La boite de Pandore 2

2- La Mygale
vendredi 12 septembre 2003
par  Marine
popularité : 1%

- Merci Orane d’avoir respecté mes instructions. Ton choix pour le code d’accès est des plus judicieux et correspond bien à ce que je veux faire de toi (sourire)

À mon tour de me présenter. Je m’appelle Marie, j’ai trente cinq ans, divorcée depuis de nombreuses années. Mon mari était jaloux de mes p’tites amies. Il est vrai que je suis Lesbienne et Dominatrice de surcroît. Et je ne m’en cache pas !

Marie est mon vrai prénom, et derrière ce prénom, je te rassure, ne se cache pas un garçon manqué, encore moins un monstre. Mais une vraie Femme, plutôt jolie, avec un faible pour les jeunes femmes, plutôt jolies, très féminines et adorablement soumises.

Je suis dominatrice et j’aime ça. Pas une dominatrice d’opérette. Une vraie, ce qui est assez rare ici et je sais ce que je veux. Sache que si tu décides d’entretenir une relation avec moi, tu n’auras plus d’intimité, plus de pudeur et plus de fierté. Qu’avec moi ce n’est que larmes et souffrance. Je ferais de toi ce qu’il me plaira : une femme-objet, un bel objet de plaisir, une chienne... ou un étron si c’est mon plaisir.

Mais pour celles qui aiment ça et savent me plaire, quelques heures, quelques jours..., voire plusieurs mois pour les plus endurantes, le jeu en vaut la peine. En échange je leur offre beaucoup de plaisir, de la tendresse et pour certaines un peu d’amour.

Important : je n’accorde pas d’exclusivité en Amour. Il m’arrive souvent d’être avec plusieurs filles en même temps. Pour moi ce n’est pas un problème, c’est à elles de savoir ce qu’elles veulent. Moi je sais !

Si cette mise en garde ne t’a pas totalement dégouttée, tu as une chance de me joindre ici mercredi soir, même heure.

Parle-moi de toi. Je veux tout savoir de toi. Comment tu es physiquement ? Ton style ? Ce que tu aimes ? Es-tu lesbi ou bi ? Je veux tout savoir sur toi.

Bises à toi

Marie

Ce message assez long puisque qu’il faisait près de quatre pages sur son petit écran, la laissa perplexe. Maintenant, elle connaissait le vrai prénom de sa correspondante : Marie. C’est charmant " Marie " pensa Alex et son esprit commença à vagabonder. Un prénom empreint d’une certaine sensualité. Comme moi, cette femme aime donner et recevoir du plaisir. Sous son masque d’abominable dominatrice, cette femme qui se voulait très dure, impitoyable avec ses jeunes amantes, lui apparaissait en fait très tendre, presque fragile.

À poil sur la moquette, qui lui piquait la poitrine à côté du Minitel, elle avait posé son stock de provisions, ce soir Coca Cola et confiseries. Pour Alex, cette Marie était comme ces Rochers Suchard au chocolat noir, durs à l’extérieur et fondants à l’intérieur. Sauf que dans son cas, les rôles étaient inversés, et que c’était elle, Alex qui serait la délicieuse gourmandise de la Belle Marie.

- Bonsoir Marie, Merci pour ta franchise. Malgré toutes tes mises en garde, je souhaite poursuivre cette relation. Ton portrait, fait d’ombres et de lumières, n’est pas pour me déplaire bien au contraire. Je vois l’image une femme de tête, forte de caractère et en même temps très tendre à l’intérieur.

Autrement, que vous dire de moi. Je ne sais plus si je vous l’ai déjà dit, je suis châtain clair avec des mèches blondes et des cheveux mi-longs. De grands yeux noisette avec une bouche que certaines disent " gourmande ". Je mesure 1,69 m pieds nus pour 54 kg. Taille de SG 90 B, les seins en poires. La taille est bien marquée. Seul défaut des fesses trop grosses à mon goût. Mon style jeune, décontracté. Peut-être pas assez féminin à votre goût. Il est vrai que je suis plus souvent en jeans et tee shirt qu’en jupe. Je vous fais confiance pour changer ça (sourire) ! Ah ! j’oubliais - J’habite seule un petit studio au centre ville près de la place de...

Voilà je crois que vous savez l’essentiel sur moi. C’est avec impatience que j’attends mercredi.

Je dépose un baiser sur vos lèvres.

Orane

La réponse de La Mygale ne se fit pas attendre. Et le lendemain matin, elle trouva le message suivant :

- Ma chère Orane, car c’est sous seul nom que je veux que tu répondes à présent. Laissez-moi ton numéro ou je peux te joindre, nous conviendrons alors d’un rendez-vous.

Bises

SM

Comme tous les mercredis, sa mère était sortie à son club de bridge et rentrerait fort tard.

Orane installa le Minitel dans sa chambre pour être plus tranquillité. Elle était dans un état d’excitation extrême. Jusqu’où l’amènerait ce jeu... elle n’en savait rien.

À peine connectée, comme d’habitude elle fut assaillie par une nuée d’obsédés de tous poils attirés par son pseudo alléchant " Orane Pour La Mygale " qui lui tombèrent de dessus pour l’abreuver d’insultes et autres propos débiles. Mais en minitelliste avertie qu’elle était devenue en l’espace de quelques semaines, elle les ignora totalement à grands coups d’ "ANNULER ". Puis elle passa en revue la liste des autres connectés. Il y avait du monde ce soir pensa t-elle et ceci malgré l’heure peu avancée de la soirée. L’écran affiché en haut à droite plus de huit pages de connectés. Orane les passa rapidement en revue, les noms lui étaient devenus presque familiers : Starlette, Bingo, Nuage, Suzana... Déjà, la 7e page et toujours pas de Mygale... Et là au milieu de la page 8 entre le Caméléon et La Brosse à dent, elle était là, ligne N°127 MYGALE.

Son sang se mit à bouillir dans ses veines, la Mygale ou plutôt Marie était là. Dans la seconde qui suivit elle essaya de contacter la mystérieuse inconnue.

- Bonsoir Marie, lança t-elle sur son écran noir.

Le temps s’écoulait et pas de réponse de sa nouvelle amie. Il y avait tellement de monde et cet appareil était tellement lent, cela devenait infernal.

La jeune fille recomposa son message à l’écran. Cette fois la réponse ne se fit pas attendre :

" La MYGALE VOUS DEMANDE " Tapez ENVOI

- Bonsoir Orane, comment vas-tu ?

- Bonsoir Marie, cela fait plusieurs minutes que j’essaye de te joindre.

- Oui, je sais...

- Mais pourquoi ne réponds-tu pas ? Es-tu fâchée ?

Nouveau message de Marie

- Tu m’as désobéie !

- Mais comment cela, répondit Orane surprise par les propos de son amie.

- Tu n’as pas répondu à mon dernier MSG que je t’ai laissé dans ta BAL hier.

Entre chaque message s’écoulent plusieurs secondes qui paraissaient interminables pour Orane, cela ne faisait qu’accroître son énervement.

- De quel MSG parles-tu Marie ?

- Je t’ai demandé de me communiquer ton n° de téléphone pour que je puisse entendre le son de ta voix, pouvoir se parler...

- C’est gentil, mais cela m’est difficile pour moi...

- Pourquoi, il y a un problème ?

- Je dois te l’avouer, je t’ai menti...

- Tu es un mec... alors bye

- Marie laisse-moi t’expliquer.

Après ce dernier message, la réponse de Marie ne vint pas. Orane pensa que cela venait du nombre de connectés, elle ressaya à plusieurs reprises.

- Non je te t’en supplie Marie ... répond-moi, je ferai ce que tu voudras.. ; mais répond !

De l’autre côté de l’écran noir, la lecture de telle supplique remplit de joie la belle Marie, bien qu’elle n’en laissa rien paraître. Elle se mit à penser à haute voix : "Petite idiote, il y a des phrases qu’il vaut mieux éviter de me dire... Ne t’inquiète pas je me permettrai de te le rappeler, murmura t-elle, le sourire aux lèvres.

Pour Orane, le message quelle n’espérait plus arriva :

" La MYGALE VOUS DEMANDE " Tapez ENVOI.

Orane appuya plus vite qu’il faut de temps pour le dire sur la fameuse touche et le dernier message de Marie apparut.

- Si tu n’es pas un mec, quel est ton problème ?

- Je ne peux pas te communiquer mon téléphone, tout simplement parce que j’habite chez mes parents. Tu comprends maintenant donne-moi le tien pour que je puisse t’appeler

La réponse ne se fit pas attendre cinglante comme une gifle.

- Je suis encore ici un quart d’heure, si d’ici là tu ne m’as pas communiqué ton numéro, inutile d’essayer de me joindre. Les fantasmeurs ou fantasmeuses sur Minitel ne m’intéressent pas. Je ne me répéterai pas trois fois. Réfléchis vite.

Marie savait qu’en écrivant cela elle jouait gros. Elle risquait de perdre le bénéfice de plusieurs semaines de travail d’approche où elle avait dû se faire violence (le mot la fit sourire) pour cacher son manque de patience et sa soif de domination. Si cette gamine disait vrai, celle là, devrait être un charmant petit lot.

Dominatrice de longue date, elle savait que cette situation était inévitable. C’était un point de passage obligé entre deux mondes, immuable, une porte ouverte qui engage, de façon librement consentie, la nouvelle initiée à faire le choix qui lui sera fatal...

Et puis dans le pire des cas pensa la lesbienne chevronnée, une de perdue dix de retrouvées. Et de jolies pucelles qui veulent reluire ma pelote cela manque pas... dit-elle en tirant sur la laisse obligeant la jeune fille agenouillée entre ses cuisses dont on ne pouvait discerner que la crinière blonde, à enfouir d’avantage son museau dans les replis de sa vulve.

- Humm c’est bonnn continuuuue

De son côté, Alex était en proie au désarroi le plus total. Que faire ? Lui céder ? C’était se livrer poings et pieds liés à cette femme. Ce n’est pas ce qu’elle voulait jusqu’à présent ?

N’avait-elle pas suivi à la lettre les consignes parfois étranges de cette inconnue.

Mais, elle doit bien se l’avouer, ordres qui l’ont troublée plus d’une nuit.

Mais d’un autre côté, elle pourrait me faire chanter pensa-t-elle. Dire à tout le monde la vérité. Crier partout que je suis une sale gouine... Cette dernière idée lui donna la chair de poule. Comment pourrait-elle affronter après ça le regard de sa mère, de son entourage... Mais non, je délire... c’est n’importe quoi !

Tu deviens parano ma pauvre fille... Ne pas lui communiquer ton numéro, c’est faire une croix sur la belle, la mystérieuse Marie... et ne jamais connaître le grand frisson.

Mue par une force incontrôlée, elle finit par céder à ses propres freins.

- Marie… je te confie mon numéro de téléphone : 47 22 02 75. J’espère que tu en feras bon usage.

Alex avait à peine enfoncé la touche ENVOI, que déjà elle regrettait son geste. Quelle idiote je suis... si Maman apprend, je suis morte...

La réponse ne se fit pas attendre. La Mygale portait bien son nom. À croire qu’elle était tapie dans l’ombre, n’attendant que çà pour sauter sur sa proie.

- J’ai failli attendre Orane ! Quelques secondes de plus et je coupais. 47 22 02 75 c’est noté. Je t’appellerai à 21 heures 30. Maintenant coupe et attend-moi !
Bises

M

- D’accord, je coupe à bientôt Marie... Bises

Alexandrine enfonça l’interrupteur de son Minitel dans un claquement sec et referma le clavier prestement presque soulagée. Les jeux étaient faits, rien ne va plus... Dans quelques minutes, elle aura Marie au téléphone, entendra voix... son rêve deviendra réalité.

En entendant, comment passer le temps, il n’était guère plus de 9 heures. D’abord se changer. Depuis qu’elle était rentrée Alex n’avait pas pris le temps de se changer. Elle s’était jetée comme une furie sur le Minitel et n’en avait pas décroché jusqu’à maintenant. Mais avant tout, une bonne douche me remettra de mes émotions pensa-t-elle. En allant dans la salle de bain, au passage, elle récupéra le téléphone portable.
Elle fit couler l’eau de la douche et commença à se déshabiller. Elle fit voler ses trotteurs vernis rouges à travers la pièce. Fit descendre avec peine, se tortillant d’une jambe sur l’autre, pour ôter son Jeans LEVI’S qui la moulait comme une seconde peau. Puis se fut le tour de son chemisier blanc qui atterrit sur le carrelage. Alex se regarda dans le miroir de pieds. Elle se trouvait plutôt jolie pour ses dix-huit ans. Elle dégrafa son soutien-gorge Etam libérant, ses adorables seins en poires un peu lourdes dont elle était particulièrement fière. Elle les prit dans le creux de ses paumes pour mieux les offrir au regard inquisiteur du miroir. Une onde de plaisir l’envahit. Ses seins se redressèrent et ses petits bouts se mirent à saillir. Ils devraient plaire à Marie.

PRECEDENT .......................................................... SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur