Une complète prise de contrôle

C. Rivera
lundi 15 mai 2017
par  Henic
popularité : 6%
1 vote

Table des matières
Préambule2
Les petites culottes3
Contrôle de masturbation7
La solution permanente10
Amélioration de la domination14
Premières traites19
Evolutions24
Un parfait soumis28

http://www.tpe.com/altarboy/nt100911.htm
Traduction Henic

Préambule

Ceci est une histoire vraie et la chronique des évènements qui ont commencé il y a trois ans. Mon mari et moi travaillons tous deux dans des entreprises différentes mais je suis sur la route qui mène rapidement aux niveaux supérieurs de direction tandis qu’il est dans une spécialité technique et qu’il ne désire pas d’avancement. C’est un bon ami qui a suggéré que j’écrive ce qui a commencé il y a trois ans mais dans l’intérêt de l’anonymat, j’ai choisi un pseudonyme et inclus quelques informations spécifiques qui ajoutent au développement de l’intrigue, ce n’est pas de la fiction. Nous sommes heureux en ménage mais c’est pour le moins un peu différent.
J’ai toujours eu une attirance pour le contrôle, tout comme pour diriger tout ce qui concerne ma vie. C’est ce qui me conduit chaque jour, domine mes pensées en vue de réaliser mes objectifs, et tout simplement, m’excite sexuellement. Du coup, mes choix concernant les hommes se sont toujours tournés très peu vers le type du mâle aventurier et macho et beaucoup plus vers ceux qui acceptent que je dirige la relation. Mes relations à long terme ont suivi un sentier prévisible et j’ai recherché une attirance mutuelle avec un homme sans commencer tout de suite par l’aspect sexuel de la relation et, si l’homme acceptait que je dirige, alors on pouvait progresser en intimité. Si l’homme s’éloignait de tout ce qui constitue ma direction de notre relation, cela se terminait très vite ; je n’étais pas intéressée.
Celui qui est mon mari depuis cinq ans fut choisi par moi et pour moi, et pour mes besoins. Nous avons discuté tous les deux de la manière dont j’assurais tout de suite la direction, prenais toutes les décisions pendant qu’il me faisait la cour et, après une longue réflexion de ma part, de nous marier. J’ai senti profondément que j’avais enfin trouvé un homme qui acceptait et comprenait que mes besoins passaient en premier et avant toute chose. Ses besoins seraient satisfaits comme autant de récompenses pour m’avoir satisfaite et avoir suivi ma direction. Lors de notre lune de miel de deux semaines, j’ai été parfaitement claire sur le fait qu’il ne serait jamais trop soumis dans notre relation et qu’il allait apprendre à toujours atteindre de nouveaux niveaux et de nouvelles expériences dans sa soumission envers moi. Ses réactions pendant la lune de miel furent typiquement défensives et tout d’abord de quelque résistance, mais une fois qu’il a intégré que j’assurais la responsabilité de nous deux, que je l’aimais vraiment et que je n’abuserai pas de lui pour le plaisir, il s’est rangé et a accepté son rôle.
Ainsi, je prends toutes les décisions dans la conduite de la maison, je lui donne des directives quotidiennes, et je décide quand et comment nous faisons l’amour. Je lui ai enseigné comment j’aimais recevoir du plaisir émotionnel et sexuel. Ce n’est jamais lui qui a l’initiative pour ce qui est de faire l’amour, c’est moi. Il se concentre complètement sur mes besoins et une fois qu’ils sont satisfaits, je lui donne la permission de jouir.

Les petites culottes

Cependant, au bout de cinq ans, je ressens le besoin de quelque chose de plus en termes d’excitation et je veux un niveau extraordinaire de contrôle pour me satisfaire. Un soir, j’initie le fait de faire l’amour en l’appelant dans la chambre et en lui faisant me retirer très lentement et de manière très sensuelle mon chemisier et ma jupe, tout en caressant et embrassant mon corps. Une fois en soutien-gorge et petite culotte, je m’assois sur le lit et lui dit de se déshabiller pour moi, pendant que je le regarde. J’apprécie les mouvements lents qu’il utilise juste de la manière que j’aime, jusqu’à ce qu’il soit complètement nu, et je m’autorise alors à admirer son érection pendant plusieurs longues minutes. Puis je me lève et lui dis de se mettre à genoux ; je m’approche de lui en retirant mon soutien-gorge, je me place devant lui et je passe mes mains sur ses épaules et dans ses cheveux. Enfin, j’abaisse ma petite culotte en soie couleur crème et la retire dans l’intention de la jeter de côté, mais je caresse son pénis avec. Lorsque la soie touche son érection sensible, sa réaction est électrique et immédiate, et son pénis se dresse, dur comme du bois. Mon excitation est intense et écrasante et initie une réaction en chaîne qui me traverse la tête et le corps. Sans beaucoup réfléchir, je lui dis de se lever, puis je m’agenouille et lui dis de lever son pied ; je glisse la culotte à un pied puis à l’autre. Je la remonte ensuite sur son érection et son derrière tandis qu’il reste parfaitement immobile, avec les mains de chaque côté.
Debout là, dans cette petite culotte en soie de couleur crème déformée par son érection, je caresse ses boules d’une main en passant l’autre sur son derrière. Nous sommes tous les deux extrêmement excités et je passe plusieurs minutes à admirer et à passer mes mains sur mon mari en petite culotte. L’expression de son corps et de son visage est une expression d’embarras et de choc, mais mélangée avec le plaisir physique qu’il éprouve au contact du tissu soyeux. Après cela, je le tire sur le lit et il passe une heure à me caresser et à accomplir un cunnilingus parfait, jusqu’à ce que je sois pleinement satisfaite. Normalement, je ferme les yeux pendant nos relations sexuelles mais cette nuit, ils restent ouverts et je ne peux détacher mon regard de la petite culotte que je lui ai mise. La scène de son derrière dans cette culotte pendant qu’il est entre mes cuisses est absolument captivante. Près de la fin de notre séance d’amour, je le fais rouler sur le dos et découvre que la culotte est trempée de liquide spermatique. Lentement, je la descends jusqu’en dessous de ses couilles et l’enjambe en introduisant son érection en moi. Je le chevauche pendant plusieurs minutes puis je redescends pour l’embrasser et lui dire qu’il peut jouir ; instantanément, il tressaute de ce que je pense être l’orgasme le plus intense de sa vie.
Il nous faut à tous les deux quelque temps pour récupérer, pendant lequel je reste à califourchon sur lui, puis je m’en vais et une fois encore, sans réfléchir, je remets la petite culotte. Nous nous serrons l’un contre l’autre et je m’endors rapidement avec mon mari enculotté contre mon dos. Le jour venu, je trouve une très jolie érection matinale qui n’est retenue que par un peu de tissu en soie, et prête à l’emploi. Plus tard, une fois qu’il est habillé et prêt à partir au travail, il est vraiment gêné par cette expérience sexuelle et je comprends rapidement que si je le veux à nouveau en petite culotte, il vaut mieux que je ne l’allume pas ; je passe du temps à louer sa virilité mais je lui dis aussi que nous le referons.
Ainsi, l’utilisation de lingerie sur lui (surtout des petites culottes) pendant les séances de sexe, font partie de mon répertoire, et sa gêne initiale a quelque peu diminué. Je trouve que sa soumission de base augmente dans la chambre et je sens qu’un autre niveau de contrôle est à ma portée. Un soir, lorsque j’initie le sexe en lui ordonnant de se déshabiller, j’ouvre mon tiroir à culottes et en prends une à mettre pendant une séance ; il fait ce que je lui demande mais demande à passer d’abord aux toilettes. Je lui dis d’y aller et je lui mets la culotte là-bas. Il fait rapidement ses ablutions puis retourne dans la chambre, portant la petite culotte. Quand il passe la porte, je trouve que mon excitation est très intense rien qu’à le regarder raide et en petite culotte, lorsque la pensée me vient que je veux vraiment qu’il porte tout le temps une petite culotte. Nous passons une heure très satisfaisante de relations sexuelles et le matin, mes pensées sont dominées par le contrôle supplémentaire que j’ai éprouvé et combien j’ai aimé avoir mon doux et affectueux mari en petite culotte. Ces pensées me taraudent pendant plusieurs jours jusqu’çà ce que j’en arrive soudain à la conclusion, un jour, au travail, que :
"Hé, c’est moi qui commande ici, et c’est ça que je veux, de manière permanente !"
L’après-midi, je me trouve à Target et fais des courses pour changer complètement les sous-vêtements de mon mari. Comme nous avons la même hauteur, ma taille féminine est naturellement plus fine que la sienne même s’il est mince et en forme, il faut donc que je détermine sa taille. C’est un peu difficile jusqu’à ce qu’une vendeuse me propose de m’aider à faire mes choix. Elle remarque rapidement que je semble chercher des culottes qui ne sont pas à ma taille et demande si je connais la taille de l’autre femme. Habituellement réservée et maîtresse de moi, je laisse échapper que c’est pour mon mari, et cette raison ne la fait pas s’interrompre pour autant. Elle me quitte un moment et revient avec un papier sur lequel est dactylographiée une table de conversion entre les tailles des slips des hommes et celles des culottes de femme. À partir de là, il est facile de déterminer les styles et les coloris que j’aime et de décider qu’il y en aura des spéciales pour la chambre et des plus fonctionnelles pour la journée.
À l’arrivée à la maison, je m’aperçois qu’il me reste une heure avant que mon mari rentre du travail et je saisis l’occasion de rincer son nouveau genre de sous-vêtements (sauf un) avant de les étendre à sécher dans la buanderie. Puis je rassemble tous les slips d’homme de son tiroir et du panier à linge, les glisse dans un sac à courses usé et jette le tout dans notre poubelle extérieure en vue du prochain ramassage.
Lorsque mon mari rentre à la maison, nous échangeons nos baisers habituels et nos saluts rituels, puis je l’emmène dans la chambre et lui dis d’enlever son pantalon et son slip. Pensant que nous nous lançons dans des préliminaires, il enlève rapidement pantalon et slip, il s’attend à une de nos séances habituelles et passionnées d’activité sexuelle. À la place, je lui tends une petite culotte noire en dentelle et lui dit de la mettre, puis de remettre son pantalon. Lorsque c’est fait, tout va bien et il ne lui apparaît pas que c’est une culotte qu’il n’a encore jamais vue. En remontant son pantalon, il est un peu gêné lorsque je lui dis que nous allons préparer le dîner, mais il me suit dans la cuisine où nous préparons du poulet et de la salade. Exprès, j’entretiens une conversation légère et non sexuelle où nous parlons de notre journée mais il est évident qu’il est très excité, ce qui s’accorde bien avec mon plan. Après le dîner, je choisis un film et bien qu’il suggère des préliminaires, je le tiens à distance en disant :
« Pas maintenant. »
Plus tard, après le film, je lui enjoins de monter au lit et de le réchauffer pour moi. Il court vers la chambre pour exécuter ma demande. Je passe quelque temps à lire, puis je médite pendant une heure de plus avant de me déshabiller et de passer une chemise de nuit ordinaire. Il est bien sûr tout à fait réveillé et un peu surpris de mon accoutrement mais le choc survient lorsque je grimpe dans le lit et que j’éteins la lumière en lui tournant le dos. Il se blottit contre moi et a nettement une érection dans sa petite culotte sexy, mais je déclare que nous attendrons jusqu’au matin pour faire l’amour. Embarrassé, il demande ce qui ne va pas et je lui réponds :
« Rien. Attends seulement jusqu’au matin. »
Le matin, il est tout à fait prêt à faire l’amour et je me demande s’il a beaucoup dormi pendant la nuit, vu l’état d’excitation qui était le sien. Il essaie de m’enlacer de ses bras mais je tire ses mains le long de son corps et lui annonce que nous allons commencer par parler. Je m’assois et dispose mes oreillers en position de lecture, puis lui dis comment je me sens lorsqu’il est en petite culotte. D’abord, je la trouve incroyablement attirante sur lui, et pas seulement lorsque nous avons des séances sexuelles, mais le fait de le voir en porter me plaît. Je lui dis que ce n’est pas étrange dans mon esprit et que c’est quelque chose qui va désormais faire partie du quotidien. Puis je lui explique qu’à partir d’aujourd’hui, ses sous-vêtements seront des petites culottes avec des fonctionnelles sous ses habits et des plus sexy pour la nuit.
Il proteste immédiatement avec les arguments attendus sur le caractère approprié des vêtements au genre, "ce qui se passe si quelqu’un le découvre", et que ce n’est pas juste de ma part de lui demander cela. Ma réponse consiste à atteindre son pénis, à présent mou, dans la petite culotte et à le caresser lentement et légèrement en lui disant qu’il m’aime vraiment en lingerie et qu’à mon tour, je l’aime en petite culotte. Son érection revient et sa volonté de pouvoir le déserte évidemment à mesure que son sang quitte son cerveau pour aller vers son pénis. Ensuite, je déclare que je veux sa promesse immédiate et inconditionnelle de porter des petites culottes en permanence et, après un moment, il gémit et grogne les promesses que je lui fais répéter. Nous faisons alors l’amour, de manière passionnée mais rapide parce que sommes maintenant en retard pour le travail. Comme il se prépare pour sa douche, je lui explique les règles. Le seul moment où il est sans petite culotte est lorsqu’il est sous la douche mais une fois séché, il doit avoir choisi et enfilé une petite culotte avant de faire quoi que ce soit d’autre, y compris se brosser les dents. Il peut choisir ce qu’il veut pour le jour mais je lui choisirai chaque soir sa petite culotte pour la nuit. Il hoche la tête pour montrer qu’il a compris et entre dans la douche. Je vais chercher ses nouvelles culottes maintenant sèches, les plie rapidement et apprécie le moment où je les range dans son tiroir à sous-vêtements en pensant que c’est désormais son tiroir à petites culottes. Son dernier slip d’homme de la veille est dans la poubelle de la cuisine.
Après sa douche, je prends la mienne et je suis vraiment ravie en sortant de le voir avec une culotte en coton blanc taille haute sur laquelle il enfile son pantalon et sa chemise. Il en a évidemment pris une blanche, pensant qu’elle est moins embarrassante, mais tous les paquets de culottes de jour comprennent différentes couleurs. Il découvrira dans les jours suivants qu’il n’y a plus que des roses, bleu clair, en mousseline de soie, etc. Ses jours en slip blanc classique sont terminés.
Pendant les semaines qui suivent, je suis dans un haut niveau émotionnel car j’ai réalisé complètement mon plan et je fais porter des petites culotes à mon mari. Je suis ravie de le voir s’habiller et se déshabiller, mettre le linge sale dans le lave-linge, puis en ressortir des petites culottes propres qu’il étend pour les faire sécher, et plusieurs fois, je le vois caresser son érection car le tissu produit souvent cet effet sur son pénis sensible. Nous faisons tout le temps l’amour et je dois ralentir le rythme quotidien, ce qui fait surgir un autre problème : sa masturbation. LIRE LA SUITE




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur