une autre chaîne et l’accrocha au même anneau de la queue puis la fit remonter le long de son dos pour l’attacher à l’anneau qui se trouvait à l’arrière de son collier.

« Ce soir tu garderas cet ornement ».

Chandy se sentit prise par cet outil plus complètement que si elle avait été sodomisée par un homme. Le godemiché s’était enfoncé un peu plus et le moindre mouvement de son corps transmettait une vibration dans son fondement. La troisième chaîne assez courte non seulement retenait la queue dans son anus mais étirait son anus vers le haut.

« Voyez, comme son visage est assez long, et qu’elle a de belles dents, elle peut porter un magnifique harnais de visage. En voici un très simple qui peut faire l’affaire pour ce soir. Anna apporte moi le harnais bleu ! ».

La jeune femme apporta un harnais de la commode et se mit à genoux face à son maître en présentant l’objet dans ses bras tendus vers le haut comme la fois d’avant.

« Anna a beaucoup utilisé ce harnais et elle va nous montrer comment cela se porte, en le disposant sur votre propriété ».

En effet, Anna s’appliqua à passer les nombreuses lanières sur la tête de Chandy, sous son menton, au dessus de la tête, derrière son cou. Le harnais ne comportait pas de mord, mais deux anneaux sur le côté. Le maître s’approcha une fois le travail fini pour vérifier les attaches et proposa à l’amant d’enfiler lui-même l’épais mord en caoutchouc, pareil à un mord de cheval. Il resserra la lanière du menton fermant solidement la bouche de Chandy.

« La voilà parée pour notre soirée. Elle est une charmante pouliche. Il ne reste qu’à mettre des rênes ».

L’homme accrocha deux longues lanières à chaque anneau sur le côté de la bouche. Qu’il posa sur ses épaules. Il prit une cravache longue, frappa les fesses nues de la femme ainsi entravée et la fit avancer en se tenant à distance pour laisser les rênes se tendre.

« Cet uniforme de travail lui sera très utile pour les sessions de dressage, car votre pouliche ne sait pas encore effectuer les pas des chevaux. Mais je vous assure qu’en quelques jours elle aura appris les pas nécessaire, au pas, au trot et au galop ».

L’amant de Chandy admiratif s’approcha d’elle et lui dit qu’elle était vraiment magnifique, et il la félicitait pour son bel accoutrement. Chandy se mit à pleurer de plus belle quand l’homme l’embrassa en lui prenant le sexe entre les mains avec force et en la travaillant.

« Certains propriétaire aiment que leur pouliche soit aussi engodée pour les courses, mais cela demande une certaine habitude. Si vous le désirez nous pouvons aussi le faire, mais cela ralentit les pouliches. Mon conseil est de l’engoder quand elle n’est pas attelée, mais c’est à vous de voir ».

L’amant acquiesça. Il demanda aussi de rester seul avec sa pouliche avant de passer au salon. Le Maître de l’étable approuva et se tourna vers Anna :

« Allons-y ! Monsieur va devoir faire connaissance avec le nouvel attelage de sa pouliche. A tout de suite ! »

Et en disant cela il la tira par sa laisse, en referma la lourde porte du bureau

L’amant en quelques minutes enleva son pantalon et demanda à Chandy de s’asseoir sur le bureau : il la prit violemment, debout, en lui écartant largement les jambes en assouvissant son désir, sans se soucier un instant de celui de sa propriété.








align="middle" quality="high" bgcolor="#000000" name="11494_PD_315x300"
allowScriptAccess="sameDomain" allowFullScreen="false"
type="application/x-shockwave-flash"
pluginspage="http://www.adobe.com/go/getflashplayer"
flashvars="siteurl=aff.publicdisgrace.com&sitename=publicdisgrace&natsid=christinearven&program=revshare&campaign=flash"
>


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur