Axel


Articles publiés dans cette rubrique

vendredi 30 avril 2004
par  Axel

Où je dois réveiller Maîtresse

Ce matin, je suis venu vous apporter votre petit déjeuner au lit. Sur le plateau je vous ai déposé des croissants tous chauds que je suis allé chercher à la boulangerie du village. Vous appréciez mon dévouement, comme vous vous félicitez de la démonstration de mon désir devant la vue de mon jeune membre dressé qu’il me faut vous présenter chaque fois que je suis nu devant vous. Selon vos exigences. Après (...)

dimanche 9 mai 2004
par  Axel

Où Maîtresse me prostitue

Satisfaite, votre plaisir assouvi, vous me repoussez méchamment du pieds, comme un jouet qu’on ne veut plus, pour gagner les caisses. Inquiet, je vous regarde vous éloigner, les yeux fixés sur vos longues jambes gainées de cuir noir, que les pans de long manteau découvrent à chacun de vos pas martelés sur le sol.
Vous m’abandonnez là, au milieu de l’allée, à ramasser le reste des légumes secs qui (...)

vendredi 14 mai 2004
par  Axel

Où je dois accompagner Maîtresse

Debout, face à moi, juchée sur vos talons aiguilles, vous êtes impressionnante.
Je n’ose bouger, de crainte de réveiller votre colère. Mes joues portent encore les traces de votre fureur. Apeuré, je ne suis plus qu’un petit animal sans défense, résigné à subir votre joug. Vous m’examinez longuement, vous attardant sur ma croupe tendue sous le fin tissu de mon jean élimé, et bien trop étroit pour contenir (...)

dimanche 16 mai 2004
par  Axel

Où Maîtresse fait ma toilette

Quand vous me libérez enfin, nous sommes de retour chez vous, dans le garage au sous sol. Vous me faites sortir sans ménagement. Votre brutalité me surprend. Je ne crois pas avoir fauté en quoique ce soit. Sans doute, désirez vous me prouver que vous êtes la Maîtresse. Une Maîtresse dure et implacable. Comme un petit animal apeuré je me jette à vos pieds, affolé, sans bouger. Vous me montrez vos bottes (...)

mercredi 19 mai 2004
par  Axel

Où Maîtresse évoque ma destinée

Vous m’entraînez dans votre chambre. Dans ma valise, pas encore défaite, vous entreprenez de trier mes affaires. Vous avez décidé de ne garder que ce qui vous intéressent.
Tu n’es qu’une petite pute ! Alors autant t’habiller comme cela dorénavant. Et je constates avec plaisir que tu as pris ce qu’il faut, espèce de petite salope !Regardez moi çà !
Et vous me jetez au visage un minuscule shorty en (...)

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur