L’amie d’enfance -4-

mardi 6 octobre 2020
par  Sylvain de Perry
popularité : 12%
2 votes

Aurelia lâche :
– Tiens… tiens. J’avais complètement oublié qu’aujourd’hui Alessandra nous livrait l’eau. Je vais l’aider. (À Laura :) Cette jeune fille nous apporte de l’eau de source pétillante deux fois par mois. Pendant ce temps-là, Silvia pourra commencer ta fessée sans tarder.
Elle sort de la pièce pour aller accueillir l’arrivante dans la cour.
Laura achève de débarrasser la table du petit déjeuner. Quand elle revient dans la salle de séjour, Silvia est assise sur une chaise à haut dossier droit ; elle dit, la voix ironique :
– Viens t’allonger sans tarder sur mes cuisses.
Laura s’approche à petits pas, anxieuse malgré tout après la fessée à la raquette de cuir de la veille, mais apparemment Silvia ne dissimule aucun instrument de correction. Quand elle est à peine un mètre d’elle, Silvia lui attrape un bras, la fait basculer à plat ventre sur ses cuisses nues, immobilise ses jambes avec une des siennes ; aussitôt sa main claque la fesse gauche.

Quand les deux jeunes femmes ont déposé les casiers d’eau plein dans la cave, les vides, dans l’auto, Aurelia invite :
– Montons, je t’offre un café Alessandra. Puis je te payerai.
– Avec plaisir.
Alors qu’elles sont dans le hall, la visiteuse perçoit le bruit des claques sur la croupe et les cris de Laura fessée, et s’enquiert :
– Je vais déranger… Je reviendrai prendre le chèque la prochaine fois.
Aurelia lui prend la main :
– Mais non. Je te paye mes dettes du mois. Souviens-toi que je t’ai déjà fessée quand tu avais cassé une bouteille consignée.
Alessandra rougit, pénètre dans la salle à manger où elle découvre Laura aux fesses nues déjà bien rosées et Silvia, vêtu de son seul string, qui lève et baisse alternativement sa main fine.
Laura, au bruit relève la tête, voit la visiteuse entre ses larmes, s’agite encore plus et proteste :
- Nooooooon !... Fais-la sortiiiiiiir !... Aaaaaaaye !...
Du coup, Aurelia s’arrête, lâche la main d’Alessandra, prend son cou, dit :
– Regarde comme elle a honte d’être fessée en ta présence. Silvia va bien lui rougir son derrière. (La main au cou se fait caressante) Peut-être même que je vais te donner une fessée après pour avoir voulu repartir sans le chèque.
Alessandra baisse les yeux, dit d’une petite voix :
– J’ai trop honte, Aurelia. Mais c’est vrai que je me serais fait disputer par le patron. Vous êtes la seule dont il accepte un règlement mensuel…
– Buvons notre café, et après, direction le sous-sol que tu ne connais pas.
Alessandra la suit dans la cuisine et proteste :
– Non ! Non ! Je vais être en retard. Mes livraisons sont finies mais le patron…
Aurelia la coupe :
– Donne-moi son numéro. Je vais lui expliquer…
– Pas que vous allez…
– Ne dis pas de bêtises. Que je te garde ici.
Alessandra donne le numéro qu’Aurelia appelle :
– Ici Aurelia, signore Marzio. Je garde Alessandra chez moi. Elle va m’aider…
– …
– Je sais que vous en avez besoin. J’ajouterai un supplément sur le montant de mon chèque…
– …
– En liquide, c’est d’accord. Je fixe à 100 €. Ciao !
Elle coupe la communication. Alessandra, toute souriante, n’en revient pas :
– Ben vous alors…
– Donne-moi la facture.
Aurelia remplit le chèque, donne trois billets de 100 € à la jeune femme qui fronce les sourcils, fait :
– Mais… Il vous a dit…
– Je sais compter, merci. Deux sont pour toi pour le retard si jamais tu as rendez-vous avec ton fiancé.
– Mais… Pas… Je n’ai pas de fiancé. Je ne peux pas accepter…
Aurelia la coupe :
– Veux-tu ta fessée tout de suite ?
– Non… Non…
Alessandra qui a déjà été fessée par Aurelia pour une peccadille, qui en a eu beaucoup de douleur mais aussi de plaisir, se retient de l’embrasser. Même si elle ignore ce qui l’attend.
De son côté, Laura souffre de plus en plus, et le hurle :
- Arrrrrrrête !... Pluuuuuuus… la fessée !… Pitiiiiiiié !...
Silvia décide d’arrêter le châtiment, relâche Laura laquelle, à peine sur pied, se déplace à bonne distance, par prudence.
Aurelia conclut :
– Je descends au sous-sol avec Alessandra. Je vous remercie de ne pas nous déranger.
Elle enlace la jeune femme, passe sa main directement dans la poche arrière de son jean, se régale en sentant la croupe ferme, comprend qu’elle doit porter un string ou peut-être rien. Chi lo sa ? LIRE LA SUITE


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires