A sa merci !

lundi 6 juillet 2020
par  Ozone
popularité : 18%
2 votes

Chapitre 5

Prisonniers de ces deux femmes démoniaques, allongé et enfermé dans ma gangue de cuir, la bouche obstruée par un énorme bâillon boule, je ne pouvais rien faire sauf regarder.
Regarder Dame Léna, élégante, raffinée, Dame Houria avec ses sales petits yeux cruels et ses énormes hanches et cette nouvelle venue dont j’ignorais le nom.
Petite, boulotte, la taille serrée à l’extrême par un corset qui lui faisait ressortir ses énormes fesses et ses seins volumineux, perchée sur de petites bottines, elle semblait être la soumise de Dame Léna. Jamais il n’avait été question de cela lors de notre conversation sur le site. Mais elle avait pris tant de liberté depuis que je ne m’en étonnais plus.
« Dis bonjour à Sandra ! » me lança Houria hilare.
« Je te présente ma soumise. » poursuivit Dame Léna avec plus de manières. « Elle déteste les hommes mais comme j’ai l’intention de l’utiliser pour une petite fête que j’ai prévu de donner le week-end prochain, il est temps qu’elle prenne quelques leçons. »
La pauvre avait ses bras enfermés dans une sorte de manchon en cuir qui les maintenait collés l’un contre l’autre dans son dos. Dame Léna la tirait derrière elle avec une laisse rattachée à un collier.
« Pour commencer, je dois lui apprendre à se contrôler et tu vas nous servir de cobaye. Je suis désolé mais je n’ai personne d’autre sous la main. »
Vu son sourire, elle n’était en rien désolée bien sûr. Au contraire même, ses yeux brillaient d’une étrange lueur, sans doute due à l’excitation qui montait en elle.
Elle fit asseoir son esclave sur un tabouret et retira le bouchon qui obstruait sa bouche. Il cachait un autre bâillon qui la maintenait grande ouverte.
« Tu vas être une bonne fille et tu vas avaler tout ça », dit-elle en lui plaçant deux cachets sur la langue puis en la forçant à ingurgiter une grande bouteille d’eau minérale dans sa totalité. Elle dû s’y reprendre à trois fois avant que sa soumise ne parvienne à tout avaler. Dame Léna remit ensuite le bouchon en place et commença à l’équiper d’un étrange matériel.
Elle la fit mettre debout ce qui me permit de voir que deux godes étaient maintenus en place, l’un devant, l’un derrière par une lanière de cuir. Là aussi, elle retira un bouchon au niveau des fesses et un autre plus petit au niveau de l’urètre. Puis elle raccorda deux tuyaux à chacun des orifices.
Pendant ce temps, Dame Houria s’occupait de moi. Elle me retira mon bâillon boule, j’en profitai aussitôt pour crier.
« Je veux partir ! Rien de tout ça n’était prévu ! Arrêtez, s’il vous plait ! »
Dame Houria me gifla durement.
« Tais-toi ! Tu as voulu être au service de Léna non ? Montre-toi à la hauteur au lieu de gémir ! Je ne veux plus rien entendre ! »
Et elle me plaça un autre bâillon similaire à la soumise ayant pour but de me maintenir la bouche ouverte mais avec une place pour un embout. Je commençais à comprendre et j’en fus horrifié.
Dame Léna fit lever sa soumise et l’approcha du lit. Cette dernière marchait avec prudence, vacillant sur ses hauts talons, ses gros seins ballotant mollement.
« Enjambe-le », ordonna Dame Léna.
La soumise la regarda avec frayeur.
« Allez ! » Et elle ponctua ses mots d’un coup de cravache bien placé sur ses fesses.
La jeune femme obéit. Je vis donc ses grosses cuisses passer au-dessus de moi et son postérieur s’asseoir sur ma poitrine. D’où je me trouvais, j’avais une vue imprenable sur son sexe et l’étrange attirail qui le fermait.
Et ce que je craignais arriva.
Dame Houria relia les deux tuyaux qui sortaient de son vagin et de son anus à une sorte d’Y en caoutchouc qu’elle vissa ensuite sur mon bâillon.
Les deux maitresses lièrent ensuite les poignets de la soumise pour les attacher à un crochet au plafond, bras bien tendus.
« Nous lui avons donné un diurétique et un laxatif très puissant qui devrait agir d’un moment à l’autre », me dit Dame Léna toute fière. LIRE LA SUITE






ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de Sylvain
dimanche 12 juillet 2020 à 09h56 - par  Sylvain

Parfaite conclusion d’un récit difficilement qualifiable autrement que "hard" comme disent les français. Le lecteur ne s’ennuie pas. Attendons la prochaine aventure de l’auteur. Sylvain.