28- Plume d’ange

Chapitre 28
vendredi 5 mars 2010
par  Angélique
popularité : 1%
2 votes

L’absence de Maryse est de courte durée. Elle ouvre la porte avec fracas et propulse dans la pièce le lit qui a servi au transport de Niobé. Manquant de peu de toucher sa compagne.

" - Quelle mouche te pique ! Tu es devenue folle ?" Lui demande celle-ci.

" – Niobé a oublié son lit dans la salle. Et c’est sur moi que ça retombe. S’emporte t-elle en désignant la coupable de la main. Furieuse elle poursuit en regardant sa compagne. Figure-toi qu’elle ma rappelé aussi que la salle ressemblait à un lieu de débauche."

" - Quant à toi ma jolie Le contenu de ce sac t’est destiné." dit-elle en tendant à Yael un sac toilé qui en découvre le contenu avant de le poser.

Maryse repart avec les patientes jusque la salle de réception. Un torchon à la main, elle leurs fait ramasser les souvenirs de leurs ébats forcés qui sèchent et répandent déjà une odeur piquantes et nauséeuse.

" - Plus vite mesdemoiselles, remuez- vous le cul. La soirée n’est pas finie dit t-elle aux filles qui pataugent dans l’eau sale. - Maria Barbara aide Niobé au lieu de pleurnicher sur ton sort."

Le nettoyage terminé elles regagnent la salle talonnée par Maryse qui leur cingle les fesses de claques retentissantes ponctué d’un " – Plus vite mesdemoiselles."

" - Maryse je dois aller aux toilettes." Crie Maria Barbara s’en s’arrêter de courir.

L’infirmière arrête l’insolente par la chevelure et la gifle à toute volée. Propulsée sur les fesses celle-ci se tient la joue et sanglote de plus belle.

" - Mais c’est vrai je dois faire mes besoins." Larmoie t-elle.

" - Tu m’appelles Mademoiselle ! Si ça ne te dérange pas ? Lui crie l’infirmière dans les oreilles. Relève-toi immédiatement ! "

" - Mademoiselle je dois aller aux toilettes de toute urgence." insiste Maria Barbara sur le point de faire ses besoins debout.

" - Ici l’urgence c’est moi qui décide. Tu dois chier ou pisser ? "

" - Les deux Mademoiselle."

" - Pousse cette porte, les WC sont à coté. Entre Niobé ! Tu nous accompagnes."

Maria Barbara entre en trombe dans les toilettes, suivie de près par l’infirmière qui maintient la porte ouverte.

" - Tu fais tes besoins en laissant la porte ouverte. Tiens-toi droite, met les mains dans le dos … écarte les cuisses. Fait tes besoins à ton aise j’ai tous mon temps."

" - Niobé ! Arrête de rêver et prend la position. A cause de vous, je me suis faite engueulée par Madame. Je n’ai rien trouvé à manger et je suis de mauvais poils."

Agenouillée, Niobé se fait la plus petite possible. Droite sur le trône, Maria Barbara lâche un énorme pet. Suivi d’un chapelet de petits gaz chuintants eux-mêmes suivis d’une cataracte d’excréments. En quelques instants l’odeur de la diarrhée envahi toute la pièce. Pliée en deux par la douleur, l’étudiante se vide bruyamment les viscères à plusieurs reprises.

" - Il n’y a pas de papier pour m’essuyer." dit t-elle à l’infirmière qui lui écarte d’avantage les cuisses et regarde le pot moucheté d’excréments.

" - Tu as fini ? Lui demande t-elle tout en lui caressant les mamelons du bout des doigts. - As-tu fini de faire tes besoins ? " Lui demande t-elle à nouveau.

N’obtenant pas de réponse, l’infirmière tire la chasse et trempe les fesses de la patiente qui se met debout en criant de surprise.

" - Assied-toi ce n’est que de l’eau froide. Reprend la position … écarte les jambes … encore … parfait ! Reste comme ça et garde la pose. Ta copine va te nettoyer."

Niobé plonge la main dans l’eau claire de la cuvette et nettoie l’anus et les fesses de Maria Barbara. Elle en fait même un peu plus à la demande de celle-ci.

" – Continue j’aime ce que tu me fais. Soupire t-elle à voix basse. - Un peu plus profond s’il te plait." Reprend t-elle trop fort pour rester discrète. Maria Barbara est aux anges quand Niobé prend une gifle qui les surprend toutes les deux.

" – Niobé ôte–toi de là immédiatement ! " Gronde Maryse furieuse à l’encontre de sa patiente qui fait l’innocente. - Et en plus te fiches de moi ! Je savais que tu étais vicieuse mais pas à ce point. Et l’autre qui en redemande … - Un petit peu plus profond s’il vous plait. Poursuit t-elle en imitant la voix de Maria Barbara et en la giflant à deux reprises. – Celles-là tu ne les as pas volées sainte nitouche. J’ai l’impression de travailler avec des filles de joies. Tu ne pourrais pas te respecter un peu ? … Maria Barbara je te parle ! "

" - Si Mademoiselle excusez-moi … C’était plus fort que moi."

" – Sort de là et met-toi à genoux." lui ordonnes t-elle.

" – Qu’es ce que tu attends pour aller aux toilettes." Demande t-elle à Niobé.

" – Mais … je n’ai pas besoin Mademoiselle." se défend Niobé.

"- Va faire tes besoins esclave ! - Oui Mademoiselle."

A peine installée sur le siège, Niobé se vide la vessie puis les intestins de la même façon que celle qui la précédée. L’étudiante lave Niobé sous la surveillance étroite de Maryse qui surveille chacun de ses gestes.

Le trio quitte la pièce et rejoint Yael qui les attend avec impatience. " – Elles ont la diarrhées toutes les deux." Prévient t-elle en refermant la porte derrière-elle.

" – Ca fait une économie de deux suppositoires à la glycérine. Lui répond Yael en entraînant Maria Barbara vers une table en skaï. Elle la met sur le ventre et lui introduit une canule dans l’anus, reliée à un broc d’eau savonneuse. Elle profite de ce moment de répit pour lui expliquer ce qui va se passer.

" - Quand que le broc sera vide, je retirerai la canule et tu te rentreras un doigts dans le cul pour empêcher l’eau de sortir. Ensuite tu attendras que je t’autorise à te lever pour aller aux toilettes. Désobéi-moi et je te donne la fessée." Maria Barbara opine du chef pour montrer qu’elle a compris la consigne.

Maryse ne répète rien à Niobé qui a entendu toute la conversation. La canule dans l’anus, celle-ci pousse de temps à autres des soupirs de satisfaction. Intriguée des sons émis, Maryse passe la main entre les jambes de sa patiente et la retire humide de cyprine. Elle appelle Yael et lui explique sa découverte. Celle-ci enlève la canule de l’anus de la jeune fille et se dirige vers Maryse. Tout en lui répétant ses consignes.

" - Met ton doigt et retiens toi ! - Oui Mademoiselle." Répond promptement Maria Barbara en s’enfonçant l’index dans l’anus.

Yael fait le même constat que sa collègue auprès de Niobé. Elle lève les deux mains et les abats avec violence sur les fesses de Niobé qui encaisse les deux claques en serrant les dents.

" - Si tu aimes jouir tu va être servie au-delà de toute espérance. Je vais m’occuper personnellement de toi. Ca t’aidera à oublier Maryse." Prévient Yael à l’encontre de Niobé en enlevant la sonde.

" - Encule-toi de tes majeurs vicieuse. Lui ordonne t-elle. – Mais … c’est impossible Mademoiselle." Rétorque Niobé.

" – Passe une main entre tes jambes et l’autre dans le dos." Lui répond Yael.

Niobé se contorsionne sur la table de skaï et parvient à s’enfoncer les majeurs dans l’anus sous l’œil attentif de Yael qui insiste pour que les paumes touchent le ventre et les fesses.

" - Replie les doigts de la main qui touche ton ventre. Maintenant tu attends que je te donne l’autorisation de te lever."

Les filles gémissent de la position inconfortable et se plaignent d’avoir mal au ventre. Finalement elles déclarent ne plus savoir se retenir.

" - Maryse va vous accompagner. Vous faites vos besoins et vous revenez tout de suite sans faire de cochonnerie entre vous."

Heureuse d’être libérée, elles regagnent très vite les toilettes. Aussitôt assise elles rendent l’eau savonneuse contenu dans leurs intestins. Puis regagnent la salle et reçoivent le second lavement en tout point similaire au premier.

" - Maria Barbara !
— Oui Mademoiselle ?
— Tu feras le second trajet en t’enculant comme Niobé.
— Oui Mademoiselle."

L’expulsion de l’eau terminée, les filles attendent assises. Yael saisi Niobé par le poignet et l’oblige à la suivre.

" – Chose promise, chose due. Avec toi, je vais faire dans la fantaisie pour t’apprendre à respecter ma compagne. Tu aimes le plaisir, tu ne vas pas être déçue du voyage." LIRE LA SUITE

L’intégralité de ce chapitre est disponible pour les abonnés de RdF

PRECEDENT ......................................................... SUITE




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de Rêves de femme
dimanche 9 novembre 2014 à 08h35 - par  Rêves de femme

La suite reste malheureusement toujours à venir ! Mais sait-on jamais !!!!

Logo de Claude
samedi 8 novembre 2014 à 14h31 - par  Claude

Bonjour.
Très belle histoire. Bien écrite a chaque scénario on visualise très bien la scène. Depuis le début je me suis attaché à Niobé et à chaque chapitre elle se retrouve impliquée dans une nouvelle aventure, de maîtresse en maîtresse el évolue. C’est de plus en pus émouvant, qu’elle transformation depuis Nadège via Niobé. J’aimerai bien connaitre la suite et quant Carine va retrouve son esclave. La suite existe est-elle à venir ou est-elle réservée aux lecteurs abonnés ?

Logo de Selene
vendredi 5 mars 2010 à 18h33 - par  Selene

Bonsoir,

Hi, depuis le temps que je l’attendais celui là. Je vous félicite, c’est toujours aussi intrigant. Et j’aime particulièrement la fin...
C’est vraiment, selon moi le sens du SM. Du don de soi envers la personne que l’on aime.

Encore merci de se joli texte.

Je vais encore me languir de lire le prochain.

A bientôt.

Selene.

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur