Une rencontre attendue

jeudi 11 juin 2009
par  Ladychance
popularité : 2%
2 votes

Comme beaucoup, ils s’étaient contacté par internet. Depuis un an et demi déjà, ils avaient appris à se connaitre, s’apprécier, se disputer aussi, mais de façon passagère. Ils avaient inventé ensemble de multiples scénarios. Elle endossait le plus souvent le rôle de soumise, lui le rôle de maitre (même si, à deux reprises, ce fut l’inverse). Ce jour-là, ils s’étaient donné rendez-vous dans un « lounge bar » un endroit un peu branché, mais où se trouvait beaucoup trop de monde selon eux. Elle était brune, avait 19 ans, était étudiante en prépa (on ne pourra malheureusement donner d’autres détails) et arriva avec quelques minutes de retard. Elle était vêtue d’une robe prune très élégante, mettant en valeur ses formes, boutonnée, mais pas jusqu’en haut, ainsi il pourrait deviner la couleur de ses dessous et portait une paire d’escarpins noirs aux talons assez hauts. Elle était soignée, élégante… mais marquait un point d’honneur à rester naturelle… en toutes circonstances.
Lui, avait un peu plus de 35 ans, châtain, avait des cheveux courts, mince, mais avec des traits durs qui marquaient son visage. Il était à l’heure et était déjà assis. Il portait une chemise blanche, un pantalon noir, une ceinture et des chaussures en cuirs. Elle entra dans le lieu où ils s’étaient donné rendez-vous. Elle le reconnut à la description qu’il lui avait donnée et s’assit en face de lui. Au bout de quelques minutes, il brisa le silence pour la complimenter sur le choix de sa robe. Elle reconnut sa voix chaude, grave qu’elle aimait tant. Après avoir fini leur verre, il l’emmena chez lui, en voiture. Dans l’escalier, il plaça une main derrière son dos, rassurante, mais ferme qui la troubla. Il la descendit un peu plus pour sentir les dessous qu’elle portait : un string qu’il caressa doucement tout en montant les marches à côté d’elle, sans que son visage ne laisse transparaitre aucune expression, ses yeux seuls brillaient. Il faisait preuve d’une certaine décontraction.
Il était déjà 19 h, il allait donc préparer le repas c’était là un de ses caprices, elle le lui avait demandé. Durant ce temps, la conversation était des plus banales. Elle en apprenait un peu plus sur son travail, ses amis… Les regards échangés étaient complices, il y avait des fous rires. Puis au moment de ranger, il s’approcha et se tenant derrière elle, il la serra une première fois pour instaurer un contact physique, puis une seconde fois pour qu’elle sente l’excitation qui montait en lui. Elle ne put cacher son trouble, elle s’empourprait, mais se dégagea. Les seuls mots qui lui vinrent furent :
« Peut-être devriez-vous préparer le dessert ? »
« Oui bien sûr ».
Elle s’assit sur le canapé en cuir noir dans la pièce en l’attendant. Quelques minutes plus tard, il posa le saladier où se trouvaient les fruits, et très lentement en la regardant droit dans les yeux il défit, bouton par bouton, sa chemise. Il voyait la poitrine de sa partenaire se soulevait rapidement ce qui l’encouragea. Une fois terminé, il reprit le bol, s’assit à son tour, lui demanda de s’allonger sur lui. Elle avait à présent son visage près de son torse, et pouvait sentir le parfum de sa peau. Il prit une fraise délicatement entre ses doigts et la porta à la bouche de sa partenaire, toujours méfiante :
« Vous d’abord ! ».
Un sourire aux lèvres, il en croqua une partie et lui donna l’autre moitié.
Cet intermède prédisait la suite. Il prit une deuxième fraise et effectua le même manège, le tout en rapprochant les doigts de sa bouche. Au bout de quelques fraises dégustées, elle embrassa ses doigts, puis les lécha doucement. L’ambiance devenait chaude, très érotique. Il brisa le silence.
« Je me suis mis à l’aise peut être voudriez-vous faire de même ? »
« C’est-à-dire que le voyage fut long et il semblerait que je sois très fatiguée »
« Dans ce cas, je m’en occuperai moi-même »
« C’est gentil de votre part »
Il caressa son visage doucement, puis son cou le tout en ne la quittant pas du regard. Il voyait sa poitrine à travers les dessous fins. Il en taquina les pointes à travers le tissu sentant qu’elles devenaient dures. Sa respiration s’accélérait sous la caresse. Bien qu’elle essayât de le réprimer, le plaisir était bien présent. Il défit alors le nœud de sa robe, puis le premier bouton, le deuxième. Sa poitrine était ronde, voluptueuse, excitante, encore habillée de dessous en dentelle.
LIRE LA SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de Rêves de femme
mercredi 25 août 2021 à 18h03 - par  Rêves de femme

Très cher Hénic, j’ai procédé à une rapide correction de ce récit qui, effectivement, était bourré de fautes. Une bonne soixantaine sans compter les fautes de ponctuation. L’autrice semble en effet fâchée avec le point pourtant bien utile. Mais j’ai certainement dû en laisser passer !

Logo de Henic
mercredi 25 août 2021 à 07h03 - par  Henic

Elle n’est pas si farouche, la jeunette ! Et lui ne s’en laisse pas conter : il va où comptait aller sans se laisser arrêter par les hésitations de la donzelle.
Agréable, cette histoire gagnerait à une correction des coquilles qui diminuent le plaisir de la lire.

samedi 21 avril 2012 à 00h16

Encore des gros PAFS ça commence à être saoûlant
comme au Etats Unis, comme les films sm, elles ont d’AFFREUX gros seins siliconnés

Du maigre nerveux, du bon gras, des petites fesses nerveuses, des minettes ou des dames qui se rebiffent cela nous changera des génisses dopées qui acceptent, c’est même plutôt rare les soumises naturelles.

Navigation

Articles de la rubrique

  • Une rencontre attendue