Camping sauvage

dimanche 20 décembre 2020
par  Léa
popularité : 1%
4 votes

Moi et mon copain Paul, nous sommes allés pendant dix jours faire du camping sauvage sur le terrain d’un ami en Ardèche.
Ce terrain était à une dizaine de minutes de la rivière et était magnifique. Ombragé de grands arbres et avec une source bien fraîche dont on puisait l’eau à l’aide d’une pompe manuelle.
Pas d’électricité mais un abri en dur le soir nous permettait de nous retrouver autour d’une table pour finir la journée agréablement éclairée avec des bougies.
Une douche constituée d’un grand bidon et un modeste sanitaire apportait un peu de confort, bref nous étions au top pour bien décompresser.
En arrivant tout notre groupe d’amis était déjà là, trois couples, un célibataire que je ne connaissais pas mais surtout Sophie, l’ex petite amie de Paul....
Ça m’a d’ailleurs bien contrariée au début car elle n’était pas prévue, mais bon ! il fallait faire avec.
Je ne la connaissais pas mais je dois reconnaître qu’elle a un corps parfait avec une poitrine comme la mienne, 85E.
Même si je n’avais aucune raison d’être jalouse car Paul était avec moi, je dois reconnaître qu’elle m’énervait.
Pendant 4 jours on ne s’est pas trop calculées…
Le soir du 4e jour après le dîner on était avec Paul dans la tente, je lui ai dit que je voulais rester tranquille, pas de tarot ni de belote pour moi.
En revanche s’il voulait y aller ça ne me gênait pas.
Il m’a demandé « tu es sure, ça ne te dérange pas ? »
Je lui ai dit que non, « simplement, avant d’y aller accorde-moi une petite faveur », lui ai-je dit en sortant du sac un bâillon boule ainsi que 2 morceaux de corde....
« Laisse-moi légèrement entravée à t’attendre... » et j’ai placé le bâillon entre mes dents mais serré légèrement de façon à pouvoir l’enlever facilement.
Il a donc attache mes poignets collés ensemble derrière mon dos de 5 tours de corde puis 2 tours perpendiculairement et un nœud final hors d’atteinte. La même chose pour mes chevilles et me voilà prête pour une soirée à me dandiner…
“Merci mon chéri”, lui ai-je dit du bout des lèvres en poussant le bâillon.
“Mais de rien ma coquine”, sur ce il m’allongea sur le ventre et serra le bâillon de 2 crans supplémentaires “mmmppphh”, impossible pour moi de l’enlever à présent !!!
“À tout à l’heure amuse-toi bien”. Je tournai sur moi-même, les yeux rouges de colère contre lui mais ça a juste eu pour effet de l’amuser.
Une main baladeuse sous mon haut pour me pincer les seins et le voilà dehors en train de fermer la toile de tente.

Je ne pouvais crier, impuissante et en pyjama je n’avais d’autre choix que d’attendre son retour sans me faire remarquer par les autres.
J’avais bien cherché cette situation, malgré tout l’excitation prenait le pas sur ma colère.
Un bon quart d’heure passa ainsi, j’étais dans mes pensées, j’en profitais pour me câliner, c’était agréable.
Soudain à l’extérieur de ma tente une voix m’appelait doucement « Léa....Léa… tu dors ?... »
C’était la voix de Sophie, que voulait-elle ? Sa voix devenait insistante… Soudain elle ouvrit ma tente !!! Stupeur !!
Sa lampe frontale parcourue la tente jusqu’à tomber sur mon visage, immédiatement elle entra et referma la tente.
« Quand les autres ont demandé où était Léa, Paul a répondu en rigolant : elle est attachée dans la tente… Tout le monde a rigolé, mais moi j’ai compris dans son regard qu’il était sérieux, je vois que je ne me suis pas trompée. »
J’ai commencé à me débattre sérieusement et à atteindre le nœud de mes chevilles mais elle m’a basculée sur le dos et s’est assise sur mon ventre.
Elle m’a alors remonté le haut de pyjama au-dessus de mes seins “mmmmm” dit-elle, jolie poitrine… LIRE LA SUITE


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de Raphael
lundi 14 juin 2021 à 18h24 - par  Raphael

Léa nous avait promis de nous faire partager sa vengeance. Qu’en est-il ? Même si elle se mange froid, là elle va être glacée.

Logo de Sylvain
vendredi 29 janvier 2021 à 13h32 - par  Sylvain

Le lecteur attend toujours la suite de ce Camping sauvage. Qu’en est-il ? Espérons que l’auteure n’a pas été touchée par cette saloperie de covid 19. Sylvain.

Logo de Henic
mardi 22 décembre 2020 à 10h12 - par  Henic

Ah, les filles entre elles ! Il n’y a pas pire, surtout quand elles sont jalouses...
Après ces propos de macho, il est évident que l’on attend la réponse de Léa à Sophie, qui n’a fait que se venger (même pas vraiment méchamment) de s’être fait piquer son copain.
Ah, les mecs ! Leur mentalité de collectionneurs est vraiment détestable...

Logo de Sylvain
lundi 21 décembre 2020 à 11h30 - par  Sylvain

Sympathique récit, bien enlevé, agréable à lire. Il faut toujours se méfier, lorsqu’on s’est faite attacher comme Léa, de qui peut vouloir profiter de la situation. Sophie n’a pas perdu un seul instant. On s’étonnera juste que Paul n’ait pas deviné ce qui pouvait se passer vu la situation de sa compagne qu’il connaissait. Vivement la suite. Sylvain.

Navigation

Articles de la rubrique

  • Camping sauvage