2- Plume d’Ange

Chapitre 2
mardi 27 janvier 2009
par  Angélique
popularité : 1%
2 votes

En pénétrant dans l’appartement Carine doit se rendre à l’évidence que Nadège lui a raconté la réalité ; sauf pour l’odeur. C’est pire que dans le récit. L’entièreté du logement de son amie en est imprégnée.

Depuis le début de la découverte de la logeuse dans son lit, Carine s’est aperçue que Nadège perd vite pieds face à une situation imprévue. L’urgence veut qu’une décision soit prise. Sans réaction venant de Nadège, elle fait comme si elle est dans son propre logement. Elle prends la direction des opérations et commande Nadège qui ne s’en aperçoit pas.

"- Nadège, cette odeur est insupportable. Prépare un sac poubelle et ouvre une fenêtre ! "

"- Que vas-tu faire ?"

"- Réveiller ta visiteuse ! Elle à foutu le bordel, c’est à elle à tout nettoyé."

D’un pas décidé Carine se rends vers la chambre de Nadège et ouvre la porte sans précaution. Elle sort une paire de menottes de la poche de son jeans et entrave les chevilles de la dormeuse. Puis assène une violente paire de claques sur les fesses de la dormeuse.

"- Debout la belle au bois dormant ! "

Surprise la jeune fille s’éveille, comprend ou elle se trouve. Réalise qu’elle a les pieds attachés et se met à hurler. D’un bond Carine lui chevauche les jambes et d’une autre paire de claques sur les fesses lui intime le silence. Les fesses de la rousse accusent les coups et commences à rougir.

"- Ta gueule ! Tu vas quitter ce lit immédiatement et remettre l’appartement de mon amie dans l’état ou tu l’as trouvé quand tu es arrivée. "

"- Je ne saurais pas marcher, vous m’avez attaché les pieds. "

"- Tu vas tout faire à quatre pattes. "

"- Jamais ! "

Relevant le défi lancé, Carine fait rouler la visiteuse qui atterrit lourdement sur le sol. La soulevant à demi par les cheveux.

"- Maintenant à quatre pattes, avance et grouilles toi ! "

L’ordre ponctué par une claque sonore sur le cul de la jeune fille commence à la faire paniquer. Gênée par les menottes, elle avance avec une lenteur qui exaspère Carine.

"- Dépêche … plus vite, du travail t’attend ! "

Consciente de sa position humiliante, la jeune fille pleure à chaudes larmes espérant attendrir Carine, qui ne décolère pas. S’adressant à la jeune fille qui avance toujours péniblement.

"- N’espère pas m’attendrir, ni me faire changer d’avis. Tu perds ton temps. Maintenant grouille toi d’avancer. On ne va pas passer la soirée à nettoyer ta porcherie. "

Carine à tout le loisir de détailler la jeune fille se dirige à 4 pattes vers la salle de bain. Elle n’a guère plus de 20 ans, rousse et bien faite. Une longue chevelure et une opulente poitrine, que Carine évalue à nonante-cinq C, balance au fur et à mesure de la progression enfantine de la visiteuse. De sa position, elle remarque une toison pubienne rousse bien fournie. Laissant deviner un sexe aux lèvres charnues … Et voir une raie culière souillée d’excréments.

Arrivée à hauteur de la salle de bain, la jeune fille est accueillie par Nadège furieuse qui lui lance le sac poubelle à la figure.

"- Attrape ! Ramasse tes affaires et fourre tout dans le sac. "

"- Et dépêche toi ! Comment peux tu mettre des vêtements aussi sales ? "

"- …. "

"- Dis … je te parle ! Une vraie cochonne ! "

Mal à l’aise, la jeune fille, qui ne répond pas, sanglote de plus belle. Ce qui a le don de mettre Nadège hors d’elle. Ses affaires ramassées, la rouquine sort de la salle de bain.

"- Arrête ! A cette vitesse tu en as pour toute la soirée ! "

Docile la jeune fille s’arrête.

"- Tire le sac avec les dents, ça ira plus vite. Et direction la cuisine … Dépêche-toi, je n’ai pas que cela à faire. Plus vite, plus vite, " scande Nadège.

Docile et effrayée la jeune fille obéi. Le sac entre les dents, la distance entre la salle de bains et la cuisine est franchie en un temps record. Arrivée à la porte de la cuisine, la jeune fille marque un temps d’arrêt vite interrompu par Nadège qui la ramène à la réalité.

"- Tu fais la même chose que dans la salle de bain. Toutes tes affaires dans le sac poubelles ; sauf le sac que tu laisses dehors. "

"- Les chaussures ? … aussi demande la jeune fille ! "

"- Tout c’est tout ! réplique Nadège. Et au trot ! "

"- Ensuite tu mettras le sac sur le balcon ! "

"- Mais je suis nue ! "

"- Ce n’est pas mon problème ! Et puis à 4 pattes, tu ne montres pas grand-chose. Une tignasse rousse, une paire de gros seins, un cul rond. Crois–moi tu n’as rien d’extraordinaire ! "

"- Maintenant, dépêche toi ! j’ai hâte de faire ta connaissance. "

Carine dans la chambre de Nadège n’a pas perdu son temps. Bousculant un peu la jeune fille qui fini de ramasser ses affaires, elle fait irruption dans la cuisine.
Fier de ses trouvailles, elle dépose sur la table une bouteille de vin vide et deux sachets de plastique remplis de vêtements, qu’elle vient de trouver dans la chambre de Nadège.

"- Qu’est-ce que c’est ? " demande Nadège

"- Je l’ignore. … Je les ai trouvé dans ta chambre. "

Pendant ce début de conversation entre les deux amies. Toujours à 4 pattes, la jeune fille attend de pouvoir porter le sac sur le balcon. Carine s’en aperçoit, et dit à Nadège

"- Ouvre lui la porte pour qu’elle mettent ses affaires dehors. Il fait irrespirable ici. "

Nadège ouvre la porte du balcon à la rouquine qui tremble de tous ses membres. Se faisant la plus discrète possible, elle s’aventure à 4 pattes sur le balcon, qui donne sur les jardins, et y dépose le sac contenant ses affaires.

A peine rentrée dans la cuisine, Carine l’attend de pieds ferme. Elle saisi la jeune fille par les cheveux, l’obligeant à la suivre. Toujours à 4 pattes. Arrivé dans la salle de bain, elle oblige la jeune fille à monter dans la baignoire.

"- Tourne –toi " intime t’elle à la jeune fille plus morte que vive.

"- Les mains dans le dos ! Grouille-toi ! "

Carine a décroché une paire de pentys de Nadège, qui séchait sur un fil. Elle s’en sert pour immobiliser les mains de la jeune fille, qui commence à paniquer. Une petite culotte, se transforme en bâillon. Maintenue en place par une autre paire de collants. En peux de temps, la rousse est immobilisée et réduite au silence.

"- A genoux ! "Intime t’elle à la jeune fille qui se tortille pour satisfaire l’ordre de Carine.

Éperdue, maintenant elle pleure. De grosses larmes roulent sur ses joues.

Pour faire bonne mesure et renforcer encore la panique qui gagne la jeune fille. Carine lui relève la tête par les cheveux. Lui en arrachant quelques-uns au passage. Le regard mauvais, elle lui lance au visage.

"- Tu restes comme ça ! Change de position et je t’arrache la peau du cul. "

"- Tu as compris ? "

En larmes, terrorisée et rendue muette, la captive ne peut qu’acquiescer de la tête.

"- Tout à l’heure nous aurons une petite conversation, réfléchi déjà aux réponses que tu me vas donner. A tantôt ! "

Et sur ces dernières paroles, Carine quitte la salle de bain, qu’elle plonge dans l’obscurité. Laissant la captive dans les affres du désespoir.

Elle retourne dans la cuisine où Nadège l’attend, en lui présentant une tasse de café. La mine dépitée de son amie l’averti d’un nouveau souci.

"- Que se passe t’il encore ma chérie ? " demande Carine à son amie.

"- Regarde ! C’était dans un des sacs que tu as rapporté de la chambre "

La totalité du contenu du premier sac est étalé sur la table de la cuisine. Laissant échapper une myriade de petites culottes assorties de leur soutien gorges. Il y en a de toutes les couleurs. Certaines chaste, d’autres osées, pour ne pas dire coquines. De quoi donner des idées polissonnes à une jeune vierge.

"- Ce sont mes sous vêtements, " poursuit l’amie de Carine au bord des larmes.

"- Tu en es sûr ? " demande Carine.

"- Sûr et certaine " répond Nadège à Carine. "Je connais mes sous-vêtements.

"- Même ce soutien-gorge ? "Demande Carine en exhibant un modèle particulièrement échancré.

"- Oui, même ce soutient gorge ! Pour te dire la vérité, je trouve mes seins trop gros. Alors pour qu’on ne les remarque pas trop, je les laisse libre de toute entrave. "

"- Même pour aller travailler ? "

"- Oui ! Même pour aller au travail. Le sujet est clos, si tu le veux bien. Je trouve le moment mal choisi pour parler de mes seins. Tu ne trouves pas ? "

"- Tu as tout à fait raison ma chérie. "

Voulant clore définitivement le sujet des sous vêtements, Nadège fourre le tas de lingerie dans le sac en plastique. Le dépose par terre et invite Carine à vider le contenu du second sac sur la table. Comme Nadège s’y attendait, le second sac contient pour l’essentiel des vêtements. Quelques pantalons, tee-shirts, un pull ou deux ainsi que des pentys usagés et en bons états.

"- Il y a même une paire chaussures au fond ! "s’exclame Carine

"- … "

"- Attends, je retourne le sac, ce sera plus facile. "

Quelques instants plus tard, une paire de chaussures de sport usagée, rejoint le tas de vêtements sur la table. Délivrant une paire de menottes, qui avait échappé au regard de Carine.

Les deux amies n’ont d’yeux que pour la paire de menottes qui trône sur la table tel un Seigneur sur son trône. Carine plus preste s’en saisit et demande à Nadège.

"- C’est à toi ? "

"- Non bien sûr ! répond Nadège en rosissant légèrement. C’est la première fois que je les vois. "

"- En es-tu certaine ? " demande Carine à Nadège de plus en plus embarrassée par la question.

"- Oui ! Carine j’en suis certaine Répond Nadège en soutenant le regard de son amie mais en rougissant jusqu’à la pointe des cheveux. … Que ferai-je d’une paire de menottes ? " Fini t’elle par déclarer.

"- Je ne sais pas ma chérie, comme tout le monde sans doute … Les jeux de l’amour sont parfois bizarres. "

"- Et moi je te dis qu’elles ne m’appartiennent pas ! "

"- Certaine ? " interroge Carine.

"- Sure et certaine ! " réponds Nadège exaspérée

"- Elles appartiennent peut être à notre invitée ? " reprend Nadège.

"- C’est possible. Posons lui la question. Ce sera l’occasion de faire plus ample connaissance. "

"- Qu’en penses-tu Nadège ? "

"- C’est une excellente idée " répond t’elle à son amie.

***

PRECEDENT ....................................................... SUITE

L’intégralité de ce récit de 29 chapitres est disponible pour les abonnés de RdF



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de Nathykara
mardi 27 janvier 2009 à 08h42 - par  Nathykara

Très intéressant vivement la suite, je ne sais si c’est la place de Carine ou celle de la visiteuse mais elles m’inspirent.....
Rythme bien mené.

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur