A sa merci !

jeudi 18 juin 2020
par  Ozone
popularité : 14%
1 vote

Je restais trois heures ainsi momifié sur le lit, les intestins et la vessie prêts à exploser à tout instant et je désespérais de voir revenir dame Houria. Je l’entendais bouger en bas mais elle semblait m’avoir oublié. Elle parlait beaucoup au téléphone mais ses mots n’étaient qu’un baragouinement incompréhensible. J’étais terrifié et perdu. Comment avais-je pu me laisser emprisonner de la sorte ? Ce ne devait être qu’un jeu normalement et voilà que je me retrouvais entre les mains d’une folle sans savoir ce qui allait m’arriver. Allait-elle me libérer à un moment et me laisser repartir chez moi ? Je commençais à en douter.

Au bout d’un temps interminable, j’entendis ses pas dans l’escalier et elle apparut de nouveau sur le pas de la porte, un mauvais sourire sur le visage.
« Alors ? Tu passes du bon temps ? » me lança-t-elle.
Dans le crissement de ses bas et les froissements de sa jupe trop serrée autour de ses cuisses et de son derrière imposant, elle vint s’asseoir sur le rebord du lit et commença à faire pression sur mon ventre et ma vessie de ses deux mains en pratiquant un massage vigoureux.
Ce fut une explosion de douleur dans les entrailles, je hurlais dans mon bâillon, me tortillant vainement sur le lit, pleurant comme jamais pour tenter d’attirer sa pitié. Mais cela ne fit qu’encourager dame Houria qui garda braqué son regard malsain sur mon visage, se repaissant de ma moindre mimique de souffrance. Elle finit par s’arrêter, libéra mes pieds mais pas le reste, me laissant emprisonné dans ma combinaison de cuir.
« Tu vas aller te vider maintenant ! » me dit-elle. « Je viens d’avoir Léna, elle revient avec une surprise pour toi et elle te veut en pleine forme pour ça. C’est dommage, si ça ne tenait qu’à moi, je t’aurais bien laissé mijoter toute la nuit comme ça ! »
Elle me plaça un collier et une laisse autour de cou, m’aida à me mettre debout et me traina derrière elle jusqu’aux toilettes. Une fois assis sur la lunette, elle retira d’un coup mon plug d’urètre, m’arrachant au passage un hurlement de douleur puis retira le plug qui obstruait mon anus. Je me vidais alors à grand bruit sans aucune retenue dans un mélange de soulagement immense et de souffrance qui me laissèrent au bord de l’évanouissement. J’avais le cul et les entrailles en feu et je restais un long moment à gémir assis là sans pouvoir faire quoique ce soit d’autre.
« Quelle mauviette vraiment ! » se moqua dame Houria. « Tu ne sens pas la rose en tous cas, je peux te le dire. »
Elle me mena ensuite dans la salle de bain où elle me nettoya avec un jet d’eau froide puissant, prenant un malin plaisir à s’attarder sur mes couilles boursoufflées.
Puis elle me ramena dans la chambre pour m’attacher de nouveau comme avant. Durant tout ce temps, je ne pouvais que subir, mes bras et tout le reste de mon corps étant toujours prisonnier de l’horrible combinaison.
Puis dame Houria s’allongea de tout son poids sur moi pour venir coller son nez au mien, un méchant sourire sur le visage. Et elle retira enfin mon bâillon.
« S’il vous plait, arrêtez ! » m’empressais-je de lui dire. « Ça ne m’amuse plus ! Je suis fatigué, je voudrais rentrer chez moi maintenant ! »
« TAIS-TOI ! » cria-t-elle aussitôt d’une voix dure. « Léna m’a dit que tu étais partant pour un week-end sans limites et bien tu l’as et tu vas le subir jusqu’au bout. Maintenant, garde la bouche ouverte. » LIRE LA SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de Henic
dimanche 21 juin 2020 à 15h48 - par  Henic

Comme dans la chanson : "ça s’en va et ça revient..." Dans chaque chapitre, le suspense monte, monte avec la douleur de la victime.
Puis il s’effondre à la fin de la scène et est relancé par la phrase de transition vers le chapitre suivant qui promet du nouveau, et du raide !