3- Le book de Nathalie

mercredi 28 janvier 2009
par  nathykara
popularité : 1%

Après le repas , très joyeux dans une grande brasserie voisine des bureaux ou qualité et raffinement allaient de pair, grisée par la bonne chère et le bon vin aidant j’étais euphorique, riant et plaisantant comme si nous étions un groupe d’amis de longue date,

Il était quand même seize heures, rendez-vous fut pris pour le lendemain après-midi avec Manuel pour faire mon book,

Une fois pris congé, en chemin vers mon chez moi, je me disais « ça y est ma fille tes ennuis vont bientôt être un mauvais souvenir » , en quittant le groupe Louise discrètement m’a donné une enveloppe me chuchotant à l’oreille :

"C’est juste une avance, Cloé m’a dit que tu étais en difficulté avec ton bailleur, on s’arrangera plus tard, rentre bien et sois ponctuelle demain"

A ma grande surprise elle m’embrasse rapidement sur les lèvres tout comme Elodie et Manuel, après tout nous avions tous été très intimes.

Sur ma porte, je trouve une feuille accrochée me stipulant la venue de mon propriétaire en début de soirée pour encaisser ses loyers ou expulsion immédiate. Cela me pends au nez depuis quelques temps, en étant dans un meublé il est plus facile au propriétaire de nous mettre dehors en cas de litige il n’a qu’à changer les serrures et mettre nos effets personnels dans des sacs sur le palier, je le sais car c’est arrivé à mon ancienne voisine de palier.

Pas une minute à perdre il faut que je fasse l’évaluation de la situation, je m’installe sur la table de cuisine prends les lettres de rappel ’’Loyer’’ ’’Edf’’ ’’Orange ’’, alors voyons, zut, ça fait quand même mille sept cent cinquante euros, j’ ouvre l’enveloppe et je reste bouche bée...

C’est la première fois que je vois de si prés des billets de cinq cent euros, mes mains se mettent à trembler et j’essaye de compter mais l’émotion est trop forte je n’arrive même pas à compter jusqu’à huit. Huit, huit fois cinq cent ça fait.. non je me trompe …. je recompte, non il y en a bien huit, je prends ma calculette, oui ne riez pas, ça fait bien quatre mille euros.

Mes jambes flageolent, je suis obligée de m’assoir, ce n’est pas possible Louise s’est trompée d’enveloppe, je saute sur mon téléphone et appelle l’agence.

Louise me rassure,non ce n’est pas une erreur, elle souhaite que je mette les compteurs à zéro, que je mette un peu d’argent de côte, que je m’achète un nouveau téléphone portable qui sera professionnel et du maquillage haut de gamme afin de pouvoir toujours être prête en cas d’urgence et d’impossibilité de passer au bureau.

Le soir venu mon propriétaire n’en est pas revenu, non seulement je lui ai réglé mon retard mais lui ai payé un trimestre d’avance, assez suspicieux il essayait de savoir comment j’avais pu trouver si vite de l’argent, je restais très vague en lui disant que j’avais trouvé un travail et que la société avait accepté de me faire un prêt.

Je passai une excellente nuit, revivant en rêve cette matinée, non seulement j’avais le job mais en plus quel plaisir, il est vrai j’ai pris autant de plaisir avec Manuel qu’avec Elodie et Louise.

Avant de partir en cours j’appelai rapidement Cloé pour la remercier et lui annoncer la bonne nouvelle, naïve que je suis Louise m’avait devancée et lui avait tout raconté en détail.

Quatorze Heures piles, je suis dans le hall de l’agence, Elodie me saute au cou pour m’embrasser et m’entraîne directement au dressing.

"- Nous allons choisir les différentes tenues pour faire ton book, je choisis pour toi pendant que tu te maquilles"

"- OK Elodie"

Elle s’affaire tout en se parlant à elle même, c’est amusant, pendant ce temps je me maquille, il y a quand même une sacré différence entre des produits de marques et du pas cher,

"- Allons-y, Manuel nous attend au studio"

Nous voilà parties vers le studio, Elodie les bras chargés de vêtements et chaussures.

"- Voilà ma star, comment vas tu ? Tu as une mine superbe, tu t’es maquillée toute seule ?"

"- Tu es superbe, viens par ici."

Houa, quel moulin à paroles sans oublier qu’il m’a embrassé et fait virevolter en un tour de main.

Elodie s’affaire à me déshabiller, une fois nue elle se tourne vers Manuel :

"-Comment veux tu faire, d’abord les photos nues ou celles habillées ?"

"-Je vais commencer par celles nue Nath est déjà prête."

Ils m’emmènent au milieu du studio et là pendant je ne sais combien d’heures il a fallu que je souris, prenne des poses langoureuses, bouge, reste immobile puis se sont enchaînés les essayages et les shoots, je ne me suis jamais autant habillée et déshabillée.

Au bout d’un temps certain ils m’ont enlacée et m’ont fait pleins de câlins qui ont vite dégénérés, après plusieurs jouissances direction la salle de bain et à mon retour je trouve Louise au milieu du studio avec des boîtes de chaussures.

"-Approche, tu vas essayer toutes ces chaussures et bottes et je vais t’apprendre à marcher, il faut que tu sois au top ce soir car demain soir avec Elodie vous allez à ton premier rendez-vous."

Je me jette littéralement à son cou et l’embrasse fougueusement, tout en la remerciant encore pour l’enveloppe.

"- Écoute Nathalie, n’en parlons plus, demain soir avec Elodie vous passez la nuit au X..... il s’agit d’un fidèle client et il paye très cher pour essayer les nouvelles recrues de l’agence, sache que non seulement tu me rembourses déjà l’avance et il va même t’en revenir, tout ce que je te demande c’est de garder ta spontanéité et ta joie de vivre comme tu nous l’as montré hier et aujourd’hui. Alors au boulot, les talons ne font jamais moins de dix centimètres, je veux que ce soir tu marches, danses, montes et descendes les escaliers comme un mannequin, je compte sur toi."

Dure après-midi et soirée, il est vingt trois heures quand nous quittons le bureau, je suis haute perchée et je ne compte pas les torsions de cheville, les vol planés mais le résultat en vaut la peine.

Je reconnais à peine cette silhouette dans le miroir du hall qui avance féline tirant une grande valise sur roulettes., elle contient tous les vêtements qui ont servi pour le book et les chaussures.

J’ai rendez-vous demain à dix huit heures avec Elodie pour qu’elle m’explique ce que l’on attend de moi et se préparer pour mon premier client.

Je passe une nuit agitée, rêvant d’inconnus me possédant tantôt délicatement tantôt sauvagement, tantôt des jeunes beaux, tantôt de vieux bedonnants.

Au petit déjeuner une angoisse me prend, je tremble, pleure, je ne sais plus où j’en suis. Je saute sur mon ordi et me connecte sur le t’chat et cherche désespérément Jessica.

Ouf elle est déjà là.

"- Jessi au secours !!!!"

"- Salut Nath, qu’est qu’il y a ?"

Je lui explique brièvement mes peurs et doutes , elle se sait rassurante, me rappelle que je ne serais pas seule car il y aura Elodie et me pousse à rouvrir l’enveloppe et en riant me demande dix pour cent car c’est elle mon inspiratrice, me souhaite bonne chance et m’envoie en cours.

Un nouveau message s’affiche sur ma boîte de réception, un fichier zip, provenant de Manuel, je l’ouvre et ….....

Houa ! Non je n’en crois pas mes yeux, on dirait une star, aucune vulgarité, que du glamour, mon visage flouté, je suis méconnaissable. Mêmes celles nues on ne fait que deviner mes formes … je contemple en boucle les photos.

Mon téléphone sonne, ’’Cloé’’ , je décroche :

"- Je viens de voir ton book en ligne félicitation Nathalie, tu vas faire des ravages, Gérard veut déjà téléphoner à l’agence pour réserver une soirée, Louise m’a dit que tu commençais ce soir je voulais te souhaiter bonne chance et sache que si tu as besoin de quoique ce soit, nous sommes là pour t’aider ou t’écouter, on t’embrasse, vas-y tu vas être en retard à tes cours."

Précédent ...................................................................... SUITE




Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur