5 et 6- Plume d’ange

Chapitre 5 et 6
mercredi 18 février 2009
par  Angélique
popularité : 1%
1 vote

Alexia se trouve face à Nadège au milieu du salon. Intriguée Carine a suivi son amie. Stupéfaite, elle écoute Nadège parler à Alexia. C’est une voix sèche, incisive, qui ne supporte aucuns commentaires.

— Déshabille-toi … Et donne moi les vêtements au fur et à mesure que je les demande.

— Tu m’as entendue ?

— Oui ! J’ai entendu

— Le tee shirt demande Nadège.

Alexia enlève et tend à Nadège le vêtement demandé.

— Le soutien gorge maintenant.

Le soutien dégrafé, Alexia le tend à Nadège ; qui ne la quitte pas du regard. Trop petit pour elle, ses seins gardent des marques rouges de compression.

— Le pantalon demande Nadège … " Et reste debout pour l’enlever."

— Voila ! dit Alexia après quelques contorsions.

— La culotte maintenant.

— Sil vous plaît , dit elle en la tendant à Nadège.

— Merci Alexia.

— Approche plus près.

Alexia s’approche. Nadège prends de la toile isolante et en applique un large morceau sur la bouche d’Alexia, en guise de bâillon.

— Tourne toi, et mets les mains dans le dos.

Toujours avec de la toile isolante, elle attache les mains d’Alexia, en appliquant plusieurs tours d’isolant. Elle fait la même chose aux coudes de la jeune fille. Elle porte le regard sur les fesses d’Alexia et constate que les traces de ses mains s’estompent doucement.

Nadège pousse Alexia par les épaules, et la dirige vers la salle de bain. Arrivée sur place, Alexia marque un temps d’arrêt. Nadège vide et étale son panier de linge sale dans le fond de la baignoire.

— Entre dans la baignoire et assied toi.

— Joins les jambes !"

Nadège procède de la même façon que pour les bras. Elle scotche les chevilles, ensuite les genoux. Elle termine en tirant Alexia par les pieds. L’allongeant sur le linge sale. Elle éteins et quitte la salle de bain. Sur le point de fermer la porte, elle lance à l’intention d’Alexia.

— Et retiens toi d’uriner dans le linge. Nous n’en n’avons pas pour longtemps.

— Sois sage !" Lui lance t’elle en guise d’au revoir.

Nadège enferme Alexia dans la salle de bain et ferme la porte à clé.

Carine reste ébahie. Tout s’est bien passé, pas un cri, pas un coup. Une immobilisation proprement effectuée ; dans les règles de l’art.

— Où as-tu appris cela ? demande Carine.

— Sur le site bdsm rêves de femmes et www.sexandsubmission.com. J’ai imité ce que j’ai lu et vu. Ce n’est pas bien difficile.

— Je connais ces sites. Tu as imité ce que tu as vu et tu as fait une erreur.

— Laquelle ?

— Tu empêches Alexia de respirer par la bouche et tu ignores si elle sait respirer par le nez. Tu veux une morte dans ta salle de bain ?

Alarmée, Nadège ouvre la porte de la salle de bains et s’assure qu’Alexia respire bien par le nez.

— Elle sait respirer par le nez.

— Dans le bdsm, rien ne s’improvise. Tout doit s’apprendre avec une personne expérimentée, pour éviter des accidents. La toile isolante, c’est bien trouvé. Ça ne blesse pas et c’est solide.

— Je ne voulais plus la voir attachée avec des menottes. C’est froid, c’est dur et ça fini toujours pas faire des blessures.

— ...

— Carine pour les menottes … trouvées chez moi. Je … Je t’ai … elles … elles sont … .

— … … , silence de Carine … patiente, elle attend la suite des aveux de Nadège.

Embarrassée par l’aveu qu’elle va faire, Nadège respire à fond, bloque sa respiration et prononce en une fois à l’adresse de son amie.

— Pour les menottes je t’ai menti, elles m’appartiennent. Parfois, Marc m’attache avec et il …

Gênée de sa révélation involontaire. Nadège laisse sa phrase en suspend.

— Je savais que tu me mentais et que les menottes t’appartenaient.

— Depuis quand ?

— Depuis le début. A deux reprises, tu t’es trahie. Quand Alexia a nettoyé la cuisine à quatre pattes. Une tache assez difficile à faire avec les mains menottées dans le dos. Ensuite, quand tu as pris la clé des menottes, dans la poche de ton pantalon, pour la détacher

— Tu es fâchée après moi ?

— Non ! Pas fâchée, mais triste du manque de confiance, que tu me témoignais à ce moment là. C’est tout. À tes yeux je représente la sœur que tu n’auras jamais. Et tu me mens pour une bêtise.

— Je te demande pardon ! Mendie Nadège. … Peux-tu me pardonner ?

Carine regarde Nadège droit dans les yeux …

— Je peux te pardonner mais pour oublier il te faudra patienter. Veux-tu que je t’apprenne à ne plus mentir. A dire la vérité …

— Oui ! Si ce n’est pas trop difficile.

— Apprendre c’est toujours difficile et rarement agréable.

***

La tiédeur de la soirée de mai surprend les deux femmes. Enfermées, l’après-midi durant, elles avaient oubliées que l’été et les vacances n’étaient plus très loin. Cote à cote, elles cheminent ensembles. Carine reprends la conversation :

— J’ai téléphoné à Madame D. Elle met toutes les affaires d’Alexia sur la rue. Rien n’est récupérable, même la literie. Elle est très fâchée et parle d’aller se plaindre à la Police. Au fait … Alexia s’appelle Eva-Maria … et elle a à peine 19 ans. Ceci toujours d’après Madame D."

Habituée aux mensonges d’Alexia, Nadège ne relève pas la remarque de Carine.

— Aller chez Madame D est inutile, Poursuit-elle.

— Alors, que fait on Carine ? demande Nadège.

— On peux la laisser se faire prendre par la police.

Puissant, presque maternelle. Montant du ventre de Nadège, le cri a jailli.

— Non ! Pas la Police ! Pas pour elle !

— Quel cri ! Quelle supplique ! Mais … je ne te reconnais plus Nadège. Serais-tu amoureuse d’Alexia ?

— Non ! Je ne suis pas amoureuse d’Alexia et je ne suis pas une lesbienne ….

Carine réfléchit un moment puis dit …

— Accompagne-moi chez moi !"

— Pourquoi faire ?

— Accompagne-moi et tu le sauras.

Le pâté de maisons qui sépare les domiciles des deux amies est vite franchi. Nous sommes dans l’appartement de Carine qui abandonne Nadège à l’entrée d’une salle servant de salon de réception pour se diriger vers une autre pièce, plus petite.

— C’est grand chez toi ! s’exclame Nadège

— C’est un ancien atelier que j’ai acheté pour trois fois rien et que j’ai aménagé selon mes goûts et ma passion. Il y a encore d’autres pièces.

Pendant un moment Nadège entend son amie chercher quelque chose. Elle revient près de Nadège.

— Voilà, je vais te prêter des bracelets. Tu vas les mettre aux poignets d’Alexia.

— Pourquoi ?

— Nadège, s’il te plaît, facilite-moi la tâche. Il est trop tôt pour les questions.

— Quand sera t’il temps pour les questions ? Avec toi, c’est toujours trop tôt !

— Ce soir, tu sauras …

— Tu me le promets Carine ?

— Oui, je te le promet Nadège … … Sais–tu utiliser ce genre de chose ? demande Carine.

— Ce ne dois pas être bien difficile à utiliser.

— C’est toujours ce que j’entend dire … Je voudrais te voir refermer un bracelet autour de ton poignet. Je vais te regarder et ensuite je corrigerai tes erreurs.

Confiante Nadège prends le large bracelet en cuir que lui tend Carine. Elle l’ouvre et constate qu’il est doublé d’une matière synthétique agréable au toucher. Pendant un moment, elle s’imprègne de cette douceur.

Elle ouvre le bracelet. Y pose son poignet gauche. L’entoure complètement du bracelet et le referme sur son poignet au moyen de la lanière qu’elle passe dans le passant métallique.

— Qu’en penses-tu Carine ?

— Ce n’est pas mal du tout. L’œillet tu le passes dans l’anneau que tu vois là, et tu achèves la fermeture par un petit cadenas, que voici et que tu refermes.

Clic …

— Tu as juste fait une petite erreur de débutante.

— Laquelle ? " demande Nadège piquée au vif.

— Je te montre avec l’autre bracelet pour que tu puisses comparer.

— D’accord, mais dépêche-toi Alexia est toute seule.

— Tu n’as rien à craindre pour Alexia, tu l’as très bien installée.

Tout en parlant Carine a pris l’autre bracelet. Habituée, elle le maintien ouvert d’une main. S’adressant à Nadège … dont elle s’est saisie de la main restée libre

… Très scolaire, elle instruit Nadège.

— Le bracelet autour du poignet, je le referme et je glisse un doigt en plus pour éviter de blesser, par frottement sur le bord. Ensuite, je fais comme toi … Je referme en glissant la lanière dans le passant. Et je termine en verrouillant le tout avec le petit cadenas que je referme.

Clic …

Carine contourne Nadège. Elle la ceinture de ses bras, déboucle la ceinture du jeans, l’ouvre, épargne la petite culotte et baisse le pantalon jusque mi-cuisse. Un pied passé entre les jambes, elle achève de baisser le pantalon jusqu’aux chevilles de Nadège.

— Mais … Carine que fais-tu.

— Chutttttt. … fais Carine dans le creux de l’oreille de son amie.

Carine saisit Nadège aux épaules et la dirige vers ce que Nadège pense être un grand fauteuil en moleskine noir. Il est très grand, les accoudoirs sont un peu trop hauts et le sommet est rembourré.

— Allez Nadège … Avance

Encombrée du jeans boulé aux chevilles, Nadège avance à petits pas. Arrivée à proximité de ce que Nadège pense toujours être un fauteuil. Carine l’invite à prendre place.

Le ton dans la voix de Carine a changé

— Monte à genoux et colle-toi au dossier, Ordonne Carine à Nadège. Serre les jambes … fait moi de la place.

— Mais … Carine ! … noooon … non ! Je ne veux pas !

— Monte ! " ordonne t’elle en poussant Nadège.

Carine accompagne Nadège dans le fauteuil. Elle enserre les jambes de Nadège entre les siennes

— Tais-toi et lève les bras.

Pensant à une jeu imaginé par de son amie, Nadège se laisse faire … Ecartant davantage les bras de Nadège, Carine fait passer la courte chaîne par dessus le dossier.

— Pose les bras sur les accoudoirs. Et ne bouge pas."

Carine quitte le fauteuil et sangle les jambes de Nadège dans le creux des genoux. Revenue devant le fauteuil, elle attrape la chaîne et la relie à la corde d’un anneau fixé au sol.

Nadège fulmine de colère …

— Arrête Carine ton jeux ne m’amuse pas du tout. Détache-moi immédiatement. Dis … tête de mule, tu pourrais répondre quand je te parle.

Carine relève la tête de Nadège par le menton, dégage les cheveux du visage et lui explique la raison de ce qui lui arrive.

— Te rappelles-tu m’avoir dit que tu voulais apprendre à ne plus mentir.

— Oui ! Je me souviens de te l’avoir dit."

— Maintenant et à ma façon, je vais essayer de t’enlever l’envie de me mentir … Aujourd’hui, pour te protéger, tu m’as menti 2 fois. Te rappelles-tu de ces 2 mensonges.

Nadège se souvient du traitement réservé à Alexia. Elle regarde Carine dans les yeux. Ce qu’elle y lit l’incite à se montrer coopérante. Elle réfléchit quelques instant et fini par dire …

— J’ai menti pour la paire de menottes.

— Oui ! C’est juste, tu as menti pour la paire des menottes. Approuve Carine L’autre mensonge maintenant … Petite sœur de cœur … tu ne te rappelles pas … La paire de menottes est le second mensonge. Quel est le mensonge avant celui-là ?

— Un dernier indice … s’il te plaît …. Carine. supplie Nadège de plus en plus inquiète de la tournure des évènements.

— Alexia nue dans le salon … … … Je vais te laisser réfléchir un petit moment. Pour que tu puisses te souvenir du premier mensonge. A tout de suite petite sœur ! Susurre t’elle.

— Que vas-tu faire Carine ?

— Priez Nadège … priez pour que la mémoire te revienne." Et elle se rend dans la pièce à coté, abandonnant Nadège à son examen de conscience.

Laissée seule, Nadège en proie à une panique sans borne, se contorsionne et essaye vainement de se libérer. LIRE LA SUITE

L’intégralité des chapitres 5 et 6 est disponible pour les abonnés de RdF
PRECEDENT ....................................................................... SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de nathykara
mercredi 18 février 2009 à 13h44 - par  nathykara

Les véritables natures se dévoilent pour notre plus grand plaisir

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur