Expiation

Epilogue
dimanche 7 février 2021
par  Henic
popularité : 1%
0 vote

Le lendemain matin, Henry et moi rencontrons Martin Creel. Al Laroche est là – l’air très chagrin. Ainsi que l’est l’avocat de l’Église. Nous exposons nos exigences.
Laroche bégaie et fulmine, mais il sait que le montage est solide. Creel insiste sur le silence, comme je savais qu’il le ferait. Laroche supplie Henry pour une licence sous brevet.
« Ce sera une froide journée en enfer, Laroche »
C’est tout ce qu’il dit. Quand nous arrivons à la fin, ils acceptent de payer. Nous négocions également un règlement pour Mary-Beth et Celeste - encore une fois sans admettre aucun acte répréhensible. Tout le monde est sur le point de partir, impatiemment, pensé-je. Ils veulent sortir avant que nous pensions à autre chose.
« Il y a juste une petite chose de plus... dis-je.
— Quoi ? Souffle Creel. »
Leurs yeux s’écarquillent lorsque je leur explique de quoi il s’agit. Mais ils en parlent pendant un moment et se rendent compte que c’est dans l’intérêt de tous. Rien de personnel, c’est juste une bonne affaire que d’éviter une mauvaise publicité pour leur Église.

*

* *


Je traîne à Washington pendant un jour ou deux, en convalescence. Deux jours après notre réunion, je fais le voyage de retour vers Charlottesville. Jessica me reçoit. Elle est vêtue d’une ravissante robe violette qui s’accroche à chacune de ses courbes abondantes. Nous bavardons en attendant midi. Entre sa silhouette luxuriante, rouge vif, ses cheveux et ses yeux vert profond, je ne peux pas détourner les yeux d’elle. Quand la sonnette retentit, je me lève pour aller ouvrir. Anna Klochek, le visage couleur de cendres, se tient à la porte, flanquée d’une paire d’hommes costauds qui, je suppose, sont la sécurité de l’Église, ou des licteurs.
« Mademoiselle Klochek, bienvenue, dis-je en souriant. Entrez. »
Elle se renfrogne mais se laisse conduire par son escorte, chacun agrippe un de ses bras. Apparemment, l’Église est plus intéressée par le règlement qu’elle ne l’est de l’inconfort du postérieur de sa cheffe des Licteurs, et a missionné ces garçons pour assurer sa coopération.
« Bien, messieurs, Henry nous attend dans son atelier, en bas. Je sais qu’Anna ici sait où il se trouve, mais si vous vous voulez me suivre, tout simplement... »
Je les conduis à l’atelier d’Henry. Henry a fait reconstruire son grand prototype de machine. Il fignole quelques ajustements sur une nouvelle structure qui a été ajoutée. De chaque côté se trouve un petit poteau avec une tête rotative sur le dessus, qui est montée sur un rail coulissant à l’arrière du banc. Chaque tête rotative a une tige flexible coincée dans un trou sur la tête. Chaque tige mesurait une trentaine de centimètres de long et à l’extrémité, il y a une unique lanière de soixante centimètres de long. La lanière est faite d’une sorte de matériau caoutchouteux résilient. Cela ressemble à une queue de rat.
« Ah, Mademoiselle Klochek, dit Henry, levant les yeux quand nous sommes entrés. Nous sommes heureux que vous soyez ici pour nous aider à tester notre nouvelle fonctionnalité. »
Il se remet sur ses pieds.
« Vous savez, initialement, j’ai conçu ces machines pour le marché des jeunes, mais je n’imaginais pas qu’il y aurait une explosion des lois des États imposant les châtiments corporels pour tout, de la conduite en état d’ivresse à la rédaction de chèques sans provision - pour les adultes. Et alors j’ai pensé… »
Henry met un doigt en l’air pour souligner son effet.
« … que pour ça, commercialiser une simple machine à fesser n’est tout simplement pas suffisant. Les adultes doivent être fouettés, pas fessés comme des enfants, n’est-ce pas ? Les adultes ont besoin de quelque chose qui fait vraiment ressortir la sanction. Alors… »
Il montre les deux moyeux rotatifs avec leurs attaches de tige et de fouet à l’air inquiétant.
« …J’ai développé ceci. Comme vous le voyez, ces deux moyeux tournent, tirant ces tiges flexibles, avec les lanières qui sont fixées dessus, en cercle à une vitesse incroyable. La pointe de chaque mèche se déplace sur un arc de cercle de 320 degrés avant de toucher la cible. Il y a des fouets droits et gauches, et ils sont réglés au chronomètre pour livrer leurs coups de fouet à la zone cible dans un ordre alterné. Les têtes se déplacent légèrement dans le sens vertical après chaque coup afin que la zone cible du bout des lanières varie. Le moment peut être choisi pour que les coups soient délivrés à intervalles variables. Mes recherches ont montré qu’une période d’environ 3 à 5 secondes entre les coups est optimale. Le prisonnier a le temps de ressentir l’effet complet d’un coup avant que le suivant soit appliqué. Alors qu’en pensez-vous ? Je veux dire : vous êtes l’experte. Cela devrait vraiment faire réfléchir un conducteur ivre avant de prendre le volant d’une voiture, non ? »
La bouche d’Anna est ouverte et elle se fige nerveusement, regardant d’un côté à l’autre – cherchant une issue, sans aucun doute.
« Dans cette version, la zone d’impact est constituée des fesses et de l’arrière des cuisses – l’endroit prévu par la nature est toujours le meilleur, hein ? »
N’entendant aucun commentaire, Henry poursuit :
« Le télémètre laser est calibré avec les têtes rotatives qui se déplacent sur ces pistes de sorte que les extrémités des fouets atterrissent exactement sur les fesses du mécréant. Pas d’emballage ou quoi que ce soit de ce genre - et en ayant deux têtes, une couverture complète de la zone cible est assurée. Eh bien, qu’en pensez-vous, Mademoiselle Klochek ? Dit Henry qui rayonne vraiment. Prête à venir faire un tour ? »
Elle doit savoir que plaider ne servirait à rien, mais cela ne l’arrête pas. Ses yeux ont un regard sincère de peur en regardant le sinistre appareil.
« Écoutez, ce... ce n’est pas nécessaire. Vous avez ce que vous vouliez.
— Ah, oui, Miss Klochek, mais certaines choses ne peuvent pas être défaites, n’est-ce pas ? Demandez à Monsieur Hand ici présent. »
Elle regarde dans ma direction, découragée. Je souris et hausse les épaules. Elle continue sa tentative.
« Je suis désolée. Vraiment. Ils m’avaient donné un travail à faire. »
Je me tourne vers Henry :
« Je pense que c’était la défense de Goering à Nuremberg. »
Puis de nouveau, à Anna.
« Anna, nous remontons loin en arrière. Je vous dois plus que notre petite séance dans les bois. »
Anna recommence à protester mais Henry la coupe en regardant sa montre :
« Eh bien, nous perdons du temps. Alors si vous voulez avoir la gentillesse d’enlever votre pantalon...
— Quoi ? dit Anna. Nue ? Vous me voulez nue ? Non... Non, je ne le ferai pas. »
Elle lutte, réalisant que dans une minute ou deux, elle sera attachée, et fouettée par la machine.
Henry fait signe aux hommes de la sécurité de l’Église qui attrapent par les bras une Anna écumante et la font avancer vers le support rembourré au centre de la machine.
Ignorant ses protestations frénétiques, ils la fixent, face vers le sol, et bouclent les sangles autour du haut de son dos et au creux de ses genoux. Depuis le haut rembourré légèrement incliné vers le bas, la courbure de son corps force ses fesses à se cambrer de manière proéminente. LIRE LA SUITE





ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires