2- Scène et Giton

Chapitre 2
jeudi 27 novembre 2014
par  calingiton
popularité : 1%

Je lui emboite le pas, mais pendant qu’il file par la sortie, je passe à la caisse avec le concombre. Je suis dévisagé par la vendeuse qui me toise avec mépris. Je suis très mal à l’aise et c’est presque en courant que je rejoins DSK devant son gros 4x4, un Porsche Cayenne flambant neuf. Mon short me rentre de plus en plus dans le cul et je n’ai pas conscience de l’exhibition indécente dans laquelle je m’affiche dehors.
― Waouh la voiture. Impressionné par le fric que doit avoir ce type en découvrant sa voiture de luxe.

Je le regarde sortir du magasin et se précipiter vers moi. Il n’est pas une fille, mais il en a toute l’apparence avec sa démarche féminine, juché sur ses hautes bottes roses de femme.
Il se colle presque contre moi, en jetant des regards inquiets autour de lui, manifestement pas très à l’aise de s’afficher avec un vieux comme moi. Je m’en fiche, et je décide de le mater avec toute l’arrogance du type fortuné devant cette petite salope qui s’affiche dans ce micro short vulgaire au possible.
― Oui, c’est un Porsche Cayenne S. Elle te plait ?
Je sens bien qu’il est ébloui par le fric que je lui étale avec insolence.

― Oh oui, il est pas mal.
Je remarque encore son regard sur mon petit cul serré dans mon short. C’est évident que je l’excite, cela se voit.
― Je voudrais qu’on y aille. Je n’aime pas trop tous ces gens qui nous matent, en lui montrant d’un signe de tête les quelques personnes qui nous ont remarqués déjà ensemble, lui l’adulte d’âge mur et moi le garçon un peu jeune quand même.

― Oui, pas de problème. On va vite aller chez moi, on sera bien plus tranquille.
On monte à bord et je démarre pour m’éloigner du magasin et de tous ces voyeurs qui s’intéressent un peu trop au curieux couple que nous formons ce jeune blondinet et moi. Inutile de chercher à provoquer.
― Tu sais, moi aussi, je préfère la discrétion.
Je pose ma main sur son genou pour le rassurer.
― Mais ne crains rien, chez moi, tu ne croiseras pas de regards méchants. On sera bien tous les deux, tu verras.

― Oui, oui je préfère, les gens nous regardaient trop. Et je ne veux pas que vous aillez d’ennui à cause de moi.
Je pense évidement à mon jeune âge par rapport à lui, et tout ce que l’on raconte sur les pédophiles. Assis à côté de lui à l’avant, je sens sa main sur mon genou, et un drôle de frisson me parcourt le corps. Je suis troublé par ce qui m’arrive. J’ai gardé mon concombre que je serre contre mon ventre et je regarde la route, sans trop penser à ce qui va m’arriver avec cet
homme qui pourrait largement avoir l’âge de mon grand-père.
― Vous n’avez pas de voisins Monsieur ?
J’essaie de rester calme malgré l’émotion palpable qui me submerge.

J’ai senti un très léger sursaut chez le garçon quand ma main s’est posée sur son genou. Un sursaut suivi d’un frisson qui me confirme qu’il va être bien docile. Et s’il ne se considère pas comme une fille, il en a, en tout cas, toutes les apparences. La façon avec laquelle il serre le concombre contre son ventre m’excite trop. J’imagine déjà ce qu’il va bientôt serrer contre lui, avec ardeur et envie. Je le sens et j’ai le nez pour ça.
― Si, bien sûr, j’ai des voisins, comme tout le monde. Mais tu vas voir, chez moi, on ne risque pas de nous surprendre.

Les dernières paroles de cet homme m’effraient un peu. Que veut-il dire à propos de sa demeure ? À quoi je vais m’attendre là bas ? Je vois bien que son attitude a changé avec moi depuis que j’ai grimpé dans sa voiture. Déjà sa main sur mon genou qu’il caresse délicatement m’en dit suffisamment sur ses intentions. C’était clair, je suis tombé sur un vieux pédéraste et sa seule idée est de me baiser dès qu’on sera chez lui. Je me rends compte que je vais chez lui, sans même prévenir maman. Et si ce type a l’intention de me séquestrer chez lui ? A l’allure ou le 4x4 défile à travers la garrigue, vers une destination inconnue, je n’ai plus aucune possibilité de fuir. C’est donc mort d’inquiétude que je me résigne à subir ce que j’ai bien cherché, en jouant les petites putes ce matin. LIRE LA SUITE

CHAP 1 ................................... CHAP 3




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur