Vacances mémorables (6)

Défloraison anale et tempête sous un crâne
jeudi 4 juin 2020
par  Compas
popularité : 8%
2 votes

A l’heure dite, je me suis levé discrètement et ai rejoint la cuisine.
Là stupeur, mon beau-frère Eric m’attendait, nu, ma laisse à la main.
Je suis resté interdit et sans voix. Eric avait aussi le sexe prisonnier, mais avec une cage métallique qui devait être très lourde au regard de ses attributs qui pendaient de manière très prononcée vers le sol. La taille n’avait rien à voir avec ma cage et laissait supposer une queue au repos de belle taille.
Au moment où j’allais l’apostropher, l’ordre tomba.
« Silence et à genoux ».
Eric me mit la laisse et me tira vers l’extérieur où la cérémonie des besoins recommença. Fait aggravant, arrivé à l’arrière du jardin, Eric me déboucha sans beaucoup de ménagement. La douleur me fit crier et me valut une cinglée de laisse sur le cul.
L’humiliation ressentie était horrible. Autant être sous le joug de Chantal m’excitait, autant cette nouveauté m’horrifiait.
Durant la promenade, Eric me confia qu’il était soumis à Chantal depuis leur rencontre, que son nom de baptême était VALET, et qu’il lui avait abandonné tout pouvoir sur sa vie personnelle et sexuelle. Que la cage qu’il portait depuis 30 jours était sa cage punitive, lourde et inconfortable ! Qu’elle lui était imposée en punition d’une jouissance non autorisée et que Maîtresse lui confiait ma préparation pour la défloration qui surviendrait dans l’après-midi.
Une fois vessie et intestins soulagés comme un chien, j’eus droit à un nettoyage au jet d’eau froide et à une nouvelle promenade jusqu’à ce que je sois sec.
De retour dans la cuisine, Maîtresse Chantal nous attendait. Nous nous mîmes en position d’attente à ses pieds.
« Alors Valet, j’espère que mes consignes ont été respectées à la lettre ? »
« Oui Maîtresse, vous pouvez vérifier »
Ce qu’elle ne manqua pas de faire me faisant me pencher
En avant, tête au sol, cul en l’air, pour juger de la propreté et de l’élasticité de mon anus.
« Voilà qui est bien, tu souffriras mais ce sera supportable et tu ne devrais pas être déchiré si tu te laisses faire. Vous déjeunerez seulement ce midi, ce sera bon pour votre ligne ! Allez faire votre tour de vélo et arrêtez-vous plusieurs fois en route pour travailler ton anus qu’il reste bien souple pour cet après-midi. Au retour Valet, tu le laveras au crin et lui administreras un lavement jusqu’à ce qu’il soit parfaitement présentable. »
Eric acquiesça de manière très révérencieuse et me tira par la laisse pour rejoindre le garage et commencer la promenade en vélo qui fût un calvaire entre le cul tuméfié, la gêne de la cage et les haltes régulières dans des endroits à peine discrets, pour me goder l’anus à plusieurs doigts.
La crainte d’être surpris par des promeneurs faisait concurrence à la douleur.
Je commençai à avoir franchement peur de la suite. Etre humilié par mon beauf que j’avais toujours considéré comme rustre était le comble de la déchéance.
Après la cérémonie de la toilette et le déjeuner, prétextant de la mécanique à faire sur les vélos, nous rejoignîmes tous les deux le garage pendant que mon épouse montait à la sieste et que Chantal s’installait sur la terrasse.
Nous nous sommes mis nus tous les deux, chacun remettant le collier à l’autre. Tiré par la laisse, je dus à nouveau lever la patte.
En position d’attente, Maîtresse Chantal fit son entrée théâtrale, un god ceinture, somme toute assez modeste, pendant devant elle.
« En position »
Chantal me perfora l’anus d’un, puis deux et enfin trois doigts. Satisfaite de la souplesse, elle me graissa, puis m’introduit le god et commença de lents va-et-vient.
A ce stade, j’étais soulagé de voir que la défloraison prenait cette tournure, au global supportable.
C’était sans compter sur la perversité de Maîtresse Chantal.
« Bien te voilà prêt à prendre du gros calibre et à te révéler en soumise ! »
LIRE LA SUITE


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de Sylvain de Perry
samedi 6 juin 2020 à 10h34 - par  Sylvain de Perry

EXCELLENT retournement de situation dans le corps de cette 6ème partie. Je laisse aux lecteurs le plaisir de le découvrir. GRAND BRAVO à l’auteur. Sylvain.