A sa merci !

Chapitre 3
dimanche 17 mai 2020
par  Ozone
popularité : 14%
2 votes

Je restai ainsi jusqu’au soir, momifié dans ma combinaison sans pouvoir faire le moindre geste. Dame Houria était insatiable, elle jouissait assise sur mon visage tout en se masturbant le clitoris au vibromasseur, puis elle me forçait à nettoyer sa chatte engluée de cyprine avec ma langue. Elle quittait ensuite la pièce, me laissant enfin en paix puis revenait à peine dix minutes plus tard pour recommencer. Parfois, elle me fixait un bâillon boule muni d’un god et se servait de ma tête comme d’un sex-toy sans aucune considération pour moi, ses grosses cuisses et son imposant fessier heurtant ma bouche avec brutalité. Elle ahanait comme une folle et criait parfois sans retenue.
En sueur, enfin calmée, elle me regarda ensuite longuement de ses petits yeux méchants et finit par s’absenter plus longuement de la chambre. Je l’entendis farfouiller à l’étage du dessous. Je ne rêvais que d’une chose, que Dame Léna revienne enfin pour me libérer de cette horrible femme.
Houria refit son apparition un sac de cuir à la main qu’elle ouvrit sur la commode à côté du lit. D’où je me trouvais, je ne pouvais en voir le contenu. Puis elle vint s’asseoir sur le bord du lit.
« Tu as une bonne langue, Léna ne m’a pas menti sur toi. Voyons maintenant si ta queue est aussi vigoureuse. »
A ma grande surprise, elle dézippa la combinaison au niveau de mon entrejambe et ouvrit ma cage de chasteté avec la clé que lui avait laissée Dame Léna.
Libéré, mon sexe se dressa presque aussitôt. Houria le prit à pleine main et commença à le branler doucement. Il se mit à grossir et grossir encore comme jamais je ne l’avais vu. Je le sentais brûlant entre ses doigts et prêt à exploser mais elle ne me laissa pas le temps de jouir. Elle retira prestement sa main, fouilla dans son sac et en sortit quelque chose que je n’eus pas le temps de voir. Elle ré empoigna mon membre avec plus de force encore et une douleur fulgurante le traversa de part en part. Elle venait de rentrer quelque chose de gros dans mon urètre avec brutalité, l’enfonçant impitoyablement au plus profond de ma queue.
« Sais-tu ce qu’est un plug d’urètre ? » me demanda-t-elle en souriant. « Et bien maintenant, tu le sais. »
Mon sexe aurait dû mollir sous la douleur mais au lieu de cela, il était plus dressé que jamais. Il me brûlait pourtant horriblement maintenant et je ne cessais de geindre dans mon bâillon. Sans me prêter attention, Dame Houria me roula sur le ventre et dézippa quelque chose derrière moi. Je découvris à cette occasion qu’il existait une autre ouverture dans ma combinaison se situant au niveau de mes fesses. Elle les écarta de ses deux mains pour inspecter mon petit trou. Qu’allait-elle faire maintenant ?


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de Sylvain
dimanche 17 mai 2020 à 23h21 - par  Sylvain

Un chapitre 3 passionnant, que l’auteur achève avec un effet suspense toujours bien pour le lecteur. L’auteur sait parfaitement mener le lecteur où il veut, même si c’est parfois un peu "hard". Mais sans exagération inutile. Vivement le chapitre 4. Sylvain.