3- Le book de Nathalie

mercredi 28 janvier 2009
par  nathykara
popularité : 1%
0 vote

Après le repas, très joyeux dans une grande brasserie voisine des bureaux ou qualité et raffinement allaient de pair, grisée par la bonne chère et le bon vin aidant j’étais euphorique, riant et plaisantant comme si nous étions un groupe d’amis de longue date,
Il était quand même seize heures, rendez-vous fut pris pour le lendemain après-midi avec Manuel pour faire mon book,
Une fois pris congé, en chemin vers mon chez moi, je me disais « ça y est ma fille tes ennuis vont bientôt être un mauvais souvenir », en quittant le groupe Louise discrètement m’a donné une enveloppe me chuchotant à l’oreille :
-  C’est juste une avance, Cloé m’a dit que tu étais en difficulté avec ton bailleur, on s’arrangera plus tard, rentre bien et sois ponctuelle demain.
À ma grande surprise, elle m’embrasse rapidement sur les lèvres tout comme Élodie et Manuel, après tout nous avions tous été très intimes.
Sur ma porte, je trouve une feuille accrochée me stipulant la venue de mon propriétaire en début de soirée pour encaisser ses loyers ou expulsion immédiate. Cela me pend au nez depuis quelque temps, en étant dans un meublé il est plus facile au propriétaire de nous mettre dehors en cas de litige il n’a qu’à changer les serrures et mettre nos effets personnels dans des sacs sur le palier, je le sais, car c’est arrivé à mon ancienne voisine de palier.
Pas une minute à perdre il faut que je fasse l’évaluation de la situation, je m’installe sur la table de cuisine prends les lettres de rappel » Loyer » » EDF » » Orange », alors voyons, zut, ça fait quand même mille sept cent cinquante euros, j’ouvre l’enveloppe et je reste bouche bée…
C’est la première fois que je vois de si près des billets de cinq cents euros, mes mains se mettent à trembler et j’essaye de compter, mais l’émotion est trop forte je n’arrive même pas à compter jusqu’à huit. Huit, huit fois cinq cents ça fait ? Non je me trompe…. Je recompte, non il y en a bien huit, je prends ma calculette, oui ne riez pas, ça fait bien quatre mille euros.
Mes jambes flageolent, je suis obligée de m’asseoir, ce n’est pas possible Louise s’est trompée d’enveloppe, je saute sur mon téléphone et appelle l’agence.
Louise me rassure, non ce n’est pas une erreur, elle souhaite que je mette les compteurs à zéro, que je mette un peu d’argent de côté, que je m’achète un nouveau téléphone portable qui sera professionnel et du maquillage haut de gamme afin de pouvoir toujours être prête en cas d’urgence et d’impossibilité de passer au bureau.
Le soir venu mon propriétaire n’en est pas revenu, non seulement je lui ai réglé mon retard, mais lui ai payé un trimestre d’avance, assez suspicieux il essayait de savoir comment j’avais pu trouver si vite de l’argent, je restais très vague en lui disant que j’avais trouvé un travail et que la société avait accepté de me faire un prêt.
Je passai une excellente nuit, revivant en rêve cette matinée, non seulement j’avais le job, mais en plus quel plaisir, il est vrai j’ai pris autant de plaisir avec Manuel qu’avec Élodie et Louise.
Avant de partir en cours j’appelai rapidement Cloé pour la remercier et lui annoncer la bonne nouvelle, naïve que je suis Louise m’avait devancée et lui avait tout raconté en détail.
Quatorze Heures piles, je suis dans le hall de l’agence, Élodie me saute au cou pour m’embrasser et m’entraîne directement au dressing.
– Nous allons choisir les différentes tenues pour faire ton book, je choisis pour toi pendant que tu te maquilles 
– OK Élodie 
Elle s’affaire tout en se parlant à elle-même, c’est amusant, pendant ce temps je me maquille, il y a quand même une sacrée différence entre des produits de marques et du pas cher,
– Allons-y, Manuel nous attend au studio 
Nous voilà parties vers le studio, Élodie les bras chargés de vêtements et chaussures.
– Voilà ma star, comment vas-tu ? Tu as une mine superbe, tu t’es maquillée toute seule ? 
– Tu es superbe, viens par ici. 
Houa, quel moulin à paroles sans oublier qu’il m’a embrassé et fait virevolter en un tour de main.
Élodie s’affaire à me déshabiller, une fois nue elle se tourne vers Manuel :
– Comment veux-tu faire, d’abord les photos nues ou celles habillées ? 
– Je vais commencer par celles nues Nath est déjà prête. 
Ils m’emmènent au milieu du studio et là pendant je ne sais combien d’heures il a fallu que je sourie, prenne des poses langoureuses, bouge, reste immobile puis se sont enchaînés les essayages et les shoots, je ne me suis jamais autant habillée et déshabillée.
Au bout d’un temps certain ils m’ont enlacée et m’ont fait plein de câlins qui ont vite dégénéré, après plusieurs jouissances direction la salle de bain et à mon retour je trouve Louise au milieu du studio avec des boîtes de chaussures. LIRE LA SUITE


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires