Le piège était parfait (2)

mardi 9 juin 2020
par  Beryn gerardo
popularité : 12%
2 votes

Nous roulions depuis presque trois heures et juste avant d’arrivée à Bordeaux, Vika me dit :
« Beryn, tu n’es pas très bavarde ?"
Je lui réponds que cette situation me décontenance vraiment et que je ne suis pas sûr de pouvoir continuer ainsi car j’ai une angoisse permanente depuis le départ de Tours. Elle me répond avec une immense douceur :
« Ma petite chatte, je t’ai dit d’être patient car tu vas comprendre très vite pourquoi tu ne pourras plus retourner dans ta maison et que cette nouvelle vie est désormais ton unique échappatoire. »
Puis elle rajoute avec toujours plus de délicatesse :
« Je n’aime pas te voir comme cela car je sais que tu es une bonne âme mais je dois accomplir mon job jusqu’au bout et te conduire à destination. Cependant je veux bien te faire une confidence mais à la condition que tu m’offres une faveur en échange ? Ok Beryn ? »
« Oui Vika, dites-moi tout ce que vous savez sur mon sort et je vous promets de faire tout ce qui sera nécessaire pour vous combler. »
Et là l’énigmatique Vika reprend sa respiration et me dit :
« Alors Beryn il faut que tu comprennes que Maître Frédéric ne t’a pas choisi par hasard. Il a agi pour faire plaisir à sa sœur Nadège ! »
Sans avoir le temps de faire ressortir mon étonnement, Vika poursuit :
« En effet Nadège a rencontré votre femme dans un séminaire professionnel automobile et ce fut un véritable coup de foudre. Nadège est d’une grande beauté et elle a su envouter votre épouse et la convertir au lesbianisme. Et aujourd’hui elles veulent vivre sans contrainte leurs fulgurantes attirances. Et de ce fait elle a utilisé le charisme de son frère pour vous faire dérailler bien renseigné au demeurant par votre femme pour certains détails de votre intimité. Alors comprenez bien que vous n’avez plus de chez vous et que l’obéissance à maître Frédéric est votre unique bouée de sauvetage. »
Le choc est d’une v******e incroyable en mon corps, je suis totalement tétanisé par les confidences de Vika mais malgré cela j’ai une érection tenace. Tellement que c’est la première fois que je traverse l’agglomération bordelaise sans y avoir prêté intention une seconde. Je reste sans voix. Et la compatissante Vika reprend :
« Maintenant que tu sais, je vais te donner un sédatif comme cela tu ne verras pas la misère jusqu’à notre arrivée dans la propriété de Maître Frédéric. Mais avant je veux avoir ma récompense. »
Sur ce elle s’engage sur une aire d’autoroute boisée et déserte. Stoppe son véhicule relève sa jupe et elle me dit sur un ton sec :
« Beryn, suce moi ».
Totalement abasourdi, anéanti, lessivé par les événements que je viens d’apprendre je m’exécute docilement et viens lécher le joli abricot de ma conductrice. Au bout de quelques minutes de régal buccal, Vika telle une féline indomptable jouit bruyamment.
Puis rassasié, elle repousse mon visage, réajuste sa jupe et me dit :
« Dommage que tu sois sous le joug de maître Frédéric car je crois que tu aurais pu me rapporter beaucoup d’argent, tu as une vraie nature de chienne soumise et il y a une kyrielle d’hommes fortunés qui recherche de la chair fraiche comme la tienne pour assouvir leurs perversions ! »
Puis sortant de la voiture et en se dirigeant vers les toilettes, elle me lance fièrement :
« Je vais te faire un souvenir de mon intimité. »
Et disparait dans le local tenant dans sa main droite une bouteille d’eau.
Quand elle réapparait, l’eau de sa bouteille a changé de teinte et entrant dans l’habitacle elle me dit joyeusement :
« Je ne sais pas si j’aurais l’occasion de te revoir Beryn mais je veux que tu gardes un souvenir de ma générosité ».
Elle ouvre son sac à main y prend deux comprimés blancs, qu’elle fait dissoudre dans la bouteille et m’ordonne :
« Bois mon champagne Beryn car quand tu te réveilleras tu auras ce goût inimitable dans la bouche. »
Après ma promesse ultérieure, je ne pouvais qu’obéir à la perverse Vika. Je bus avec dégout le breuvage qui m’était destiné. Une fois tout avalé la potion médicamenteuse, Vika conclut :
« Quand tu te réveilleras douce et dévouée Beryn. Tu seras dans l’antre de ton Maître Frédéric qui te fera découvrir toutes les facettes de ta nature soumise et docile. »
Et aussitôt sa phrase terminée Vika vient me déposer un doux baiser sur mes lèvres encore humide de champagne et en s’exclamant :
« Advienne que pourra pour toi chienne soumise Beryn. »
Mon réveil est brutal car ce sont des jets d’urine sur la face qui vienne me sortir de mon état comateux. LIRE LA SUITE


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de Henic
dimanche 21 juin 2020 à 16h00 - par  Henic

"Beryn" endosse un peu vite son rôle d’apprentie soumise : est-ce bien réaliste ?
Mais une fois dans le cadre de l’histoire, on en suit le déroulement sans peine.

Navigation

Articles de la rubrique