Troisième épreuve

dimanche 6 décembre 2009
par  nathykara
popularité : 1%
2 votes

Troisième épreuve

Je passe une nuit agitée, j’ai réglé mon réveil pour huit heures car j’ai l’intention de prendre un bain, de rectifier mon épilation et améliorer mon maquillage car il s’agit d’une première pour moi, sortir en fille en pleine journée et pour tout un week-end, j’appréhende un peu.

Pendant mes préparatifs je pensais à tout ce qui m’arrivait, je constatai que malgré tout une fois la peur initiale passée je ne nie pas avoir pris du plaisir hier soir à notre rencontre et le fait qu’il prenne tout en main ne me déplait pas.

De plus grâce à lui je brûle les étapes, en très peu de temps j’ai pratiqué des fellations, avalé les éjaculations et surtout me suis faite dépuceler un peu brutalement c’est vrai mais le dernier rapport m ‘a donné du plaisir. Lorsqu’il s’est retiré j’ai même ressenti un vide.

Oups ! Il me reste vingt minutes pour être en place, je boucle mon sac, prends la clef qu’il m’a laissé et avec un peu d’appréhension j’ouvre ma porte. Personne, j’appelle l’ascenseur, j’appuie sur le bouton du sous-sol, le bâtiment étant en forme de U , les caves et les garages sont contigus pour tous les bâtiments, je pourrai aller jusqu’à son box sans être obligée de passer par les jardins et éventuellement ne rencontrer pas âme qui vive.

« B 87 » j’essaye d’ouvrir, la clef ne rentre pas, je panique un peu mais aperçoit une porte avec serrure intégrée dans le panneau. Ca ouvre, en entrant je suis surprise la lumière s’allume toute seule, personne, sûrement un détecteur de mouvement.

Une grosse berline allemande grise, j’ouvre la portière et trouve un bandeau opaque sur le siège, comme ceux que l’on utilise sur les longs courriers pour se reposer sauf que l’élastique est remplacé par des lanières en cuir avec une boucle ajustable afin de bien le serrer.

Je pose mon sac sur le siège arrière, m’installe sur le siège passager et met le bandeau sur mes yeux.

Une attente dans l’obscurité qui paraît une éternité, j’ai la pointe de mes seins qui pointent sous mon top, je suis toute excitée.

• Bonjour, ma Pute, bien dormi ?

Je sursaute, il m’a surprise, je ne l’ai pas entendu arriver.

• Bonjour, oui merci.

Il s’approche de moi, vérifie l’attache du bandeau, et me met des lunettes.

• Ce sont des lunettes de soleil qui masquent ton bandeau, je suis content tu as suivi toutes mes demandes et j’ai pu constater que tu es venue en femme, ton arrivée était filmée par ma vidéosurveillance. Nous allons faire un petit voyage, je te demande une obéissance sans limite car tout refus ou rébellion je t’abandonne au bord de la route et lance ta campagne de pub dans la résidence et à ton boulot, compris ?

• Bien compris Monsieur, je peux vous poser une question ?

• Une seule.

• Vous êtes garant de ma sécurité ?

• Ne t’inquiète pas je ne vais pas mettre en danger la Poule aux œufs d’or il suffira que tu obéisses sans discuter et sans hésiter.

La voiture se met en route, il met une musique douce et le fait d’être dans le noir, la douce chaleur du soleil à travers le pare-brise je me suis assoupie.

Une caresse sur ma cuisse me réveille.

• Bien reposée, nous allons bien tôt nous arrêter et tu vas te dérouiller un peu les jambes et faire un peu d’exercice.

La voiture s’arrête, il sort et vient ouvrir ma portière me prends par le bras.

• Je te guiderai toujours comme ça, comme si tu étais aveugle, une pression sur le bras c’est qu’il y a une marche je t’indiquerais si on monte ou si on descend et le nombre.

Nous marchons un peu je commence à m’habituer, je sens de l’herbe sous mes pieds.

• Attends moi là ne bouge pas, je reviens.

En effet au bout de quelques instants il revient, mais pas seul , il y a d’autres hommes avec lui.

• Là voilà, elle va vous sucer à fond, vous pouvez vous occuper de sa poitrine pas du reste, elle est à vous. Tu leur vide les couilles et tu n’en perds pas une goutte, penche toi en avant.

J’écarte mes jambes et me penche, deux mains attrapent ma tête, j’ouvre la bouche et un sexe à demi en érection pénètre ma bouche, il guide ma fellation, sans brutalité. Je dois lui faire du bien il gémit et dans un sursaut il inonde ma bouche, j’avale du mieux que je peux. Il se retire et est vite remplacé par un autre, plus directif, je dois lui caresser les bourses, il martyrise mes tétons et lui aussi comme deux autres hommes remplissent ma bouche.

• Merci Messieurs, et bonne route.

C’est bien ma Pute, tu as bien travaillé, tu viens de me faire gagner cent soixante euros, tu as financé ton week-end, on retourne à la voiture.

Il me réinstalle, boucle ma ceinture et redémarre.

Au bout de quelques kilomètres il s’arrête à nouveau, me fait descendre, me plaque contre le capot de la voiture relève ma jupe et sans préparation viole d’un coup mon petit trou. Je crie, une claque puissante et sonore s’abat sur ma fesse.

• Ta gueule, tu dois tout encaisser en silence à partir de maintenant, attends toi toujours au pire.

Il me sodomise longuement, variant ses plaisirs, de temps en temps il me crache dans la raie ce qui à la fin atténue la douleur et je prends un peu de plaisir.

Il me retourne me courbe et d’emblée j’ouvre ma bouche ou il s’enfonce sans ménagement, quelques va et vient et il éjacule, j’avale tout.

• C’est bien, tu commences à me faire plaisir, on y va .

En cours de route il me fait manger un Mac Do, la voiture redémarre le voyage se poursuit.

A nouveau je m’endors.

PRECEDENT .................................................................... SUIVANT


TELECHARGER CE CHAPITRE

ZONE ABONNES L’abonnement vous permet d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés, d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication

Entrez votre pass abonné

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur