Punitions 1

mardi 13 juillet 2010
par  qui_deambule
popularité : 1%
2 votes

Ce matin, j ’attendais Pierre, un de mes amis et maître de surcroit ! celui ci devant me présenter à sa soumise Jeanne qui avait parait-il mal respecté les consignes qui lui avaient été donnés. En conséquence, je devais me charger de la punition...Onze heures sonnaient à l’église voisins quand on sonna à la porte ! J’allais ouvrir prestement :

— Bonjour Pierre

— Bonjour.

J’avais Justin devant moi, avec lui une femme habillée d’un long manteau noir, retenue à une laisse attachée sur un collier maintenu au cou ! Justin prit la parole :

— Maitre pierre, je te présente Jeanne, ma femelle qui vient te demander une punition pour sa faute. Jeanne, présente-toi avec la discipline que je t’ai ordonnée.

— Bonjour maître. Dans un accès inconsidéré de rébellion, j’ai eu des mots injustes envers mon dominant. je vous demande, dans votre grande mansuétude, de punir la soumise, que dis-je ? La salope, la putain, la jument que je suis !

— Bien soumise Jeanne, répondis-je. tes souhaits seront réalisés selon ton désir. Mais tu éprouveras moins de désir le moment venu !

Il ne fallait pas traîner pour que Jeanne n’ait pas le temps de prendre ses repères. nous nous dirigeâmes vers la cave qui était mon donjon, avec le matériel nécessaire au dressage et aux punitions. une fois descendue, Justin enleva le manteau de Jeanne et je pouvais déjà lire sur ses seins, le mot " truie" tagué au feutre noir ! Je m’approchai d’elle et l’entrainai vers une table où je l’allongeai ! J’étirai ses bras et jambes tout en les écartant, elle était maintenant placé en X au centre de la pièce !

— Alors, petite cochonne, fait moi voir ta capacité de résistance.

Alors, je mis sur ses deux tétons des pinces à linges en bois. je les secouais et je vis Jeanne se tortiller comiquement. Je la sentais forte et me dit qu’il faudrait aller plus loin pour qu’elle jouisse dans la souffrance. Malgré tout, je continuais à bouger les pinces et ayant un regard vers sa chatte nue, je vis une brillance qui m’indiquait que notre truie mouillait quelque peu.

— Ah, mais notre salope a la moule en flammes. Attends voir, je sais comment calmer ça !

j’allais chercher l’aspirateur qui ne servait qu’aux punitions et sans l’avertir, le déclenchait en le collant à son sexe luisant. son clitoris et ses petites lèvres furent tout de suite happées fortement et notre soumise ne put que crier sa surprise ! je voyais la sueur perler sur son torse. Aspirant, aspirant encore, je l’insultais en même temps :

— Tu aimes ça, hein sale pute, te faire aspirer l’abricot. Tu n’es bonne qu’à ça, te faire traire ta chatte de merdeuse.

Je déplaçais l’aspirateur après avoir enlevé les pinces à tétons. Je mis l’embout sur le téton gauche et aussitôt, je vis le sein se déformer et la peau se tendre.
Dieu, que c’était bon de la voir humiliée comme cela ! Mais Justin reprit la parole :

— Maitre, je crois que ma jument aimerait que tu lui mettes une queue.

— Mmm, mais sans problèmes, un petit plug en bois avec une queue de vache devrait lui faire du bien.

J’enlevais l’aspirateur et plaçais une chaîne sur les tétons que je reliais à sa bouche. tout mouvement de sa part faisait se tordre le bout de ses seins dejà marqués par les punitions précédentes. je sortis le plug vache que je plaçai à l’entrée de son cul, la débarrassait brièvement de la chaine à seins pour lui dire :

— Soumise, c’est toi qui va me demander de te fourrer le trou du cul comme une vache que tu es ! Allez !

— Maitre, fit-elle peureuse, je serais honoré que vous placiez dans mon fondement ce plug avec sa queue de vache, ce que je suis pour votre plaisir à vous ainsi qu’à mon maître vénéré !

— Bien soumis, devant une telle demande, je me sens obligé de vous anculer !

Ainsi fut dit, ainsi fut fait...la queue noire et blanche sortait de ce gros cul qu’un cheval aurait pu prendre comme ça, sauvagement !
J’étais conscient que la séance avait été brève, mais je savais qu’elle pourrait se répéter avec la bénédiction de maitre Justin !
Il était l’heure du repas, et j’avais prévu pour Justin et moi un bon petit plat. Avant d’y aller, je pris dans un placard des boules de geisha que j’approchais de Jeanne en lui expliquant :

— Tu vois, cette table où tu es accrochée a une particularité. Je vais la faire vibrer pendant une heure, en ayant pris soin de te fourrer le con avec ces boules. tu verras, au début on apprécie, mais après, ça devient difficilement supportable. tu me supplieras même de les enlever !

Alors je les lui insérais et déclenchais la table. mais avant de partir, Justin me dit !

— Attends quelques secondes, j’ai aussi un cadeau pour elle !

Alors ce dernier se plaça a cheval sur son visage, baissa son pantalon, son boxer, et sans préambule se soulagea sur Jeanne. Celle ci avait le nez et la bouche baignant dans un jet de pisse.

Quand il eu terminé, il lui dit :

— Lappe moi le gland avec ta langue...allons, mieux que ça !

Elle obéit ! Puis Justin se rhabilla et lui dit avant de sortir à ma suite.

— Comme tu ne mangeras pas, tu auras au moins bu un peu.

Et nous quittâmes la pièce en ayant pris soin à l’insu de Jeanne de déclencher la camera de surveillance pour être sûrs qu’il ne se passerait rien de dangereux pendant notre absence. La soufrance et les humiliations doivent rester un jeu et la sécurité compte beaucoup pour rester dans cet esprit !



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés, d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication

Entrez votre pass abonné

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur