ELLE (3)

mercredi 27 novembre 2019
par  Christine Arven
popularité : 3%
5 votes

Chapitre 7
Présentation

—  Marc, bonjour, lança une voix masculine. Entre donc…
—  Bonjour Bertrand, répondit Marc.
D’une tension sur la laisse, Marc entraîna à sa suite Elodie aveuglée.
—  Tu as trouvé facilement la maison ? reprit la même voix sans sembler prêter la moindre attention à Elodie qui entendit la porte se refermer derrière elle dans un claquement.
—  Sans aucun problème. Mais je suis content d’être arrivé.
—  Et nous content que tu sois enfin là ! Viens donc, Thomas est déjà là et J’en connais une qui commençait à s’impatienter… tu verras….. Un bien bel animal que tu nous as emmené. Tu n’as pas menti sur la qualité du bétail. Vraiment magnifique. Et une bien belle queue, ajouta-t-il d’un ton persifleur. Dollie, c’est bien ça ?
—  Oui, c’est bien Dollie, ma truie.
Elodie frémit en entendant ainsi parler d’elle et elle esquissa involontairement un geste de recul heurtant dans son mouvement ce qui lui sembla être un guéridon. Elle entendit un bruit de porcelaines qui s’entrechoquaient. Marc raffermit sa prise sur la laisse et la tira brutalement, titubante, en avant tout en lui intimant d’un ton dur :
—  Fais attention à ce que tu fais sale truie. A quatre pattes immédiatement !
Sans esquisser le moindre refus Elodie s’agenouilla docilement sur le carrelage froid.
—  Voilà qui est mieux, reprit Marc en direction de Bertrand, j’aurais dû y penser toute de suite. Désolé Bertrand pour la maladresse de Dollie.
—  Pas grave, il n’y a pas de casse.
—  Dollie sera bien sûr punie pour ça !
—  Normal ! Un peu craintif l’animal non ? interrogea Bertrand
—  Ca lui passera, ne t’inquiète pas…
—  Oh… je ne suis pas inquiet, reprit sarcastique la voix de Bertrand. De toute façon, elle ne va pas avoir le choix, non !
—  Non, tu as raison, elle ne va pas avoir le choix.
—  Tu permets ? J’étais très impatient….
—  Oui bien sûr, répond Marc, elle est tout à toi…. Comme convenu.
Elodie se sent soudain entraînée en avant par une forte poigne qui vient de se saisir de la laisse qui pend entre ses seins. Où est Marc se demande-t-elle soudain affolée. Il ne peut pas être parti et la laisser ainsi seule entre les mains d’étrangers. Quoique… le connaissant… Elle a envie de faire demi-tour, de s’enfuir de ce piège.
La poitrine serrée dans un étau d’appréhension, Elodie, à quatre pattes et les yeux toujours bandés, s’efforce de suivre le rythme que lui impose Bertrand le long d’un corridor qui lui sembla interminable. Elle sent son cœur s’affoler au fond de la poitrine et un nœud d’angoisse lui bloquer la respiration. Si elle avait eu les moindres doutes quant au déroulement de l’après-midi, ceux-ci venaient de s’évanouir. Cet après-midi allait être dur ! Pourtant, bizarrement, elle sent une étrange paix l’envahir peu à peu. Comme si elle se détachait d’elle-même pour devenir la spectatrice de sa déchéance. D’une pièce, située sur sa gauche lui semble-t-il, lui parvient le son étouffé d’une musique qui augmenta de volume quand ils en franchissent le seuil.
—  Marc, gémit-elle mais personne ne lui répond au contraire la poigne se fait plus ferme et l’entraîne dans la pièce.
—  Silence la truie, je ne veux pas t’entendre, lui lance l’homme avant de lui ordonner de stopper. Plus un mouvement, compris !
Tétanisée par le ton méprisant qu’a pris l’homme mais incapable de réagir, Elodie se recroqueville sur le carrelage froid.
—  Ah non, pas comme cela, reprend Bertrand. Thomas et moi voulons pouvoir admirer tes grosses mamelles. A genoux ! Voilà qui est mieux…. Hmmmmm jolis…., continue-t-il. Et écarte bien tes jambons qu’on admire tes babines. Marc, tu ne m’as pas menti sur la qualité du bétail. Je crois qu’on va bien s’amuser… Qu’en penses-tu Thomas ?
—  Ouais… la queue est vraiment du plus bel effet…très appétissante cette cochonne, lui répond Thomas avant de continuer avec un rire gras, il paraît que tout est bon dans le cochon… On va voir si c’est vrai….. Je me sens un appétit de… loup.
Bertrand s’esclaffe à cette plaisanterie d’un goût plus que douteux pour Elodie qui tressaille en sentant de larges mains englober ses seins et les malaxer longuement en insistant sur ses mamelons qu’elles étirent sans ménagement faisant s’ériger les tétons. D’un mouvement instinctif, elle tente de se soustraire à cet attouchement mais une claque retentissante tombe sur sa croupe.
—  Pas un mouvement j’ai dit, lui lance Bertrand.
—  Ahhhh mais on dirait que ça lui plait à la truie…. reprend l’homme qui raffermit sa prise et enserre les seins d’Elodie comme dans un étau. Tom tu as vu ces tétines…. Longues comme je les aime…. Bien dures… vraiment superbes…
A grand peine Elodie réfrène un gémissement. La prise sur les seins se fait de plus en plus dure comme si l’homme voulait les faire éclater tels de melons trop murs sous sa poigne d’acier. Eperdue, Elodie tend l’oreille et cherche à toute force à percevoir la présence de Marc. Mais rien. Elle est seule face à ce fou. Marc l’a abandonnée. Elle en est maintenant sûre. Quoique lui ait ordonné Bertrand, elle a un mouvement de recul pour se soustraire à la torture qu’endure ses seins mais, soudain terrorisée, elle se rend compte, que l’individu a pris soin d’attacher l’extrémité de sa laisse sans doute à un crochet. Impossible pour elle de s’échapper. Véritablement affolée, Elodie se débat, tente à toute force de se libérer. LIRE LA SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
- d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de Henic
lundi 16 décembre 2019 à 20h48 - par  Henic

Ce n’est certes pas le plus poétique des textes de Christine, et la vulgarité des maîtres est à la limite du pénible, mais comme il semble que ce soit ce qui met en émoi Elodie, alias Dollie la truie...
En fait, le thème est fort bien traité, puisqu’il suscite des réactions d’acceptation ou de rejet sur l’histoire elle-même !
Dans la suite de ce propos, je crains d’avoir une idée de la surprise annoncée...

Logo de Sylvain de Perry
jeudi 28 novembre 2019 à 11h20 - par  Sylvain de Perry

Quelle suite ! Le lecteur n’a pas attendu en vain cette suite pendant un mois et douze jours. L’amateur, que je suis, a beaucoup apprécié la fessée manuelle donnée aux deux femmes. L’ensemble se lit avec autant de plaisir que de facilité tant Christine sait si bien accroché le lecteur/amateur. Et ça ne fait que commencer... Vivement la suite. Sylvain.