ANNONCE : La relation BDSM qui fonde le couple

lilo4492
mercredi 14 avril 2010
par  lilo44
popularité : 2%
1 vote

Bonjour

J’ai 50 ans, homme, bon standing, châtain et moustache, caucasien, français, 1.82m pour 79 /82 kg plus ou moins suivant mon planning (sorties resto, meeting, repas d’affaires, voyages....), physique normal, pas désagréable, (je ne suis pas un playboy non plus) ancien ’’ maître’’ avec un amour de jeunesse, aimerai retrouver une compagne qui partage mon style de vie ou qui souhaiterai découvrir et réaliser ses fantasmes dans le cercle BDSM. D’ailleurs je préfère ce type de rencontre plutôt que de tomber sur une annonce genre « pute et salope dispo … » Je suis libre mais voyage beaucoup en France et étranger.

Je joins ci-dessous ma conception philosophique personnelle de cette future relation. Cette relation bien entendu ne peut pas s’acquérir en une journée, de longues discussions sur les désirs de chacun, une confiance mutuelle primordiale est à établir au fils de nos rencontres. Certaines me demanderont de faire un scénario, que ce soit une prétendue soumise voulant tester mes aptitudes de maître .Le BDSM se vit en tête à tête et non planqué derrière l’anonymat d’un écran… alors je laisse les amateurs de scénario à leurs chimères électroniques.

La relation BDSM est d’abord la relation entre une femme et un homme qui ont d’un commun accord décidé de faire un bout de route ensemble, c’est le couple qui fonde la relation BDSM et non la relation BDSM qui fonde le couple.

Le dominateur et celui qui doit être fort, non évidemment au sens physique absolu, mais par son aptitude à percevoir les désirs réels de la soumise, par ma force de caractère et mon aptitude à la diriger. Par cette force je me place en protecteur naturel de la soumise et acquiert son respect. Je suis juste, capable à la fois d’être dur et inflexible, lorsque, la soumise ayant failli à ses devoirs, je suis contraint de la punir, mais doux et tendre lorsque la soumise mérite récompense et tendresse. C’est parce je suis respectable et respectueux que je me positionne en supérieur, nul besoin pour moi, donc, de dégrader et de rabaisser la soumise pour la mettre en position d’infériorité sans aucune nécessité ou par mépris.

On est loin de l’image que donnent certains tristes sires, en mal d’existence, portant haut la majuscule sur certains ‘’chats’’ abordant les soumises par de méprisants « à genoux chienne » ou autres incongruités, qui ne sont, eux que de pauvres avortons tout juste bons à servir de paillasson à celles qu’ils prétendent dominer.
Je suis celui qui enseigne et guide l’élève. En acceptant la soumise qui se donne à moi corps et âme je la reçois comme mon bien le plus précieux et mes devoirs vis-à-vis d’elle sont à la hauteur de cet engagement. Encore plus que je dois protection à celle qui en se donnant à moi perd toutes défenses. C’est à moi de veiller sur le bien-être, le confort matériel et l’épanouissement de celle qui a abdiqué sa liberté pour me servir et veiller à mon plaisir. Certes c’est à moi d’enseigner à la soumise l’art de me servir et de me plaire. Mais son rôle ne se limite pas à cela, c’est à moi de mettre à jour ses désirs les plus inavoués, de l’aider à chasser ses démons, de la guider pour qu’elle devienne une femme fière, bien habillée au corps soigné, indépendante et épanouie assumant totalement sa nature profonde mais aussi sa féminité absolue.

Ceux qui s’approchent du BDSM, croyant que le rôle du Maître est de dégrader sa soumise au point d’en faire un gastéropode qui rampe en bafouillant à leurs pieds et qui rêvent de trouver là un « coup facile » à qui ils pourront faire gober tout et surtout n’importe quoi afin de cacher leur médiocrité se fourvoient totalement et auraient meilleur temps de s’acheter une poupée gonflable.





Commentaires

Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique

Sites favoris


    1 site référencé dans ce secteur

    Brèves

    RENCONTRES

    mardi 16 octobre 2012
    Sur le Web : Rencontres FETISH SM