Lynne par Just Another Bloke

Chapitres 21 à 23
lundi 13 juin 2022
par  Henic
popularité : 2%
25 votes

21. La vente aux enchères

Steven conduit la fille en blanc hors de la pièce et me laisse seule, avec la porte fermée et la pièce dans l’obscurité. J’ai encore besoin de jouir, je pourrais me masturber et obtenir le soulagement dont j’ai désespérément besoin, et que personne ne le saurait ; mais je ne le fais pas. J’ai fait tant de fois la même erreur, en jouissant ou en me masturbant sans autorisation ; Je ne vais pas la refaire. Je suis tellement en colère contre la petite garce qui m’a trahie, mais je suis encore plus en colère contre moi-même.
Steven revient et ferme la porte derrière lui ; il me regarde avec une expression sur son visage qui m’effraie et m’excite à la fois.
« Peut-être qu’il y a quelque chose que tu peux faire pour moi...
- N’importe quoi, réponds-je en saisissant l’opportunité avec empressement. Si vous ne dites pas à la Maîtresse ce que vous m’avez surpris en train de faire, je ferai tout ce que vous voudrez. »
Il me regarde de haut en bas pendant un moment.
« Est-ce que tu avales, Lynne ?
- Vous savez que je le fais... Dis-je confuse. »
Cela me paraît tellement idiot à dire. Je suis ici parce que je veux devenir esclave. Je l’ai sucé et j’ai avalé chaque goutte de son sperme il y a moins d’une demi-heure. Puis je réalise que ce n’est pas son sperme qu’il veut que j’avale.
Je ne peux ni le regarder ni lui répondre. Je hoche simplement la tête pour signifier que je le ferai. Mais il me fait le regarder et il me fait lui dire ce que je ferais pour lui.
Il me fait m’agenouiller devant lui et dézipper son pantalon. Je mets sa queue molle dans ma bouche et je ferme les yeux en essayant de penser à autre chose, en essayant de faire comme si j’étais ailleurs, en train de faire autre chose.
« Tu es vraiment une petite salope idiote, Lynne. »
La voix de la Maîtresse me fait sursauter ; mais voir la fille en blanc avec elle me surprend encore plus. Steven sort son membre de ma bouche et me pousse sur le sol. Je les regarde, je ne comprends pas ce qui se passe.
« Tu es ici pour en savoir plus sur ce que signifie vraiment être une esclave, Lynne ; et tu es une apprentie très lente. Dommage que tu ne sois pas plus comme elle. »
La Maîtresse caresse affectueusement la fille aux cheveux blancs.
« Elle s’est masturbée aussi, dis-je avec plus qu’une pointe de jalousie dans la voix. Elle s’est fait jouir...
- Mais elle avait la permission, petite chienne insolente. Tu n’es qu’une petite salope bon marché, Lynne, et il y a une grosse différence entre être une salope et être une esclave. »
Ils me laissent à nouveau seule dans le noir. Je pense que j’ai vraiment merdé cette fois. Je n’aurais jamais dû parler à la maîtresse comme ça. Mais aussi confuse et inquiète de ce qui se passe que je sois, ma chatte me fait encore mal d’avoir besoin d’être touchée. J’ignore du mieux que je peux ce que mon corps veut que je fasse.
Assise seul dans le noir, j’ai le temps de réfléchir. Ils essaient de me montrer davantage de ce que signifie vraiment être esclave ; mais ils jouent aussi avec moi.
Ils n’arrêtent pas de me dire que ce n’est plus un jeu, mais ils continuent à jouer à des jeux avec moi.
La porte s’ouvre et je vois la silhouette d’une femme debout dans l’embrasure de la porte, avec de la lumière qui se répandant dans la pièce derrière elle.
« Tu es pathétique, Lynne. »
Je connais la voix mais je ne la situe pas.
« Tu sais que vous ne dois pas te masturber sans autorisation mais tu ne peux pas garder tes mains à l’écart de ta jolie petite chatte, hein Lynne ? »
Les lumières s’allument et me font mal aux yeux pendant un moment alors que j’essaie de me concentrer sur la femme. Elle porte une petite tenue rouge d’esclave.
« Chérie ? Qu’est-ce que tu fais là... ? »
Elle se tient dans l’embrasure de la porte et me regarde, recroquevillée sur le sol dans le coin.
« Putain, qu’est-ce que ça a à voir avec toi, Lynne !
- Je ne sais pas je...
- Ça n’a RIEN à voir avec toi. Et tu penses vraiment que faire ça pour Steven l’aurait empêché de dire à la Maîtresse ce qu’il t’a surpris en train de faire ? Tu es vraiment si débile que ça ? Notre seul but dans la vie est d’être utilisées, Lynne. D’amuser, divertir et satisfaire d’autres personnes ; c’est ce à quoi tous les esclaves comme nous sont bons. Les gens n’ont pas besoin de raison pour nous utiliser.
- Je sais, j’essaie d’apprendre...
- La seule chose que tu dois apprendre est l’obéissance, Lynne. Si tu veux vraiment être une esclave, si c’est vraiment ce que tu sais que tu veux être, alors tu ferais mieux de te dépêcher d’apprendre.
- Oui, elle ferait mieux, dit la Maîtresse en entrant dans la pièce.
- Je suis désolée, Maîtresse. Je sais combien de fois j’ai dit ça ; je sais combien fois je vous ai déçue.
- Je ne veux pas entendre à quel point tu es désolée, Lynne : je veux que tu me montres à quel point tu es désolée. »
Je suis sur le point de fondre en larmes ; je ne sais vraiment pas à quoi m’attendre ensuite mais le ton de sa voix est calme et détendu. Je pense que je sais ce qu’elle veut dire mais je ne suis pas sûre, je ne peux plus être sûre de rien.
« Je ferai tout pour vous montrer à quel point je suis désolée, Maîtresse, dites-moi simplement ce que vous voulez que je fasse.
- Tu es celle qui m’as désobéi, Lynne, celle qui m’as déçue de nouveau. C’est à toi de me montrer à quel point tu es désolée.
- Je vais le faire, Maîtresse, je vais vous montrer...
- J’espère pour toi que tu vas le faire Lynne… »
Ses derniers mots sont de mauvais augure par ce qu’ils signifient mais ils sont prononcés de manière désinvolte dans la façon dont elle les a dits. La Maîtresse demande à Chérie :
« T’es-tu assurée que Rebecca et Kelly sont correctement affichées ?
- Oui Maîtresse.
- Bien. Arrange-la un peu et amène-la dans la salle d’exposition.
- Qu’est-ce que je fais, Chérie ? Demandé-je après le départ de la Maîtresse. Je ne sais pas quoi penser ou faire ensuite. Je...
- Tu penses trop, Lynne, c’est ton plus gros problème. Arrête d’essayer de tout comprendre. Accepte simplement ce que tu es. La seule chose à laquelle tu dois penser est de savoir comment faire plaisir à ta Maîtresse. Pas pourquoi elle veut que je fasse ci, ou pourquoi elle fait ça. Être esclave, c’est renoncer à son droit de penser par soi-même.
- Je sais, je sais... Mais qu’est-ce que je fais pour lui montrer que je suis désolée ?
- Bon sang de bois, Lynne, qu’en penses-tu ? »
Je la regarde, je n’ai pas d’idée.
« Je viens de te dire que la seule chose à laquelle tu dois penser est de savoir comment plaire à ta Maîtresse. Que penses-tu que tu pourrais faire qui lui ferait plaisir, Lynne ?
- Je ne sais pas... Quelque chose de dégoûtant ; quelque chose d’humiliant... » LIRE LA SUITE


Entrez votre pass abonné

ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires