La dépravation de ma femme -1-

1° partie
lundi 16 mars 2020
par  Géronimo
popularité : 2%
0 vote

Marylou serre les dents elle vient de recevoir un nouveau coup de son bourreau, elle ne l ’a même pas vu. Son mari l ’a livrée nue avec un masque de voyage sur les yeux, elle sait qu’il doit regarder et ne pas participer ni intervenir.
Il l’a examinée et ses mains ont exploré son corps nu, ses seins ont été triturés avec les pointes étirées et serrées longuement, puis sa poitrine malaxée . Son sexe glabre a subi la visite de doigts inquisiteurs mais sans essayer de lui donner du plaisir, juste pour voir la souplesse.

1° PARTIE

Elle s’appelle Marylou, brune 35 ans, mince sans être maigre, une poitrine ferme et généreuse, une paire de fesses qui pourrait attirer l’œil si elle portait des vêtements qui la mettent en valeur, un ventre plat, une taille bien prise et une paire de jambes digne de la danseuse qu’elle a été.
Mariée à Marc depuis 17 ans, elle est d’une fidélité exemplaire, sans parler d’amour fou, ils ont leur petit bonheur. Il est le seul homme qu’elle a connu et le fait qu’il lui fasse rarement l’amour ne la choque pas. Elle est hôtesse standardiste dans une société d’assurance et il est patron d’une grosse entreprise d’import/export, il bosse comme un fou et rentre souvent fatigué chez lui.
Ils font partie de la bonne bourgeoisie, elle possède un certain nombre de principes sur la vie qui lui ont été inculqués par sa mère, elle fait l’amour dans la position du missionnaire dans le noir, et ne sachant comment faire, elle ne touche pas son mari le laissant s’épancher au bout de quelques aller et retour.
C’est au début du mois de mai que les choses vont changer, un ordinateur arrive à la maison, bien entendu Internet haut débit va entrer en force dans cette maison. La machine est installée dans un coin du salon.
C’est le premier des deux jours de congés qu’elle s’est accordée pour le grand ménage de printemps qu’elle en train de faire, elle profite d’une pause pour se connecter une première fois. Elle n’est pas ignorante de l’usage d’un PC puisqu’il y en a un sur son bureau, mais pour elle ce n’est qu’un outil pratique supplémentaire. Elle cherche une recette de cuisine et passe d’une page à l’autre, sans que rien ne l’annonce elle voit s’afficher l’annonce d’une page pornographique présentant un jeune femme au sexe rasé avec un énorme pénis qui la pénètre.
Cette image va à l’encontre de son éducation mais elle ne peut en détacher les yeux, comme hypnotisée elle déplace le curseur sur la vignette et clique dessus, une page s’affiche en plein écran, il y a des images dans tous les sens avec des couples dans diverses positions, choquée dans ses convictions les plus intimes sur les relations de couples, elle éteint la machine et reprend son ménage, mais l’envie n’y est plus, elle est comme alanguie avec des élancements dans le bas-ventre. Elle résiste à la tentation pendant presque une heure avant de retourner devant l’écran.
Elle recommence à surfer comme la première fois, elle attend avec impatience que s’affiche l’image incitatrice, mais rien ne vient. Elle se décide à passer par un site de recherche, elle en utilise de temps en temps à son travail. Elle écrit le mot « sexe » et appuie sur entrée, en un instant le moteur de recherche affiche le résultat, elle clique au hasard sur un des liens affichés sur la première page.
La page d’accueil ne présente pas de sexes en gros plans comme lors de sa première expérience, mais le corps d’une très belle jeune femme nue. Un certain nombre de rubriques lui sont présentées, elle est intéressée par une rubrique parlant d’histoires vécues, elle tombe un peu au hasard sur l’histoire d’une femme qui vit sa vie sexuelle à fond et qui en profite un maximum.
Les détails sont très précis et elle sent son sexe qui ruisselle comme jamais, sa culotte est trempée, les pointes de ses seins sont tendues au possible et des spasmes lui dévorent le ventre. Au moment où l’héroïne évoque sa première nuit d’amour, elle n’y tient plus et elle se frotte le sexe le sexe à travers sa culotte, chose qui ne lui est jamais arrivé. Elle sait que son mari ne sera pas là avant deux ou trois heures.
Horrifiée par sa propre audace, elle se met nue, elle triture alternativement ses tétons tirant dessus pour les durcir encore, malaxant sa jolie poitrine au point de la faire rougir. Au bout d’un moment elle n’y tient, elle met la main dans sa culotte et insère son majeur sans le sexe brûlant, la sensation est intense son corps se tord sur la chaise, elle fait durer son plaisir pendant presque 20 minutes.
Épuisée, elle éteint l’ordinateur, ce texte lui a décrit des pratiques sexuelles qu’elle n’aurait jamais soupçonné et qu’elle aurait jugé honteuses, mais les choses étant ce qu’elles sont, elle a eu une révélation et a découvert une autre part d’elle-même, si elle ne fait pas de nouvelles découvertes maintenant, elle va peut-être passer à côté de quelque chose d’important pour elle.
Elle enfile une blouse et une culotte propre, puis elle reprend ses activités pensant oublier rapidement cet écart de conduite. Malgré tout, elle reste rêveuse une partie de la soirée, son mari lui demande si tout va bien, elle répond que oui mais qu’elle est un peu mal fichue.
Le sommeil lui vient difficilement, elle tourne et se retourne dans son lit, elle se colle à son mari mais il ronfle et dort comme brute assommé de fatigue après sa journée de travail.
Elle regrette d’avoir mis son pyjama, elle est très tentée de se caresser à nouveau car les images qu’elle a vu lui reviennent en mémoire, elle s’imagine à la place de toute ses femmes et elle brûle de désir refoulé. Enfin le sommeil vient, au réveil elle est fière d’elle car elle a résisté à la tentation.
C’est son dernier jour de repos, elle se dit qu’elle pourrait prendre le temps de s’occuper d’elle. Elle se regarde dans la grande glace de la salle de bains, elle se voit en pied et se juge sans indulgence, partant du visage entouré de cours cheveux bruns, ses fins sourcils épilé, ses jolis yeux noisette, son petit nez mutin et sa jolie bouche ornée de dents resplendissantes, pour l’instant elle ne connais pas le problème des rides.
Ses seins sont orgueilleux, à la plage elle voit d’autres femmes de son âge mettre leur poitrine en plein soleil, elle se reproche de ne pas oser. Elle fait 95C, elle soupèse chacun de ses seins puis prend à nouveau les tétons entre ses doigts, les pinçant jusqu’à se faire mal, appréciant la douce chaleur qui envahit sa poitrine
Une sourde inquiétude la titille, est-ce que ce que je fais est mal ? Elle se sent fébrile, ses jambes tremblent, en définitive elle se reprend, et continue l’examen, le ventre est plat sans être exagérément musclé. Son regard se pose sur sa toison pubienne d’un noir de jais mais peu fournie, elle n’y a jamais fait attention, coupant les poils qui dépassaient de son maillot pour aller à la plage, vu le type de maillot une pièce qu’elle portait, il y en avait peu.
Une image la frappe comme un flash : la fille jeune avec un sexe énorme pénétrant son sexe glabre et lisse comme un abricot, elle est troublée, comment peut-elle penser à ces choses, elle met une main devant son sexe pour simuler l’image mais ce n’est pas pareil, elle hésite à se servir du rasoir de son mari qui est là, à portée de main, ainsi que la bombe à raser, mais que penseraient les gens, son mari, le docteur, son gynécologue avec qui elle a rendez-vous la semaine prochaine pour lui changer son stérilet.
Elle regarde à nouveau ses longues jambes et finalement se trouve plutôt jolie. Elle prend une douche, savonnant en insistant sur ses seins son sexe et ses fesses, elle utilise le jet à sa puissance maximale et le place devant son sexe, ce qui n’est pas fait pour calmer ses ardeurs renaissantes.
Elle passe dans sa chambre, se prépare à enfiler ses dessous, elle fouille dans ses tiroirs, cherchant un cadeau qui lui avait été fait sous forme de plaisanterie et qu’elle n’avait jamais voulu mettre. Ah, ce dit-elle, le voilà, mais c’est quand même minuscule, elle enfile le string noir, et là c’est évident les poils dépassent, elle se sent gênée par cette ficelle qui lui passe entre les fesses chatouille son anus et pénètre dans son sexe, par contre le contact du métal qui relie les trois ficelles au bas de son dos est assez agréable.
Elle passe ensuite un tee-shirt sur sa poitrine nue et coupe une des vieilles jupes pour la transformer en micro jupe ras le bonbon, un genre de vêtement qu’elle n’a jamais mis, elle se sent belle et désirable, l’envie sexuelle continue son travail de sape.
Elle expédie vite fait son ménage, elle s’habitue à l’inconfort du string, elle qui ne porte que des culottes grand-mère en coton depuis des années, au même titre elle porte des soutien-gorge pas cher et des vêtements plutôt amples, ils n’ont pas une vie très sociale et sortent peu, ils vont de temps de chez amis de longue date, elle ne parle pas de dessous ou de sexe avec ses copines.
Elle se dit : je me sens comme une salope, mais finalement je ne déteste pas ça. Elle allume enfin l’appareil et se connecte au site, elle continue la lecture de l’histoire de cette jeune femme de son âge qui découvre des plaisirs nouveaux.
Elle n’hésite plus cette fois ci et toute honte bue elle s’enfile le maximum de doigts dans sa chatte, elle mouille comme jamais, à un moment même, elle met un doigt dans sa bouche puis se chatouille l’anus mais elle ne se pénètre pas.
L’héroïne de son histoire transforme un concombre en godemiché (il a fallu qu’elle cherche l’expression dans le dictionnaire) Mais oui, elle a une courgette dans frigidaire, elle court à la cuisine, passe le légume sous l’eau et elle a un moment de doute, car la taille du légume est de 6 centimètres de diamètre pour un vingtaine de long, tant pis il faut essayer et elle revient devant l’écran. LIRE LA SUITE


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires