Petit week-end

Hummm
jeudi 21 août 2014
par  Cactuskipic
popularité : 1%
1 vote

Tu avais encore en mémoire j’en suis certain ta première fessée car tu m’avais dit en vouloir une vraie , de celle qui marque autant les esprits que la partie si sensible de ton anatomie.

Maso comme tu es tu m’as dit n’en avoir hélas jamais reçue comme tu aimerais tant car à chaque fois l’initiateur fatiguait avant toi.
Humm pour moi qui aime les défis je m’étais préparé mentalement bien avant afin de ne point céder.
Et je n’ai point cédé , cette fessée a duré longtemps, très longtemps, beaucoup plus que de coutume je dois bien l’avouer car tu es résistante comme jamais je ne l’avais connu auparavant moi aussi.
Et ce n’est qu’après être enfin satisfait de la couleur de tes fesses que j’ai arrêté et te tirant la tête en arrière par ta longue chevelure je t’ai dit "alors ??"
D’un hochement de tête tu m’as fait comprendre que oui cette fois-ci tu étais satisfaite.
Je t’ai caressée longuement afin de t’apaiser puis t’ai prise dans mes bras.
Au soir du deuxième jour, et après plein d’autres "expériences" toutes plus savoureuses et réussies les unes que les autres ,alors que nous nous baladions main dans la main nous arrêtant ici et là pour nous embrasser longuement je t’ai amené dans ce parc situé juste en face du lac et nous nous sommes assis sur un banc situé près de grands arbres un peu à l’écart.
A cette heure-ci il n y avait pas grand monde juste quelques promeneurs sur les quais au loin et aussi quelques couples enlacés se bécotant allègrement assis sur des bancs un peu plus loin , pour l instant nous y étions tranquille.
Une froide température accompagnait un ciel étoilé donc nous nous étions couverts de circonstance.
Faisant fît du froid ambiant nous avions ouvert nos manteaux afin de pouvoir nous caresser tout en nous embrassant.
De nous embrasser et de nous câliner longuement on ne s’en lasse jamais , c’est un peu comme une drogue et peu importe l’heure ou le lieu nous ne pouvons nous en passer et faisons durer ces instants plus que de raison.
Pour nous tout n est pas que "sévices" et autres délices dans notre relation, la tendresse, les longs baisers interminables y sont prépondérants.
Nous étions là nous câlinant depuis un long moment et je t’ai demandé après vérification que nous étions bien seuls, de te lever et de te mettre nue , devant ton regard remplit aussi bien de surprise que de crainte je t’ai dit "oui, tu as bien compris, toute nue je te veux ..maintenant !! "
Non sans essayer de me convaincre que la température extérieure ne s’y prêtait guère mais devant mes arguments que sous peu le froid ambiant tu ne le sentirais plus tu as fini par te mettre nue..... Toute nue ne gardant que tes chaussures.
Tu étais là debout devant moi grelottant déjà et bien que j’adore ton corps et le voir nu j’ai écourté ce plaisir en te prenant par la main et t’ai allongé sur mes genoux en te disant que je pense que tu as compris ce qui t’attendait.
Tu as tourné la tête vers moi et déjà un grand sourire approbateur éclairait ton visage.
Je commençais doucement mais fortement quand même juste espaçant les claques plus que de coutume , je sentais une certaine impatience de ta part monter doucement et je prenais un certain plaisir à ne pas céder à la tentation d’aller plus vite, je frappais juste un peu plus fort à chaque fois mais toujours dans ce rythme lent qui commençait à t’agacer, je le voyais bien...
Ne voulant surtout pas te faire choper la crève, au bout d un moment j’ai enfin accéléré la cadence et l’intensité des claques pour ton plus grand plaisir.
Le temps passait et me semblait interminable mais tu ne cédais toujours pas et même en réclamais encore plus, "encore plus fort" me disais-tu.
M’arrêtant un bref instant pour vérifier l’état de ton excitation je fus surpris de voir à quel point tu mouillais, ton sexe était trempé mais à un point..... pffiou...et tu as même gémis de plaisir lorsque j’y ai introduit un doigt vérificateur.
Non sans jeter un coup d’œil aux alentours j’ai repris mon labeur avec cette fois-ci une intensité bien supérieure à celle de ta première fessée.
Et je n’ai arrêté que lorsque tu as enfin laissé échapper un grand " oh ouiiiiii ", notre code convenu avant pour me signifier ta satisfaction totale.
Je ne pouvais hélas savourer la couleur de ton fessier car pas assez de lumière mais vu l’état de ton sexe qui coulait à plein je t’ai masturbé allant même jusqu à t’autoriser à jouir à plein poumons.
Tu ne t’es pas fait prier et ton orgasme ne s’est pas fait attendre, il est arrivé si vite que j’en fût moi-même surpris !
Je continuais donc de te masturber et fus récompensé par deux autres orgasmes, aussi puissants que le premier que tu libérais dans de longs cris de plaisir.
Pour t’aider à "redescendre" je te caressais longuement tes fesses .
Puis sans tarder tu t’es habillée avant de venir te coller tout contre moi, me disant que c’était la première fois que tu faisais cela dans un parc et que cela t’avais plus bien au-delà de ce que je pouvais imaginer.





ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de Magister52
vendredi 22 août 2014 à 10h32 - par  Magister52

Un bien joli récit d’une aventure fort originale !

Navigation

Articles de la rubrique

  • Petit week-end

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur