Rencontre confinée (2)

jeudi 4 juin 2020
par  Sylvain de Perry
popularité : 10%
2 votes

Patrice et Michel poursuivent la dégustation du champagne Ruinart, puis Michel déclare en posant son verre :
— Après cette petite pause détente suis-moi !
Patrice va pour prendre ses habits, mais :
— Inutile, tu te rhabilleras avant de partir.
Michel enlace gentiment son partenaire. Ils grimpent au premier étage, enfilent le long couloir éclairé savamment , pénètrent dans une pièce qui surprend Patrice dès l’éclairage allumé.
Une croix en T près d’un des murs, sur l’autre mur latéral divers instruments de discipline : martinets avec différents nombres de lanières, paddles, cravaches aux languettes de différentes longueurs et largeurs, des gants de cuir fin. A l’opposé une table avec des godes et plugs de toutes tailles, des préservatifs. La pièce fait au moins cent mètres carrés. A part le mur derrière la croix, les trois autres sont garnis de miroirs. Ne manque même pas une cave identique à celle du rez-de-chaussée, un frigo et un meuble avec des verres. Deux chaises à dossier droit, quatre fauteuils de cuir noir.
Michel demande :
— Ça te plait ?
— Surprenant, oui plutôt.
— Avant que je te punisse pour ta tentative de vol, il faut que tu me donnes le mot clé qui fera tout cesser si tu n’as plus de plaisir.
Patrice a la mine ébahie, demande :
— C’est quoi ?
Michel le lui explique. (Inutile pour le lecteur habitué des lectures de ce site). Patrice acquiesce :
— D’accord. Mais je ne sais pas quel mot choisir.
Michel lui propose :
— Choisis ton prénom que tu n’as aucune raison de me donner.
— D’accord !
— N’oublie pas, surtout. C’est un jeu. Ne l’as-tu jamais pratiqué ?
Patrice avoue :
— Jamais. Je vous l’assure.
— Dis-moi tout de suite si tu veux essayer. Je ne veux pas qu’on perde du temps, surtout que demain commence le confinement.
Malgré son peu d’assurance, Patrice s’est aperçu que sous la torture rectale, il était quand même excité. Alors pourquoi pas.
— Je vous fais confiance.
Michel embrasse Patrice, précise :
— C’est le dernier pour sceller notre accord. Ne t’inquiète pas : pas de sang. Je sais toujours m’arrêter à temps. N’en perdons pas…
Il entraîne le garçon vers la croix, la règle à bonne hauteur, lie les poignets dans les entraves latérales, noue la ceinture large afin de faire bien se cambrer le cul, laisse les jambes libres, se dirige vers le mur, choisi un martinet avec trois lanières. Elles sont très souples, pas trop longues, larges de trois centimètres, taillées dans des peaux de chèvres.
Michel revient vers la croix, se met face à Patrice dont la tête est sur le petit coussin de cuir au sommet, dit :
— Voilà pour ton cul.
Le jeune homme retient un soupir. L’instrument de correction le rassure. Il a déjà vu des martinets, mais trois lanières, ça devrait aller.
Alors qu’il va suivre les gestes de Michel par le truchement du miroir, il est rappelé sèchement à l’ordre :
— Interdit de tourner la tête, fixe le mur.
Patrice n’a même pas le temps d’y penser, un bref chuintement se fait entendre, les lanières claquent sur ses lombes bien offertes. Il serre les dents. Alors qu’il s’attendait à un cinglement léger des trois légères lanières, il se ravise illico. La douleur n’est pas excessive, mais ça chauffe, comme s’il avait reçu un jet d’eau bouillante. De plus en frappant la peau nue des fesses elles ne font pas tellement de bruit.
Afin de le surprendre et de laisser au cerveau de Patrice le temps d’assimiler la cuisson, Michel attend un instant, puis envoie les lanières qui percutent le croupe presque au même endroit, y laissent trois nouvelles empreintes roses de feu. Il sait que ses lanières traitées pour ne pas que la peau frappée saigne sont très douloureuses, bien qu’elles ne semblent pas impressionnantes.
Patrice subit vaillamment les douloureuses volées, serre les dents pour ne pas capituler, alors que son derrière bien offert au martinet de peau est la proie d’une douloureuse chaleur qui augmente à chaque passage des lanières. LIRE LA SUITE


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires