12- Plume d’ange

Chapitre 12
jeudi 14 mai 2009
par  Angélique
popularité : 1%
3 votes

Elle vient à peine de sonner que la porte s’ouvre presque immédiatement. Dans l’entre-baillement de la porte apparaît le visage d’une jeune fille aux cheveux noirs coupés court, des yeux bruns, un petit nez retroussé … une tétine bleue lui mange la figure.

" – Bonjour … je suis bien chez Hélène ?"

La tétine à la main …

" – Maman … il y a une dame pour toi !"

" – Qui est-ce ? "

L’ado ….

" - Comment tu t’appelles ?"

" – Carine."

" – Maman, la dame dit qu’elle s’appelle Carine."

" – Fais-la entrer."

Elle ouvre la porte et laisse Carine entrer …

" - Entre et suis-moi."

Carine entre et suit la jeune fille qui marche devant elle. En pyjama et pieds nus malgré l’heure avancée de la journée. D’une démarche chaloupée, elle conduit Carine jusque la cuisine où Hélène prépare le repas.

" – Bonjour Carine, je ne t’attendais pas de sitôt."

" – Bonjour Hélène, désolée de te déranger. Je suis venue pour les tatouages de Niobé."

" – Tu as une petite idée de ce que tu veux."

" – Rien de précis. Mais comme tu as l’habitude, je vais te faire confiance."

" – On peux regarder des modèles si tu as un peux de temps."

" – C’est une bonne idée … Qui est cette gamine qui m’a ouvert la porte ?"

" – Cette gamine à 19 ans et elle s’appelle Murielle. Elle m’a été confiée par Madame S il y a un an pour tentative de viol. Elle a agressé sa cousine avec la ferme intention d’avoir des relations avec elle. Celle-ci la repoussée un première fois. Fâchée que sa cousine lui ai résisté, Murielle a attendu qu’elle soit profondément endormie pour la mordre entre les jambes. La cousine s’est retrouvée à l"hosto. Le bouche à oreille a fait le reste. Madame S est intervenue en lui laissant le choix entre une maison de redressement réputée pour sa sévérité ou une personne d’accueille avec des consignes strictes. Murielle a choisi … maintenant elle est chez moi tout frais payés depuis un an."

" – Tu connais Madame S ?"

" – Moi non, la mère de sa cousine travaille pour elle. Comme la moitié de la ville. Alors de fil en aiguille … "

" – Et … elle ne s’habille jamais, ne travaille pas, ne sort jamais comme toutes les filles de son âge ? "

" – Non ! Sortie interdite, elle vit comme tu l’as vue en entrant."

" – C’est-à-dire …"

" - Infantilisation totale … pyjama toute la journée, lit, repas souvent liquides … je m’en occupe constamment. Comme un bébé si tu préfères. "

" – Hélène arrête de me faire marcher … la blague est drôle mais elle est un peu grosse. Tu ne trouves pas ?"

" - Suis-moi ......... On monte au premier, elle occupe deux pièces. Sa chambre avec une salle de bain et la salle de jeux. "

Deux volées d’escaliers et un palier plus tard … Hélène pousse la porte de la chambre et précède Carine à l’intérieur de la pièce.

" – Regarde et constate par toi-même."

Carine se trouve au milieu d’une chambre d’enfant aux couleurs pastel. Rien n’y manque, le lit cage, la table à langer de taille inhabituelle, avec une réserve de couches propres, les peluches, la garde robes décorées de motifs enfantins, la veilleuse. Rideaux et tentures sont de la même gamme de coloris que les murs de la chambre. L’ensemble est propre et très coquet.

Hélène reprend …

" - Je reconnais que c’est difficile à croire mais c’est comme ça."

" – En effet c’est vraiment difficile à croire … et l’autre pièce. "

" – Entièrement occupée par son parc et un coffre pour tout ranger."

Pour Carine c’en est trop. Elle se mord l’intérieur des joues pour ne pas éclater de rire. Trahie par l’éclat de ses yeux, Hélène vient à son secours …

" – Tu n’es pas la première à avoir cette réaction. Si cela te soulage ris une bonne fois. "

A grand peine Carine parvient à se contenir …

" – Ca ira, ça va passer …"

Face à la chambre se trouve la salle de jeux … Comme pour la visite de la chambre, Hélène précède Carine.

En pénétrant dans la pièce, le sourire de Carine disparaît. Le parc en question s’avère être une immense cage renforcée, qui prend toute la hauteur de la pièce. Placée au centre de la pièce elle libère un passage tout autours qui permet d’atteindre la personne où qu’elle soit dans la cage. Solide, écartée des fenêtres, elle est destinée à garder Murielle. Pendant que Hélène doit s’absenter de la maison. Carine reconnaît là, le machiavélisme de Madame S … douceur et fermeté. Et d’une discrétion absolue, le vitrage dépoli laisse juste pénétrer la lumière du jour.

" – On se croirait en prison … au quartier de haute sécurité."

" – C’est aussi ce que j’ai pensé au début … avec le temps on fini par s’y faire. Murielle déteste l’endroit."

" – Il y a de quoi … Elle a fait des études ?"

" – Elle sait lire, écrire et un peu calculer … Murielle s’est l’insouciance même. Elle vit au jour le jour."

" – Quand elle est arrivée, elle était comme ça ?"

" – Ne te fie pas à ce que tu as vu. Parfois elle est intenable, une sale gosse qui fout le bordel. Je la raisonne avec une bonne fessée et une mise au coin. Et tout rentre dans l’ordre. Parfois ça ne suffit pas alors je l’enferme ici pendant 24 heures. Je lui donne ses langes, de l’eau et du pain. Et pendant 24 heures elle ne me vois plus."

" - Et comment réagit elle ?"

" – Comme un enfant … des cris, des suppliques, des pleurs, des promesses pour échapper à la punition. Avec moi ça ne marche jamais. Ce qui est dû se paie le plus vite possible pour ne pas oublier."

Carine entre dans la cage et se dirige le coffre qui trône isolé … elle soulève le couvercle …

" – Ne me dis pas que tu … "

" – Si bien sur … pour qu’elle oublie jamais ce qu’elle a fait. Comme toi avec Niobé … "

" – C’est une salle de jeux vraiment particulière."

" – C’est ce qu’il convient pour des jeux particuliers. "

" – Je suis d’accord avec toi."

Sur le point de quitter la salle de jeux Carine se retourne vers Hélène …

" – Encore une question si tu me la permets … "

Hélène répond avec lassitude …

" – Une de plus ou de moins, vas-y pose ta question."

" – Sa blouse de pyjama est plate, elle n’a plus de seins."

" – Accompagne-moi, je vais la laver. Tu sauras sans poser de questions."

" – Elle ne sera pas gênée de ma présence."

" – Murielle … gênée … tu seras gênée avant elle."

Habituée à l’horaire Murielle, toujours en pyjama, attend Hélène dans la salle de bain.

Les deux femmes quittent la salle de jeux et pénètrent dans la chambre de Murielle puis dans la salle de bain…

" – Ca t’embête si Carine reste pendant ton bain ?"

" – Non ! Mais elle ne me touche pas."

" – C’est promis, comme d’habitude rien que moi."

" – Alors elle peux rester."

Carine …

" – Merci Murielle."

Murielle se désintéresse de Carine et se tourne vers Hélène …

" – Murielle enlève ton pyjama et sans faire l’idiote parce que Carine est là."

Deux minutes plus tard, Murielle balance son pyjama dans le panier de linge sale. Carine se trouve face à une jeune fille qui à la poitrine écrasée par une large bande et qui porte des langes en guise de petite culotte.

Murielle, les bras levés au-dessus de la tête laisse Hélène lui débander les seins. A peine libérés de la bande qui les comprime, elle les prend à pleine main et les masse tout doucement. Ronds et bien formés, ils reprennent leur aspect normal.

Hélène se penche et arrache les attaches du lange. Elle le roule soigneusement et le jette dans la poubelle. Comme Carine le pensait, le ventre de Murielle est entièrement épilé.

" – Voila ! Cela répond à toutes tes questions."

" – Oui, tout à fait. Je n’ai plus de questions à te poser. "

Sans se soucier de la présence de Carine, Murielle entre dans l’eau du bain et s’amuse à faire des vagues.

" - Murielle Lève-toi, que je te lave."

Murielle se lève. Consciente que sa nudité trouble Carine , elle détourne les yeux d’Hélène et s’amuse à la défier du regard.

" - Maman, je peux parler avec Carine."

" – Je veux bien mais demande-lui."

" – C’est vrai qu’il y a une fille qui habite avec toi. "

" – Comment le sais-tu ?"

" – C’est maman qui me la dit …"

" – Oui, c’est vrai. Tu voudrais la connaître ?"

" – Oui pour venir bavarder avec moi ce serai bien. C’est comment son nom ? "

" – Niobé et toi c’est Murielle."

" - Oui c’est ça. Moi je veux bien qu’elle vienne mais ce n’est pas moi qui décide. Et … elle fait … pipi au lit comme moi."

" – Non elle est propre et depuis longtemps. Tu vais toujours pipi au lit ?"

" – Avant de rencon … " surprise de ce début de confidence Murielle se tait brusquement.

C’est Hélène qui poursuit

" – J’ignore ce qu’il lui ont fait. Elle ne se rappelle de rien. Madame S est intolérante concernant les agressions sexuelles. "

" – Et elle ne saura jamais … "

" – Se retenir et être propre. Ca je l’ignore. Depuis qu’elle est chez moi, je la lange tous les soirs et heureusement pour la literie."

Ignorant la présence de Murielle, les deux femmes poursuivent la conversation …

" – Elle t’appelle toujours maman, ça ne te gêne pas ?"

" – Au début si. Par la suite, on s’y habitue et puis Murielle s’est attachée à moi et moi à elle. Ca s’est fait tout seul."

Murielle …

" – Maman, je voudrai être seule dans mon bain."

" – D’accord Murielle, je te laisse une demi heure. Ensuite tu sorts de l’eau."

" – Oui maman."

" – Viens Carine la nature réclame ses droits."

Hélène entraîne Carine hors de la salle de bain referme soigneusement la porte en sortant.

" – Murielle va …."

" – Ben oui Carine. Murielle à 19 ans et comme tu as pu le voir elle est bien faite. Et comme toutes les femmes elle se masturbe. Le seul moment pour elle c’est dans son bain. "

" - ... "

" - A part le fait qu’elle porte des langes continuellement, c’est une fille comme toutes les autres. Elle à même ses règles."

" – Je t’avoue que pour moi c’est tellement inattendu. J’en avait entendu parler mais je pensai que c’était juste une histoire drôle qui circulait."

" – Maintenant tu as vu. Tout le monde à ces réactions là. Quand tu connaîtras un peu Murielle, tu l’apprécieras comme moi. Maintenant, on regarde les dessins pour Niobé ?"

" – Oui, en attendant que Murielle ai joui, on ne peux rien faire d’autre."

Assise cote à cote dans le salon Carine et Hélène feuillettent des albums contenant des motifs de tatouages pour esclave.

" – On peux faire traditionnel, ça plaît toujours. Sauf si tu as une idée."

" – En partie seulement. Je voudrais mon prénom Carine écrit dans sa nuque à l’horizontale en noir. Dans ses reins, je vois un tribal avec une pointe dirigée entre ses fesses, surmonté de deux cravaches croisées et du prénom Niobé. Le ventre je n’ai pas trouvé."

À moitié nue, un essuie autour de la taille, Murielle fait irruption dans le salon. Elle avance droit sur Carine et lui tend la main …

" – Viens … je voudrai que tu m’aides."

Les bras croisés Carine à un geste de refus ….

" – Mais … je ne te connais pas …. une autre fois peut être …"

Hélène intervient pour sauver Murielle de l’embarras dans lequel elle se trouve

" – Vas y Carine, oublie les couches. Elle est majeure … sois sans crainte pour cela."

Éberluée de la demande Carine fini par suivre Murielle qui lui prends la main et l’entraîne jusque dans la salle de bain. Aussitôt entrée, Murielle ferme la porte à clé, laisse tomber l’essuie et entre dans l’eau du bain.

Debout dans l’eau, face à Carine …

" – Aujourd’hui j’ai envie et je n’arrive pas à jouir. Sans cesse ton image revient à mon esprit … donne-moi du plaisir s’il te plait ! "

" – Tu veux que je …"

" – Oui … sauf si cela te dégoutte de mettre tes mains sur le corps d’une autre femme ?"

" – Non pas du tout, je suis lesbienne. Si tu sais ce que cela veux dire."

" – Tu fais l’amour rien qu’avec des femmes. Alors tu veux bien me donner du plaisir ? "

" – Si tu es certaine que c’est ce que tu veux ! "

" – Oui j’en suis certaine, j’ai le feu entre le jambes et je n’arrive pas à l’éteindre."

Carine à compris le discourt à peine voilé de Murielle. Elle s’approche de Murielle …

" – A partir de maintenant on ne parle plus, tu peux faire tout ce que tu veux sauf mordre et frapper."

" – D’accord … pour mordre maman t’a raconté ?"

Carine ne répond pas …

Elle enlève son tee shirt. A moitié nue, elle commence à savonner Murielle à pleine main avec beaucoup de douceur. Elle pétrit longuement les seins ronds et fermes de la jeune fille. Celle-ci répond par une série de gémissements de bien-être. Murielle, un sein de Carine en main, joue avec l’aréole avant de l’embrasser. Carine descend sur le ventre soyeux de la jeune fille, palpe les muscles avec douceur du bout des doigts. Attentive aux caresses de Carine, Murielle ondule doucement du bassin tout en émettant des petits sons qui trahissent la montée du plaisir.

" - Assied-toi dans l’eau … écarte les jambes. "

Murielle s’assied dans l’eau. Elle ferme les yeux et attends la suite des caresses de Carine. La tête de Murielle prise entre ses deux mains, Carine embrasse Murielle sur la bouche avec beaucoup de douceur et de tendresse. Jamais elle n’aurait pensé qu’une jeune fille pourrait l’émouvoir à ce point. Réticente à la demande au début, maintenant elle est attentive au plaisir de sa partenaire inattendue. Une main dans l’eau, elle s’active entre les jambes de Murielle. Elle entre un doigt puis deux et titille le clitoris du pouce. Folle de désir Murielle embrasse Carine sur la bouche. Sur le point de jouir, Murielle retire la main qui lui procure du plaisir, et se lève dans la baignoire.

" - Que veux tu faire ? " lui demande Carine.

" - Chut ! À partir de maintenant on ne parle plus ! " Lui répond Murielle.

Avec aisance Murielle entreprend d’enlever le jeans de Carine. Elle le déboutonne et le fait glisser jusque aux genoux, elle fait de même avec le slip.

" – Met tes mains sur mes épaules, que je puisse finir de te déshabiller."

Mise en confiance, Carine pose ses mains sur les épaules de Murielle. Deux minutes suffisent à la jeune fille pour la débarrasser du reste de ses vêtements. Tong, jeans et culotte sont rejetées à l’abri de l’humidité.

" – Viens Carine … entre dans l’eau avec moi."

Tenue par la main, Carine enjambe le rebord de la baignoire. Immédiatement la jeune fille colle son ventre souple à celui de la femme accomplie et l’embrasse voluptueusement sur la bouche. Avec tendresse, Carine répond au baiser langoureux en imissant une cuisse entres les jambes de Murielle. Mû par le même instinct de la recherche du plaisir, Murielle exécute le même mouvement et presse sa cuisse contre le sexe de Carine. Bouches collées en un furieux baiser, les mains ne restent pas inactives. Visage, cou, seins, ventre, sexe … aucune partie du corps n’est oubliée. A tout moment les deux femmes se séparent pour mieux se frotter l’une contre l’autre. A bout de souffle elles finissent pas se séparer.

Murielle s’agenouille et embrasse le ventre de sa compagne de plaisir. Lentement et avec douceur, elle lèche le ventre de Carine, s’attarde un moment sur l’ombilic avant de poursuivre sa descente vers le sexe offert à son visage. Elle s’attarde au renflement du mont de venus qu’elle caresse du bout des doigts. Elle descend plus bas, et applique sa bouche sur le sexe de Carine en introduisant complètement l’index dans le sexe offert. En signe d’acquiescement, d’une main, Carine appuie la figure de l’ado contre son ventre, l’invitant à poursuivre ses mouvements de langue.

Intriguée du temps qui passe, Hélène monte voir ce qui se passe. Elle se dirige aux sons des gémissements … elle entrouvre un peu la porte … et analyse ce qu’elle voit. Satisfaite et rassurée, elle referme doucement la porte et redescend attendre au salon que les deux femmes descendent. Elle sort un bloc de feuilles calques. Un crayon noir à la main, elle commence à dessiner les tatouages de Niobé.

Dans la salle de bain, les deux femmes qui ne se sont aperçues de rien poursuivent leurs ébats amoureux ….

" – Enlève ton doigt et baise-moi avec ta langue …fais une langue dure et pointue et tu vas le plus loin que tu peux dans mon minou… encore un peu plus loin ma chérie … voila …. Oui comme ça c’est très bien … baise-moi avec ta langue. Lèche–moi tous le minou maintenant …. Enfonce deux doigts dans ma chatte et branle –moi … vas-y doucement …. Ajoute un doigts pour que je te sente mieux … branle-moi plus fort et plus vite … encore plus vite lèche-moi …. Mmmmhhh oh oui oh oui mmmmh ne t’arrête pas je sens que je vais venir …. Continue comme ça …. C’est très bien …ne t’arrête pas … Je jouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.

Au moment de l’orgasme de Carine, elle retire ses doigts du sexe gluant de cyprine. Les mains sur les fesses de Carine, elle colle sa bouche grande ouverte au sexe béant ….et bois le plaisir de sa partenaire improvisée. Reprenant ses esprits Carine relève Murielle et l’embrasse sur la bouche. S’enivrant de ses propres effluves féminines.

" – Merci Murielle, c’était très bien … À ton tour de jouir maintenant. "

Les deux femmes changent de rôle, la donneuse devient réceptrice des hommages amoureux de l’autre. Déjà très existée par les cris de Carine, Murielle joui très vite dans la bouche de Carine.

" - Merci Carine c’était bon. Très doux et très fort, je n’avais jamais joui aussi fort."

" – Je te remercie aussi. Maintenant j’appelle Hélène pour toi. L’eau du bain est froide."

" – Et toi tu ne saurais pas t’occuper de moi."

" – Tu veux que ce soit moi qui … "

" – Tu es gênée après ce qui viens de se passer entre-nous … Je sais où tout se trouve."

" – Non je ne suis pas gênée … mais tu me guides et sans bêtises."

Murielle …

" – D’accord, je te laisse sortir de l’eau et t’essuyer. Les essuies sont derrières toi."

Carine sort de l’eau et commence à s’essuyer

" – Approche-toi que je t’essuie le dos."

Carine tend l’essuie à Murielle qui lui sèche le dos et en profite pour lui peloter les seins en même temps. Séchée, Carine s’habille et se tourne vers Murielle

" – A ton tour maintenant et vite … l’eau est complètement froide … "

Murielle sors de l’eau et se laisse essuyer par Carine. De temps à autres, elle baise les lèvres de Carine qui se laisse faire.

" – Maintenant tu me langes, il y a tout le matériel à coté de la table à langer. Ensuite tu me mets mon pyjama. Tu me coiffes et c’est fini."

Nue Murielle s’installe sur la table à langer et se laisse faire par Carine, qui fait du mieux qu’elle peut. Couchée sur le dos et langée, Carine lui tend les mains qu’elle saisit et se redresse pour se blottir dans les bras de sa nouvelle amie.

" – Tu es vraiment jolie et très gentille. C’est dommage que tu n’aies pas mon âge … je t’aurais aimé pour toujours."

" – Murielle tu es bien gentille mais je ne veux pas que tu t’attaches à moi. Je suis trop âgée pour toi."

" – C’est pour cela que je dis que c’est dommage."

Murielle se sépare de Carine qui prend un pyjama et aide Murielle à le passer.

" – Le soir mes nénés restent libres."

La coiffer prend peux de temps.

" – Merci Carine, tu es très gentille."

Murielle descend de la table, embrasse Carine pour la remercier, ouvre la porte, dévale les escaliers et déboule dans le salon …

" – Carine a tout fait. Elle est gentille."

" – Le lange aussi ? "

" – oui maman regarde !"

Murielle s’approche de Hélène et descend son pantalon de pyjama.

" – Tu vois !"

Tourne-toi que je voie …

Hélène …

" – Et elle a bien fait ça. "

" – Maman, pour Niobé tu dis oui …s’il te plait ! "

" – C’est bien pour te faire plaisir."

" – Tu auras Carine pour parler et moi j’aurais Niobé pour parler et … m’amuser un peu. Tout le monde à quelque chose … Je vais regarder la télé … Tu le diras à Carine que tu veux bien pour Niobé."

" – D’accord je lui dirai."

Carine rejoint Hélène au salon. …

Hélène …

" – Dis moi Carine … tu es …. "

Embarrassée par la crudité de la question Hélène s’interrompt brusquement

Carine devine la fin de la question ….

" – Si je suis lesbienne ? Oui je suis lesbienne et rien d’autre … pas bi … Lesbienne. C’est tout ce que tu voulais savoir ?"

" – Et Niobé ? "

" – Je l’ignore. Je me demande si elle sait elle-même ce qu’elle est."

" – Elle n’est plus vierge quand même !"

" – Non ce serai même le contraire … Baisée par son copain, dès qu’il est absent elle se branle dans ses culottes en regardant des livres pornos où il n’y a que des photos de femmes à poil."

Pensive Hélène répond ….

" – Et tu voudrais savoir ?"

Carine change de registre …

" – J’ai un service à te demander. Niobé est orgueilleuse pourrais-tu l’humilier ?"

Hélène évite la question …

" – Il n’y a pas de piercing à faire ?"

" – Heureusement que tu y penses. Si il y a des piercings à faire. Un anneau dans chaque mamelon et 4 dans les lèvres pour l’empêcher de se satisfaire."

" - Ou de se faire prendre par un male."

" - Tu as tout compris. Alors pourrais-tu briser son orgueil ?"

" – Peux être mais à 3 conditions. Que je fasse les tatouages et les piercing, Que tu me la laisses pendant deux semaines, elle sera traitée comme Murielle, et même davantage. Et qu’elle revienne dire bonjour régulièrement à Murielle par la suite."

Préoccupée par quelque chose Carine vient de se lever. Mettant inopinément fin à la conversation, elle traverse le salon, le vestibule. Et sans dire au revoir à son hôtesse, elle quitte la maison.

Hélène surprise du comportement de sa visiteuse reste ébahie pendant plusieurs minutes ….

" – Murielle, tu t’es disputée avec Carine ?"

" – Non maman pourquoi ?"

" – Elle vient de partir comme une voleuse, sans dire au revoir."

Murielle …

" – J’aurais bien voulu lui dire au revoir."

Hélène se lève, le Gsm à la main elle s’approche la fenêtre et vois Carine la tête appuyée sur le volant de sa voiture. Elle compose le numéro d’appel de Carine. Celle-ci décroche presque immédiatement …

" - Carine à l’appareil."

Hélène , la voix tranchante …

" – Je sais, je te vois d’ici … Murielle te cherche pour savoir si Niobé viendra et pour te dire au revoir. Et moi, j’ai oublié de te dire au revoir. "

Dans la voiture Carine se maudit de son impatience …

" – Je suis désolée d’être partie aussi vite …. Et de …. excuse-moi …. "

" – C’est un peu court Carine, tu ne trouves pas ?"

" – Je suis vraim…. "

Hélène interrompt Carine ….

" – Juste une question Carine … "

Carine toute douce

" – Je t’écoute Hélène …"

" – Comment punis-tu l’impolitesse ? "

" – Par une fess…."

" – Alors nous sommes d’accord toutes les deux. Je t’attends demain en début de soirée avec Niobé et 5 pyjamas pour elle. Et une explication entre-nous et sans témoin."

" – Je suis vraiment désolée Hélène."

" – Moi aussi Carine, tout autant que toi. A demain … "

PRECEDENT ...........................................................................SUITE
L’intégralité des 29 chapitres de ce récit est disponible pour les abonnés de RdF



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

lundi 18 mai 2009 à 18h46

Bravo pour cet nouvel épisode
Carine deviendrait t’elle aussi soumise ?
Merci pour le suspense
Très belle histoire

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur