8- Une amie d’enfance

lundi 20 novembre 2006
par  Maître Gyl
popularité : 1%
3 votes

16— Les vacances au manoir

Maître GYL convoque Larve après avoir reçu un courrier.
— Qui se nomme Nina dans tes connaissances ?

Larve qui est à genoux juste corsetée, les chaînes entre ses bracelets aux poignets et chevilles, frissonne
— Une ancienne amie qui a une propriété dans le sud vers l’Espagne Mon Maître
— Dis—moi ce que tu sais sur elle !
— Elle a été soumise à son mari puis à la mort de celui ci est devenue domina. Elle aime les femmes mais cela lui joue souvent des tours elle a 10ans de moins que moi, mais tout cela est caché et très discret mais je le sais, elle se confiait à moi. Voici ce que je sais mon Maître, elle vit de l’argent placé par son mari.
— Très bien Larve car elle passe dans la région et veut te voir, appelle—la sur le portable et donne—lui l’adresse d’ici
— Bien mon Maître

Elle s’approche à quatre pattes et prend le portable que son Maître, le lui tend. Il sonne déjà, la conversation est brève car elle tombe sur le répondeur ! Puis, renvoyée d’un geste, elle retourne à ses corvées du jour.

Pierre dès qu’il en a l’ordre va faire préparer une chambre pour cette invitée au cas ou elle veuille rester. Il n’y a que Larve et Chose dans le manoir les autres nettoient à fond les écuries dans une autre partie du manoir, elles sont sous vidéo surveillance et s’activent ! Il va les voir souvent et les motive au fouet........, elles travaillent nues juste des entraves entre les poignets et les chevilles ce qui limite leurs gestes et les obligent à se contrôler sans cesse et les chutes sont nombreuses......Il s’en amuse car lorsqu’il va les voir, il diminue ou relâche les chaînes avec un simple cadenas, mais exige que le nettoyage avance ! L’enjeu est de taille la plus flemmarde sera poney pendant un an ! Le soir Pierre ramène les filles douchées au jet d’eau devant la porte. Elles sont épuisées. Il passe près de chacune caresse les seins, les joues, le pubis......Il envoie Chose, Larve, Nadine et Blondie attendre dans le couloir à la porte de son bureau puis charge Pierre d’enchaîner Brunette et Cathy dans l’écurie. Les deux esclaves frissonnent. Seule Brunette verse quelques larmes mais elles ne disent rien acceptant la décision de leur Maître. Il rentre et fait signe aux filles qui attendent dans le couloir de venir au salon. A son signe elles se mettent à genoux
— Je suis fier de vous mes petites esclaves y compris de mes deux poneys. Allez dormir à présent je passerai vous attacher au lit et je veux aucun bruit. Pierre vous a douché au tuyau d’arrosage. C’est très bien ainsi. Allez à vos places !

Elles obéissent et quand elles passent près de lui, il les embrasse, flatte leurs seins et dit quelques mots très gentils à chacune d elle. Il va voir les deux poneys girls à la chaîne chacune dans un box poignets attachés au dos et bâillonnées, elles pleurent en silence il les caresse, les rassure et les prévient que demain elles auront leur première séance de manège, qu’elles se couchent dans la paille et dorment...... puis il passe dans les chambres enchaîne les autres au lit en caressant un peu leur clito juste pour le réveiller et les laisse. Puis il parle longuement à Pierre dans son bureau .Comme il voue une admiration sans fin au Maître Pierre l’écoute avec attention et exécutera à la lettre tous les ordres.

Pierre réveille Chose de très bonne heure et lui enlève ses chaînes après lui avoir infligé un lavement puis la conduit aux toilettes.
— Tu te douches soigneusement et vérifie ton épilation je viendrai te corseter et te donner la tenue que Maître a choisie. Tu es à sa disposition personnelle.
— Bien Monsieur Pierre

Elle prend sa douche à genoux obligée de se mettre à quatre pattes pour bien nettoyer son sexe, vérifier son épilation et ses fesses. Après s’être soulagée de son lavement matinal, elle se sèche avec soin essuyant bien son collier et ces bracelets qui sont rivés. Puis en se maquillant le visage et le sexe elle s’interroge sur ce qui va lui arriver aujourd’hui, ce que son Maître a imaginé, puis elle hausse les épaules elle saura bien à temps ! Pierre ramène un corset en cuir qu’il serre étroitement puis l’aide à passer une petite jupe courte et un haut qui se lace par trois rubans devant puis des chaussures à hauts talons qui se ferment à la cheville. Elle replace le bracelet dessus puis Pierre lui accroche une laisse fine au collier elle baisse la tête et le suit docilement. Pierre lui ouvre la porte du bureau et la laisse rentrer refermant la porte derrière elle. Elle est surprise de le voir venir vers lui et fait aussitôt la révérence, il la relève et l’embrasse elle s’abandonne dans ses bras, heureuse de l’instant présent sans se poser de questions. Elle gémit dés qu’il glisse sa main entre ses jambes car l’anneau sur le clito la rendue hyper sensible et comme il est étiré il est toujours excité... Puis il la fouille et elle jouit sans pouvoir se contrôler

— Mon Maître quoique vous vouliez de moi je vous le donne depuis le début je vous aime même si parfois c’est dur, très dur même...........

Elle rougit devient même écarlate elle a osé parler cela est venu naturellement elle sait qu’elle doit être punie mais au lieu de cela il l’embrasse doucement. Elle se blottit contre lui heureuse de ces moments de tendresse seule avec Lui.

Il l’emmène vers l’étable où Pierre a équipé les deux poneys et les a attelées à une petite carriole à deux places, elle frisonne en les voyant puis se met aux pieds de son Maître à l’endroit qu’il lui indique se repliant sur elle—même. Il fouette les fesses des deux filles et le chariot avance. Elles trottent comme elles ont appris en levant bien les genoux... Mais elles ne trottent pas ensemble et le fouet leur zèbre le dos. Quand elles y parviennent enfin elles sont épuisées et il les ramène à l’écurie où Larve
nue attend sagement. Une longue chaîne pend entre ses cuisses et l’autre extrémité est fixée à un anneau sur le mur. Elle les déséquipe rattachant les poignets, les fixe par leur collier à une courte chaîne, les passe au jet d’eau puis les bouchonne à la paille sans hésitation, Chose blottie dans les bras de son Maître frissonne. Il la pousse vers une vieille table, la renverse en arrière, lui rabat les jambes, enlève le cadenas de son sexe et la prend sans management. Elle est heureuse d’être utilisée par son Maître de sentir son excitation et elle en jouit avec lui. Il la laisse ainsi et va fouiller les deux poneys ordonnant à Larve de se servir de sa bouche. Il se rajuste, remet le cadenas à Chose et lui fait signe de le suivre.
Nadine et Blondie attendent devant la porte du bureau étroitement corsetées chaussures à talons hauts, rubans dans les cheveux mini tablier blanc à la taille, leurs bras repliés dans le dos, bracelets accrochés à un mousqueton fixé en haut du corset derrière. Il flatte leurs fesses puis seins les embrasses à pleine bouche puis détache leurs bras.

— Ménage du rez—de—chaussée les filles je contrôlerai en fin de journée remuez—vous que ce soit fini !! Je me suis bien fait comprendre ?
— Oui Mon Maître ! répondent—elles ensemble.

Au geste elles partent chacune d’un côté........Il pousse Chose dans le bureau. Quand il s’assoit elle s’agenouille sur le petit carré dessiné sur le sol a son geste et reste sans bouger, tête baissée, bras le long du corps comme elle sait qu’il aime. Perdue dans ses pensées elle gémit quand il pose un poids à chaque anneau de ses seins, des pendentifs assez fins mais lourds il lui bouge un sein et l’entend tinter...... elle comprend aussitôt. Impossible de bouger sans faire de bruit, elle se lève à son signe et voit le paquet déballé sur le bureau. Il prend une boule et en tournant un mécanisme en fait sortir des pointes. Puis lui accroche aux anneaux de ses lèvres..

Elle gémit aussitôt et écarte plus ses cuisses puis, au signe, marche dans le bureau comme un canard elle se sent ridicule et les larmes lui montent aux yeux. Il se lève et va l’embrasser puis lui dit doucement a l’oreille

— Tu sais Nicole ma petite Chose tu dois être exactement comme je veux, ne plus du tout penser à toi mais n’avoir dans la tête que tu es la chose de ton Maître et que lui obéir quel que soit l’ordre est ton plaisir comme le sien........
— Qu’il soit fait selon vos désirs mon Maître j’obéis à tout.................

Elle le fixe en lui disant cela les joues écarlates..........puis baisse les yeux heureuse du regard de son Maître car elle y a vu beaucoup d’amour.........Elle reprend sa marche se dandinant.

Il réduit la longueur des piques et même si cela lui griffe l’intérieur des cuisses, elle marche plus correctement de long en large devant Lui. Elle vient vers lui à son signe et se laisse guider quand il l’assoit sur ses genoux. Il caresse ses seins, tire le bout.

— Je suis très content de toi ma Chose. Hier tu t’es donnée à fond et cela m’a fait plaisir de voir que tu participais activement. Ma confiance en toi grandit car tu t’abandonnes totalement malgré quelques hésitations comme tout à l’heure......

Elle prend sa main, glisse à ses pieds, lui embrasse la main, y frotte son visage.
— Punissez—moi mon Maître, punissez—moi sévèrement que je ne recommence jamais !

Il se penche vers elle lui relève le visage, l’embrasse avec douceur, lui remonte les bras dans le dos accroche les poignets au crochet du corset au milieu du dos. Elle sent plus qu’elle ne voit un objet s’enfoncer dans son nez, une douleur brève mais vive lui arrache un cri, les larmes lui montent aux yeux sans qu’elle puisse les contrôler. Ca la pique un peu quand il désinfecte avec un coton tige, puis Il met une chaînette en or qui passe dans le trou qu’il a fait et l’accroche de chaque côté aux anneaux des oreilles et rajoute un petit anneau puis l’embrasse tendrement. Elle fond dans ses bras........Oubliant ses pensées d’avoir un anneau au nez comme une vache, en fait n’être qu’un animal..

— Tu te désinfecteras bien trois fois par jour Chose que tu n’aies pas d’infection !
— Oui mon Maître

Il l’embrasse, tire la chaînette, elle ouvre sa bouche en grand, plus que d’habitude. Les larmes lui montent aux yeux et elle comprend et admet aussitôt qu’elle fait un pas en avant..........qu’elle se transforme vraiment comme Il veut et en est heureuse.
— Va chercher Larve je vais lui percer le nez. Tu lui mettras la chaînette et cette boule entre les cuisses !
— Bien mon Maître, à vos ordres.

Elle ramène Larve avec la laisse qu’il lui a tendue, elle la suit sans hésiter et dès qu’elle est devant Lui elle se prosterne. Il lui attache les poignets au dos lui relève le visage, lui perce l’intérieur du nez. Elle ne gémit même pas. Il y met un anneau puis Chose y passe la chaînette qu’elle accroche aux boucles d’oreilles. Elle la fait lever, s’accroupit devant elle et accroche la boule aux anneaux du sexe, elle grimace légèrement. Puis marche en se dandinant dans le bureau. A son signe elles viennent de chaque côté Il tire doucement sur les anneaux fixés au clito, elles réagissent aussitôt et il durcit très vite, il sourit enfonce un doigt dans chaque sexe, puis un deuxième et les bouge l’un contre l’autre, elles se cambrent et jouissent ensemble............. Au signe elles s’agenouillent ,ouvrent son pantalon et le caressent avec leur bouches plongeant l’une après l’autre, attentives au plaisir de leur Maître, Quand il a son plaisir Chose partage avec Larve en l’embrassant puis elle repart à ses corvées du jour.

A 11 heures Pierre regroupe les filles dans la cave, y compris les poneys. Elles sont toutes bâillonnées et poignets attachés au dos. Sauf Chose qui est à côté de son Maître tenue en laisse, elle s’agenouille près de lui quand il s’assoit. Il parle longtemps fixant de nouvelles règles définissant la vie qu’il veut et ce qu’elles devront faire pour y arriver, il lit les feuilles qu’il a écrit et quand il se tait après un moment de réflexion.

— Pierre va vous enlever les baillons, celle qui veut partir le lui dira. Elle aura une enveloppe pour refaire sa vie, le manoir va être vendu car je veux aller ailleurs et bien sûr avec celles qui voudront rester, Mad est au courant de ma démarche à vous de choisir.........

Quand il se lève, Chose, Larve le suivent aussitôt comme Pierre. Dès qu’il a ôté les baillons, Cathy et Brunette suivent puis Nadine, la dernière est Blondie qui en sont for intérieur se traite de sotte car elle aime cette vie ! Il va au salon et s’assoit les esclaves se prosternent. Nicole le fait la première. Quand toutes sont allongées, Nicole prend la parole :
— Maître, nos vies vous appartiennent ce n’est pas maintenant que cela changera, donner vos ordres nous vous suivrons en enfer s’il le faut et guidez—nous encore plus loin, je sais qu’aucune de vos esclave ni Pierre ne refusera quoique ce soit, vous n avez pas à expliquer ce qui se passe ou arrive mais à donner vos ordres et vous serez obéi si une avait change d’avis qu’elle se lève et parte !

Aucune ne bouge.........Il leur donne des ordres pour plier le matériel sm, leurs habits et les siens, Pierre s’occupera du bureau. Il sait qu elles obéiront à tout ce qu’il a dit et se rend à la ferme qu’il a achetée car le manoir et les terrains, vendus à un promoteur immobilier, lui ont rapporté une véritable fortune multipliant par dix ce qu’il avait déjà. La ferme est entourée de champs et la zone est totalement déserte, une source alimente un grand bassin sur le côté des bâtiments.

La ferme construite en pisé comporte une écurie attenante à la partie habitation juste à côté du cellier et de l’atelier. Il contrôle chaque pièce qui ont été rénovées selon ses ordres et aménagées comme il le voulait.

Tout est simple et rustique. Hormis la chambre froide qui occupe la moitié du cellier et regorge de nourriture y compris les saloirs....... Les trois tas de bois à l’extérieur soigneusement bâchés sont pour plusieurs années de chauffage, autre modernisme les panneaux solaires qui permettent d’avoir de l’eau chaude et de l’électricité. Bien qu’il ait prévu des bougies en quantité. Il vérifie aussi la partie prévu en jardin potager puis celui d’agrément et la serre entre les deux, équipés pour faire pousser n’importe quelles graines. Tout est fait comme il a dit. Il sort de la propriété et change le mot de passe du portail électronique personne ne peut rentrer désormais sans être filmé voire électrocuté s’il vient trop près de la maison. Système passif défensif agrémenté de quelques pièges venus des pays d’Asie qu’il a mis en place comme une mort naturelle en somme..............

Il sourit en rentrant au manoir conscient et heureux de son pouvoir........ Le travail de rangement a beaucoup avancé il en est surpris, dans le bureau où il reste l’ordinateur portable il y a aussi une feuille posée en évidence, il ’ assoit et la lit avec attention car il a vu en bas la signature de toutes ses esclaves et celle de Pierre........

Maître,

Au moment du repas nous nous sommes retrouvés ensembles à la cuisine, et en votre absence nous avons parlé librement, nous avons réalisé combien votre absence, même momentanée nous laisse désemparée surtout que nous n’avons aucunes contraintes aujourd’hui.
Bien sûr tout sera rangé comme vous le voulez à votre retour, nous avons décidé de vous faire ce mot pour vous dire que notre obéissance, notre soumission sont totales et absolues quels que soient vos ordres et quoique vous décidiez ou vouliez. Nous sommes heureuses et fières d’être à vous, et nous vous aimons vraiment totalement. Faites de nous tout ce que vous voulez, vous obéir est notre raison de vivre. Soyez notre Maître et Seigneur chaque seconde de votre vie. La nôtre ne compte plus nous n’existons que pour vous et vous ne devez avoir aucune pitié..........

Puis suivent les signatures des filles et de Pierre......... Il reste calme et relit puis il sourit et ses yeux brillent de plaisir.

Il appelle Pierre lui demande s’il y a des malles, il en faut cinq. Les esclaves feront le voyage attachées à l’intérieur équipées d’une couche culotte.......Seule Chose viendra avec lui....mais voyagera les yeux bandés, Pierre à qui il expliquera la route et donnera l’adresse guidera le camion.

— J’en ai trouvé six Maître et si vous louez un petit fourgon vous pouvez les emmener vous—même et les équiper comme vous le désirez.......
— Bonne idée Pierre mais je les emmènerai en plusieurs voyages. Je peux rentrer deux malles dans la voiture, elles attendront là bas, Chose les surveillera. Toi, tu seras avec les déménageurs
— Comme il vous plaira Maître

Il se sert de Chose comme d’un mannequin pour définir la tenue de départ des filles et en finalité il fait une tenue différente pour chaque fille. Il se rend compte que les différencier à présent est une bonne chose. Il se réjouit à l’avance de leur changement de vie certes plus rustique mais plus conforme à ce qu’Il aime. Et au fond de Lui Il sait qu’il a raison du choix qu’il a fait.........

Mais ce changement est une autre histoire........

FIN








align="middle" quality="high" bgcolor="#000000" name="11975_BGB_315x300"
allowScriptAccess="sameDomain" allowFullScreen="false"
type="application/x-shockwave-flash"
pluginspage="http://www.adobe.com/go/getflashplayer"
flashvars="siteurl=aff.boundgangbangs.com&sitename=boundgangbangs&natsid=christinearven&program=revshare&campaign=flash"
>


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Logo de benJio187
samedi 4 février 2012 à 14h13 - par  benJio187

Mouais, je suis assez d’accord avec toi. Mais honnêtement, il n’y a pas grand chose de neuf dans ce que tu écris ! On peut lire pratiquement les mêmes trucs sur des centaines de pages ... J’espère que ton prochain billet sera plus intéressant !

poker en ligne

poker en ligne meilleur site

poker en ligne cadeaux

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur