L’asservissement de Laure -5-

dimanche 26 juin 2016
par  masterplayer
popularité : 1%
2 votes

En cette fin d’après midi de vendredi, contrairement à son habitude, Orane rentrait à pieds chez elle. Elle voulait être seule pour réfléchir et n’avait pas envie de se retrouver au milieu des autres élèves dans le bus. Elle repensait à cette journée qui, si elle avait très bien commencé dans le gymnase, avait pris une tournure qui l’inquiétait un peu. La semaine avait pourtant délicieusement débutée avec cette petite séance avec sa soumise et le film, bien qu’un peu court à son goût était très réussi. Tout comme celui qu’elle avait obligé Laure à tourner le soir en rentrant chez elle et à lui envoyer aussitôt après. La jolie déléguée de classe avait du se déshabiller entièrement et très langoureusement dans sa chambre, s’exhiber avec ce ridicule appendice qui sortait de son cul et se masturber jusqu’à l’orgasme sans quitter l’objectif des yeux. Le résultat était superbe, bien au-delà des espérances de la jeune asiatique ! Décidément elle ne s’était pas trompée. Laure était devenue sa parfaite esclave, son jouet, son animal de compagnie cela en un temps record, et elle ne doutait pas de pouvoir pousser encore plus loin avilissement. Si toute fois les choses ne se compliquaient pas…
Or, justement, les choses risquaient de se compliquer.
Le deuxième trimestre se terminait, les conseils de classe avaient eu lieu, et au cours de celui de la classe des deux jeunes filles, pas un des professeurs ne s’expliquait la chute des résultats de Laure qui avait été jusque là une élève brillante. Et tous s’accordaient à dire que si elle continuait ainsi, elle hypothéquait sérieusement ses chances de succès au bac. Orane était assez perspicace pour deviner ce qui allait suivre si les choses persistaient. Les parents de Laure seraient convoqués, des décisions sur le rythme de ses sorties seraient prises, et bien d’autres mesures encore qui, évidement limiteraient toutes les occasions de poursuivre son œuvre. Prenant toujours plus de plaisir à s’amuser avec son jouet, elle ne pouvait s’empêcher de se dire que le bac arrivait à grand pas et avec lui la fin de son contrat avec Laure. Si elle voulait trouver un moyen de garder Laure sous sa coupe, il fallait d’abord et avant tout que celle-ci réussisse son examen. Elle en était là de ses réflexions quand elle réalisa qu’elle était arrivée chez elle. Sa décision était prise, elle irait voir Laure chez elle dès le lendemain matin.
Samedi matin, la jeune asiatique sonnait à 9 heures au portail de la grande demeure des Clermont. Quelques instants plus tard, Laure ouvrait la porte et sursautait en découvrant sa maitresse sur le perron.
— Bon… bonjour Mademoiselle.
— CHHhhuut ! Ce matin c’est juste Laure et Orane, je t’expliquerai ! Bon, je peux entrer ?
— Mais…mais ma mère est encore là !!!
— Dis lui que je viens réviser avec toi ce matin,.
Le ton d’Orane était doux et chaleureux et son sourire encourageant. Après une seconde d’hésitation, Laure laissait entrer sa camarade de classe dans le hall de la maison.
— Maman ! Orane, une amie de classe, est là, nous allons travailler ensemble ce matin.
— Très bien ma chérie, je suis ravie ! Je dois sortir rejoindre ton père. Nous rentrons déjeuner vers 13 heures, 13 heures 30 OK ?
— OK maman parfait.
Pendant que les deux jeunes filles montaient vers la chambre de Laure, Orane ne pouvait s’empêcher d’admirer le splendide cul de sa soumise en se disant qu’il était vraiment fait pour être exhibé et maltraité ! Elle sourit à cette pensée, mais se reprit aussitôt, ce matin elle n’était pas venue pour ça.
Quoi que….
A peine entrées dans la chambre les filles entendaient la voiture de madame Clermont démarrer et quitter l’allée de la maison. Pour Orane la tentation était grande de profiter du fait imprévu qu’elles se retrouvent seules dans la maison, pou abuser encore de sa soumise, mais elle devait avant tout mettre des choses au point avec Laure.
— Laure, nous avons un problème toutes les deux.
— Mais.. mais Mademoiselle je…
— Non, laisse-moi finir ! Tes notes en classe sont devenues mauvaises et si tu continue comme ça tu vas planter ton bac ce que je ne veux pas. En plus beaucoup trop de gens vont s’intéresser à ton cas ce qui va inévitablement perturber notre petit arrangement.
Laure regardait sa maitresse avec une totale incompréhension, ne sachant pas où elle voulait en venir.
— Voilà ce que je te propose. Si tu veux tout arrêter là maintenant, je te rends toutes les photos, clefs USB, et tu as ma parole que tous les fichiers seront effacés dès mon retour chez moi. Nous finissons l’année chacune sans se préoccuper de l’autre, sans plus jamais s’adresser la parole, et dès après la fin des cours nous ne nous reverrons plus.
Laure se sentait blêmir, ses jambes flageolaient, son cœur battait à tout rompre. Comment se pouvait-il que la perspective de n’être plus tourmentée par sa rivale puisse l’affoler à ce point ? Pourquoi cette éventualité faisait elle naitre en elle cette sensation de manque incommensurable ? Elle regardait Orane bouche bée, inquiète et attentive à la suite.
— Ou bien… ou bien tu décides de continuer et dans ce cas, je continuerai de m’amuser un peu avec toi ici ou chez moi mais je ne t’obligerai plus à rien au lycée durant les prochains mois jusqu’au bac. A rien sauf à travailler avec moi régulièrement juste toi et moi. Et je te préviens ce sera à un rythme d’enfer ! Et après le bac, que nous allons réussir toutes les deux, je te le garantis, nous rattraperons le temps perdu. Tes parents partent toujours en vacances en juillet ?
— Euh je… je crois oui enfin normalement oui…
— Parfait ! Les miens aussi ! se réjouit la belle asiatique. Alors nous allons toutes les deux trouver un job d’été pour pouvoir rester ici en juillet et j’ai une idée pour partir en vacances ensemble au moins un mois après. Et comme les cours de fac ne reprennent que début octobre, tu vois… au moins 3 mois toutes les deux toutes seules, où bien sur tu redeviendras la parfaite petite soumise servile et salope avec laquelle j’aime tant m’amuser… Voilà Laure, c’est toi qui décide. Tu me donnes ta réponse lundi matin avant d’entrer en cours.
Tout se bousculait dans la tête de Laure. Elle avait la possibilité de reprendre le cours normal de sa vie ! De ne plus se laisser humilier ! Elle pouvait redevenir une étudiante comme les autres ! Elle allait enfin pouvoir tourner la page et oublier !!! Mais justement, avait-elle envie d’arrêter, avait-elle envie d’oublier Orane, et puis pourrait-elle jamais plus se passer du plaisir insensé qu’elle avait ressenti… Déjà Orane se levait et prenait son sac pour partir.
— A lundi matin Laure.
— NOOOON !!! Attends ! Je… s’il te plait Orane attends… Ce n’est pas la peine d’attendre lundi matin… Je… je veux avoir mon bac et… je ne veux pas te perdre Orane.
Décidément Orane n’en finissait pas d’être surprise par la nature profonde de sa camarade. Laure venait de se lever pour venir s’agenouiller d’elle-même à ses pieds.
— S’il vous plait Maitresse, je veux rester votre esclave… s’il vous plait.
— Tu es bien certaine Laure ? Prends ton temps pour réfléchir jusqu’à lundi.
— Non ! C’est inutile.
Orane regardait sa soumise à genoux devant elle.
— Tu sais Laure si tu décides de continuer, je vais recommencer à te punir, à t’avilir, je n’aurai de cesse de te rabaisser, de t’humilier et j’irai de plus en plus loin… Te voilà prévenue, toujours décidée ?
Après quelques secondes, silencieuse et immobile, et sans avoir cessé de regarder sa maitresse, Laure déclarait :
— Il me tarde déjà d’être après le bac Mademoiselle.
— Je veux que tu aies ton bac pour pouvoir disposer de toi 3 mois durant après. Et puis comme ça ca te laissera le temps de réfléchir aux 2 punitions que tu me dois ! La première parce que j ai remarqué lundi que ta chatte n’était plus parfaitement lisse. Et la deuxième parce que tu t’es masturbée sans mon accord Laure. Tu vas toi-même les choisir. J’en veux une qui te fasse très mal et l’autre qui soit très humiliante ma petite salope… Tu m’as bien comprise, j’espère ? Parce que tu te doutes qui si elles ne me conviennent pas, tu pourrais le regretter….
Laure frémissait. Sa maitresse la gardait et la mettait à l’épreuve. C’était suffisant pour qu’elle sente son corps réagir malgré elle. La honte revenait et avec elle cette sensation de chaleur dont elle ne pouvait plus se passer désormais.
— Je vous remercie de la confiance que vous me faites Maitresse, Je ferai tout pour vous satisfaire, je… je vous le promets.
— Je n’en doute pas tu es servile dans l’âme ! De même que j’étais certaine que tu allais accepter de continuer après le bac ! Tu es bien trop chaude du cul pour te priver de la suite hein ma salope ?
Orane jubilait. L’avenir avec sa soumise était radieux.
— Bon nous verrons, en attendant, il est 10h, tes parents seront de retour vers 13h. Cela nous laisse deux bonnes heures pour travailler et une bonne demi-heure après pour nous détendre. Alors au travail Laure !
Laure n’osa bien sur pas demander à Orane ce qu’elle voulait dire par se détendre. Tant pis, elle verrait bien.
Les deux heures et demies suivantes furent effectivement consacrées au travail. Vers 11 heures Laure voulut faire une pose pour aller aux toilettes mais Orane lui refusa. Tant et si bien qu’au terme de cette séance de travail, la pauvre déléguée de classe avait bien du mal à tenir en place.
— Bon et bien voilà une matinée de travail bien productive tu ne trouves pas ? On va pouvoir arrêter là !
— Oh oui ! Je file aux toilettes et je reviens tout de suite Orane !
— C’est Mademoiselle maintenant pauvre gourde ! Et tu reste là !
Laure s’arrêta net dans son élan, honteuse de ne pas avoir anticipé ce retour logique des choses.
— Ou…ouii Mademoiselle Orane
Toujours assise sur sa chaise de travail Orane sortit une petite camera de son sac en contemplant sa soumise et commença à filmer.
— L’image est meilleure qu’avec un portable et je vais me faire une très jolie collection de films de tes exploit ma jolie salope.
Puis l’ordre claqua.
— A poil, collier et laisse ! Tu as une minute !! LIRE LA SUITE





ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur