Perpol


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 3 juin 2006
par  Perpol

La confession

Il randonne depuis plusieurs jours dans un coin raviné, loin de toute humanité et découvre par mégarde une petite église et sa sacristie au fond d’une vallée encaissée. Il se dit alors qu’il aimerait la visiter et qu’il serait curieux d’en rencontrer le curé.
C’est ainsi qu’il entre dans l’église et qu’il en fait rapidement le tour avant d’en fouiller la sacristie à la recherche d’âme qui vive. Il y découvre (...)

mardi 10 octobre 2006
par  Perpol

Les derniers feux d’un été 1

Première partie Une première fois, c’est pas hasard
Il pleut. Une fine pluie drue suinte sur la ville la couvrant d’un voile triste. Dora s’ennuie, ne peut trouver d’exutoire à son énergie débordante.
Elle ferait bien l’amour mais n’a pas d’amant sous la main. « Ca ne se trouve pas sous les sabots d’un cheval un bon amant à l’esprit créatif … ils sont tous tellement barbants … comme cette pluie… », se (...)

vendredi 27 octobre 2006
par  Perpol

Les derniers feux d’un été 2

Deuxième partieLa seconde fois, c’est une coïncidence
Elle est rentrée chez elle et s’en est allée dormir, à moitié repue, décidée de remettre cela à la première occasion, troublée également par sa curieuse rencontre, mais pas décidée pour autant de retourner sur les lieux de ses exploits pour tenter d’y retrouver son protagoniste d’un soir.
Les jours qui suivent, elle prend l’habitude de sortir son chien (...)

samedi 4 novembre 2006
par  Perpol

Les derniers feux d’un été 3

Troisième partie La troisième fois, c’est pour de bon
Il se sent d’humeur festive, se lève tout d’un coup et s’en va en quête de quoi se nourrir et de boire.
Dans un night-shop à bonne distance du lieu des exploits, il trouve du champagne, un vin rouge de qualité raisonnable et quelques victuailles. Un sac à la main, il sort du magasin et se met à errer comme auparavant.
Sa curieuse peine le lancine (...)

dimanche 20 août 2006
par  Perpol

L’école des "besoins" 1

Faire ses besoins, ça s’apprend. Ou plutôt, ça se réapprend. Il y a des écoles pour cela et j’en ai fréquenté une. Il s’agit d’une école mixte, pour pisseurs et pisseuses, pour chieurs et chieuses où l’on enseigne la « scato-logie » ou la « science excrémentielle », c’est comme l’on voudra.
Je vais tenter, dans les quelques lignes qui suivent, de « planter le décor », soit de vous faire goûter à l’ambiance de ce (...)

jeudi 23 novembre 2006
par  Perpol

L’école des "besoins" 2

Ils se sont contactés et retrouvés. Les voilà tous deux attablés face à face et l’ambiance est maussade. L’endroit où ils se trouvent n’est pas terrible, plutôt sombre et désert.
Au fait, il n’y a personne qu’eux, même le patron a déserté son lointain comptoir. Les tables sont illuminées à la bougie. Ils sont là assis et n’ont pas grand-chose à se dire.
Il se rend compte qu’il a envie de pisser mais qu’il (...)

samedi 24 juin 2006
par  Perpol

Le parfum

Première partie : L’amorce
Elle est là à se trémousser sur une scène, dans un bouge enfumé, exposant le peu de vertu qui lui reste à une bande d’éclopés. Des spots lui tiennent les seins, le sexe, les fesses, et la suivent dans ses salaces contorsions ; ces spots, tels des triques lubriques, s’enfoncent dans ses trois zéros : oral, anal ou génital, les trois trous que convoite tout mâle.
Elle vient de (...)

dimanche 10 septembre 2006
par  Perpol

La présidente et la servante

Première partie La Présidente
Je me suis demandé comment cet homme richissime et tout-puissant allait pouvoir m’aider maintenant que je lui avais, en quelque sorte, sauvé la peau. Il m’a d’abord dit « je vous revaudrai cela » et m’a offert de l’argent. J’ai refusé, prétendant ne pas vouloir toucher plus que la somme prévue par le contrat qui nous liait. Puis il m’a invité à dîner et m’a fait une (...)

vendredi 16 juin 2006
par  Perpol

Le savant et la nymphe

Première partie : Le savant
Il s’est annoncé téléphoniquement me demandant un entretien à caractère thérapeutique et se trouve assis là, en face de moi. Il est petit, la soixantaine largement dépassée, fripé comme une vieille pomme, les traits profondément ravinés, totalement usé.
Il me dit qu’il m’étudie depuis plusieurs jours, qu’il me suit partout et qu’il s’en excuse ; il me dit qu’il a eu mes (...)

mercredi 5 juillet 2006
par  Perpol

Séance fiction

D’ici vers ailleurs
Il se fait tard et, de fait, en cette fin d’automne, il fait noir, il pleut et il y a du vent, un temps à ne pas mettre son chien dehors.
Je viens de terminer mon boulot et, afin de pouvoir me payer un repas, je suis entré dans le self-service automatique d’une banque. Je n’y suis pas seul, une dame tapote une des consoles d’ordinateur se trouvant à ma droite. Elle porte un (...)

vendredi 7 juillet 2006
par  Perpol

L’âme soeur 1

Elle rentre chez elle d’une matinée de shopping, harassée, transpirante, chargée de paquets. Après avoir déposé ses sacs et boîtes, elle s’allonge sur le sofa et se met à rêver.
Un homme invisible s’approche d’elle et lui caresse gentiment le corps par-dessus ses vêtements. Elle soupire, se soulève sur un coude, puis l’autre et enlève la veste de son tailleur ; puis c’est au tour de la jupe. Elle reste là (...)

vendredi 14 juillet 2006
par  Perpol

L’âme soeur 2

Il lui est apparu comme ça, sans tambours ni trompettes, et il est différent de celui qu’elle aurait imaginé. Il est petit, assez quelconque, blondinet curieux, l’oeil pétillant, intelligent, attentif. Pas du tout du genre de ceux qu’elle aurait regardés en rue ou qu’elle aurait désirés de prime abord. Il a même l’air un peu gêné.
Elle ne sait pas si elle doit être désappointée. Elle a désiré qu’il (...)

vendredi 21 juillet 2006
par  Perpol

L’âme soeur 3

1. En route pour la ferme/château
Il a disparu un beau jour et elle s’est mise à le chercher partout. En vain. Il lui a envoyé un mot lui demandant d’attendre et de rester sage. Et c’est ce qu’elle fait depuis lors : elle bosse, dort, bosse, dort, mange parfois et ne se préoccupe de rien d’autre. Son maître a parlé.
Puis, ce matin, vient d’arriver une longue lettre de sa part l’invitant à visiter en (...)

mardi 1er août 2006
par  Perpol

L’âme soeur 4

2. A l’intérieur de la ferme/château
Elle entre dans la ferme/château. Au milieu d’un immense hall d’entrée se trouve une piscine. Le maître est installé sur le bord de la piscine. Il l’invite à s’y baigner, et elle ne se fait pas prier pour s’exécuter.
Une fois ragaillardie par ce bain, elle s’approche du maître qui l’invite près de lui. Elle se love dans ses bras et y reste un long moment. Elle (...)

Commentaires récents

28 octobre

Un texte d’une qualité exceptionnelle, Bravo à celui ou celle qui l’a écrit !

26 octobre

Merci pour votre commentaire, j’en tiendrai compte pour mes prochains écrits mais maintenant qu’il est écrit je ne peux plus revenir sur cette situation.
Mais avait-elle envie de lutter contre cette (...)

25 octobre

Texte atypique par le ton employé et charmant.
Cette idée d’expliquer la puissance des mots et la comparant aux mathématiques, c’est assez spécial mais j’ai aimé.
C’est agréablement écrit aussi.
Bravo (...)
Voilà un texte vraiment érotique et fort bien écrit, c’est un vrai plaisir ! Certes, il y a là de l’attentat à la pudeur caractérisé sur la voie publique, mais cela fait sans doute partie de cette (...)

23 octobre

Bonjour Verdu,
un agréable récit au style clair. J’espère que vous allez rapidement en publier la suite.
Sylvain de Perry.

16 octobre

bonjour
j’aurais bien voulu connaître la suite de ce récit et le sort de Tiffany, dommage que désir de maitre n’ait pas continué le récit

14 octobre

Très belle histoire très bien écrite. Les improbables trios au long d’un improbable voyage sont délicieux. ça donne envie de s’y balader. Mais j’imagine que l’effet de la petite touriste française doit (...)

10 octobre

Magnifique récit plein d’erotisme on a hâte de lire la suite
bravo à vous

6 octobre

Un début bien écrit, qui se lit sans difficulté.
Mais au fond, il est consternant de constater la facilité avec laquelle Virginie bascule : aucune trace d’une réelle lutte intérieure, d’une volonté (...)
Oserai-je dire que le corps de l’histoire est assez banal ?
Mais l’introduction ne l’est pas, et la conclusion est... extraordinairement originale. Elle ouvre sur des possibilités de suite qui, je (...)

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur